Watine – Géométries sous-cutanées (2019)

Artiste : Watine

Album : Géométries sous-cutanées

Année de sortie : 2019

Label : Catgang

Tracklist : |01 Over Freeways|02 Sheer Power|03 Undying Pizzicato|04 Verrophone|05 Erratic Soul |06 Melancholia My Love|07 Lovesick|08 Raining Bees|09 Hearth Walking|10 Jetlag

Note : 8,5

Catherine Watine est comme un papillon qui vient d’éclore. Et c’est comme cela à chaque album. Elle sort de sa chrysalide et déploie ses ailes qui offrent à chaque renaissance une coloration différente. C’est devenu une constante et quand elle vous contacte pour vous dire qu’elle va sortir un nouvel album vous ne savez jamais vraiment à quoi il va ressembler. Là où d’autres se contentent de faire tout le temps le même disque, Watine fait marcher sa matière grise pour se réinventer. Avec Géométries sous-cutanées elle nous emmène dans un espace plus électronique, plus complexe, aux développements tortueux et qui peuvent rappeler tout aussi bien le kraut-rock que les tribulations d’un Morricone. Pour autant, Watine n’est pas du genre à copier un genre pour s’en donner un. Mais ici, on ne peut raisonnablement s’arrêter à ces deux références tant ce disque est une mise en exergue de plein d’influences qui vont de celles qu’on a déjà donné au classique, la pop, l’électronique pure, la littérature, la poésie, voire même quelques échos industriels… En soi, rien ne peut jamais être linéaire avec elle. Quand elle ouvre une porte, elle se sent le besoin d’en ouvrir une seconde voire une troisième dans la foulée. La vraie performance c’est qu’elle parvient à nous prendre par la main pour qu’on ne puisse pas se perdre. Car, il faut le dire, Géométries sous-cutanées est sans doute son disque le plus ambitieux, le plus risqué et le plus foisonnant. Cette prise de risque est permanente et totale. Il n’y a pas de filtres ici et Watine n’a pas de filet de sécurité. Il ne s’agit pas non plus de faire une performance d’équilibriste. Watine est une cérébrale et elle sait parfaitement où elle va. Disque inclassable mais résolument moderne et onirique, Géométries sous-cutanées est aussi une réflexion sur elle-même, sur ce qui se vit à l’intérieur d’elle et de ce qui frémit sous sa peau. On se rend alors compte que cette géométrie n’est pas faite que d’angle, elle est aussi faite de courbe, de sinuosité, de parallélisme et d’enchevêtrements. C’est pour cela que le terme est mis au pluriel parce que ce disque n’est pas celui d’une possibilité mais bien d’une multiplicité de ces mêmes possibles.  On le dit sans doute à chaque disque mais Catherine Watine donne l’impression de franchir un palier à chaque fois. Ici, celui-ci est de taille, ce qui rend ce disque d’autant plus important dans sa discographie.

Lien : https://www.watineprod.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *