Troy Von Balthazar – It Ends Like Crazy (2019)

Artiste : Troy Von Balthazar

Album : It Ends Like Crazy

Année : 2019

Label : Vicious Circle

Track List : |01 Rain Saves Lives|02 Holy Something|03 Impale|04 Love Me Don’t|05 Lullaby for Psycho|06 Hell|07 Big Fat Tear|08 I Put Out|09 Stoned Dancers|10 Fighter|11 Invader|12 Boys|13 Filthy Days

Note : 9

Depuis l’apparition de Chokebore notre amour pour Troy Von Balthazar ne s’est jamais démenti. Même si le groupe est mis en sommeil malgré une reformation au début des années 2010, Troy Von Balthazar a su se rappeler à notre bon souvenir au gré d’albums en solitaires tous aussi chatoyants les uns que les autres. It Ends Like Crazy ne fera donc rien pour nous éloigner du bonhomme. Tout simplement parce que ce disque est dans ce qu’il a pu faire de mieux avec des moyens assez spartiates, s’isolant dans la Creuse comme pour ne pas se laisser influencer et se concentrer uniquement sur ce qu’il avait à faire. Des vingt morceaux conçus, sept restent sur le carreau mais ce qui forme aujourd’hui It Ends Like Crazy vaut très largement son pesant de cacahuètes. Et c’est peu de le dire. A l’image de la pochette où l’on voit une photo, à la colorimétrie cramée, de notre chanteur marchant précautionneusement sur une surface que l’on devine glacée, les morceaux de Troy Von Balthazar ont cette fragilité hivernale où l’introspection est devenue une règle immuable. Mais cette photo est presque trompeuse ou alors il faut l’interpréter comme une mise en danger permanente et non comme une volonté d’assurer ses arrières en calculant bien son coup. D’ailleurs, on ne se pose même pas la question tant c’est évident, tant Troy Von Balthazar est sur le fil du rasoir, dépeignant une sorte de conflit intérieur et émotionnel à fleur de peau. It Ends Like Crazy n’est pourtant pas un disque de traîne misère ou purement nombriliste. Certes, il offre un regard sur soi mais il reste ouvert aux autres. L’américain laisse suffisamment d’ouvertures pour cela. C’est presque paradoxal car si on a déjà souligné le niveau important d’introspection dans ce disque, Troy Von Balthazar donne aussi le sentiment de vouloir ouvrir toutes les portes et les fenêtres de sa maisonnée. Rien, donc, ne saurait être figé. Les émotions vous sautent à la figure et vous les prenez de plein fouet. Cela peut paraître violent, comme un geste désespéré mais il n’en est rien. En un mot comme en cent, It Ends Like Crazy est surement le disque le plus ambitieux que Troy Von Balthazar nous ait offert. Il faut le prendre comme un magnifique cadeau, unique et essentiel.

Lien : https://www.troyvonbalthazar.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *