Potemkine – Fœtus (1976, réédition 2019)

Artiste : Potemkine

Album : Fœtus

Année de sortie : 1976, réédition 2019

Label : Replica Records

Tracklist : |01 Fœtus|02 Zed|03 Nuit sur le Golan|04 Ballade|05 Hymne|06 Loolitt|07 Cedille|08 Laure|09 Cycles

Note : 8

Potemkine c’est avant tout l’histoire d’un clan familial, celui des frères Goubin qui en 1971 ont fondé le groupe. Enfin, c’est d’abord Charles et Gilles qui en sont les initiateurs. Michel et Philippe les rejoindront respectivement en 1974 et 1975. Cependant, comme bon nombre de groupes de cette époque, Potemkine (qui ne s’appelle pas encore ainsi) fait ses armes avec des reprises de groupes de rock. Ce n’est qu’en 1973 que le groupe se baptise Potemkine après avoir véritablement trouvé sa voie en découvrant le jazz rock. De même le choix de ce nom n’est pas sans rapport avec Magma. Potemkine, en tant que tel, a en effet une résonance pour les membres du groupe qui trouvent que ce nom porte la même force que le langage kobaïen inventé par Vander et les siens. De même que ce nom renvoie aussi à une volonté d’indépendance qui ne quittera jamais vraiment le groupe. D’ailleurs, après un premier 45 tours (Mystère / Rictus), Potemkine, rejoint par les deux autres frères Goubin, Maurice Bataille, Xavier Vidal et Dominique Dubuisson, sort son premier album autoproduit qui sera distribué par le label Pôle. Comme beaucoup de groupes de cette époque et de ce genre, Potemkine n’échappe pas avec Fœtus à la filiation des groupes majeurs de cette décennies que furent Zao et Magma mais aussi avec des références avec le Mahavishnu Orchestra de John McLaughlin et plus largement avec la scène de Canterbury. Fœtus est donc ce mélange foisonnant qui va sans doute au-delà de la simple bizarrerie ou de la curiosité musicale. Enregistré avec les moyens du bord au studio Tangara (Verto, Etron Fou Leloublan et Art Zoyd y enregistreront également) sur un Revox A77 qui n’est rien d’autre qu’un deux pistes, Fœtus à l’image de son temps et de la mouvance dans lequel il s’inscrit. Foisonnant, hybride, fluide et tout en nuance, ce disque est très vite passé à la postérité tant par son inventivité que par le jeu délayé du groupe. On y trouve tous les ingrédients qui font de Potemkine un groupe parfaitement calibré pour le rôle. Il n’est donc pas étonnant que ce disque soit considéré comme un modèle du genre. Il l’est et de ce dans la plus pure tradition du jazz-fusion. Et fort heureusement, Potemkine a été de ceux qui ont su rendre ce style séduisant, avant que tout ne se gâte fatalement.

Lien : https://replicarecords57.bandcamp.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *