Nelson, Mark – internet

Artiste : Nelson, Mark
Date : 2006-05-15
Lieu : internet

Alors que Labradford est en sommeil, Mark Nelson se consacre pleinement à son projet Pan American. Son dernier album, For Waiting, For Chasing, poursuit la belle échappée amorcée par Nelson quelques années plus tôt. Sorti sur le label Mosz, ce dernier album est un projet particulier. En quelques mots Mark Nelson nous dit pourquoi.

Liability : Bonjour, Mark Nelson. Votre nouvel album, For Waiting, For Chasing, sort sur le label autrichien Mosz. Est-ce la fin de votre collaboration avec Kranky ou est-ce juste un projet particulier?

Mark Nelson : Kranky est toujours mon label et mes amis. Ce disque est venu après une tournée avec Radian et avec qui je suis devenu ami ainsi que Stefan. Alors c’est juste une chance de pouvoir faire quelque chose de différent.

Liability : La génèse de ce disque a un rapport particulier avec la naissance de votre fils. Pouvez-vous nous en dire un peu plus?

Mark Nelson : Eh bien cela a certainement alimenté une partie excitante de ma vie. C’est juste vraiment ma musique mais avec ce qui est un peu plus qu’une vision vers le futur. J’espère qu’il y a un sens pour de nouvelles possibilités dans tout ce que je fais, mais ici ce rêve est un peu plus littéral sans doute.

Liability : Du fait qu’il ait un rapport avec votre fils, ce disque est-il plus important que les autres ?

Mark Nelson : Tous les disques sont des documents du temps. Alors c’est difficile de dire ce qui est le plus ou le moins important. Le point principal, bien sûr, c’est que mon fils est plus important que mes disques.

Liability : For Waiting, For Chasing est le cinquième album de Pan American depuis ses débuts en 1997. Comment est le Pan American de 2006 par rapport à 1997 ?

Mark Nelson : C’est formidable de penser qu’il y a une évolution dans tout ça…Quand tout sera fini j’espère que toute cette musique ne sera juste que d’un seul tenant. C’est dans comme la vie en elle-même, avec des moments peu opportuns et qui n’ont pas tout à fait fonctionné mais à la fin il y a des moments qui brisent toutes les luttes quotidiennes. Je pense croire à ce genre de processus. Alors je laisserai parler d’elle-même l’évolution, peut-être.

Liability : Vous semblez avoir repris la même équipe que pour Quiet City (Steven Hess et David Max Crawford). Pan American est-il en passe de devenir un groupe où est-ce toujours le projet du seul Mark Nelson?

Mark Nelson : Je pense que Steven est suffisamment proche pour être un partenaire à cette musique. Probablement encore plus dans le futur.

Liability : A présent que le disque est sur le point de sortir pensez-vous d’ores et déjà au prochain Pan American ou avez vous d’autres préoccupations?

Mark Nelson : J’ai plein de préoccupations ! Mais je continue à penser tout le temps à la musique aussi. Il est encore trop tôt pour dire si d’autres productions arriveront ou non. Les deux précédentes ont été réalisées avec l’idée que ce seraient les dernières que je pourrai faire, mais il y a toujours quelque chose qui me pousse à essayer…

Liability : Avez-vous des influences particulières lorsque vous composez vos morceaux ?

Mark Nelson : Tout ce qui peut s’apparenter à un puzzle spirituel, social et technologique. Ca me dépasse encore.

Liability : A ce propos y a-t-il un artiste qui vous marque en ce moment ?

Mark Nelson : J’adore ce que fait Takagi Masakatsu (ndlr : sorti cette année sur Carpark). Son nouvel album, Journal For People, est fantastique avec sa partie visuelle bien entendu. Egalement les récentes réalisations de Paul Motion (jouant avec Bill Frisell) sont tellement en mouvement et sont vraiment bonnes.

Liability : Labradford n’a plus rien sorti depuis Fixed :: Context (2001). Il y a-t-il encore un avenir pour Labradford ?

Mark Nelson : L’avenir et Labradford sont de très bons amis !

Liability : Y a-t-il une tournée de prévue pour la sortie de ce disque ? Si oui passerez-vous en Europe ?

Mark Nelson : Peut-être un ou deux concerts de manière isolée. Je n’ai plus vraiment le temps ni le moral pour faire de longues tournées.

Liability : Là vous changez de label mais, dans vos rêves les plus fous n’y a-t-il pas eu une structure sur laquelle vous auriez souhaité voir vos disques paraître ?

Mark Nelson : J’ai eu la chance de travailler avec des amis autant du côté musical que du côté du label. Je ne sais pas ce que je pourrais demander d’autre.

Liability : En ce sens n’y a-t-il pas quelqu’un avec qui vous auriez aimé travailler ?

Mark Nelson : Quelques fois je rêve d’un joueur de basse acoustique mais je ne l’ai pas encore rencontré…

Liability : Pour finir, que peut-on souhaiter pour Pan American ?

Mark Nelson : C’est une grande question ! Souhaitez-moi d’avoir la force de montrer tout l’amour et la compassion qu’il y a dans ma vie ainsi qu’à travers ma musique. Et on pourra le souhaiter à n’importe qui d’autre également. Je promets que je ferai la même chose pour vous

Lien : http://www.mosz.org

Par Fabien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.