Necronomidol – Scions of the Blasted Heath (2019)

Artiste : Necronomidol

Album : Scions of the Blasted Heath

Année : 2019

Label : Specific Recordings

Tracklist : |01 Salem|02 Phantasmagoria Cosmos|03 The Festival|04 Children of the Night|05 Lament Configuration

Note : 6

Qu’est ce qu’un groupe d’idoles japonaises. Parce que c’est bien de cela dont il s’agit en ce qui concerne Necronomidol. C’est un concept comme il ne peut en avoir que là-bas. J’avoue que je ne m’étais jamais penché sur la question. C’est un peu comme un boys ou girls band dont les membres sont recrutés sur une durée déterminé dans un but de divertissement. Bien souvent, ils ont une orientation assez naïve axée vers la pop, sauf qu’avec Necronomidol, le fonds de commerce c’est quand même le black metal teinté d’un autre metal tendance NWOBHM et d’une pincée de dark wave. On sort donc un peu de la norme mais pas trop quand même. Avec un nom qui rappelle sans se fouler la tête l’œuvre de HP Lovecraft, Necronomidol se donne une image sulfureuse tout en gardant les codes de ce que sont les groupes d’idoles. Un mix en somme. Il est à noter que comme bon nombre de groupes de ce genre, le personnel change assez régulièrement et pour ce disque, Necronomidol aura accueilli deux nouvelles prêtresses en les personnes de Michelle et Kunogi Kenbishi. Scions of the Blasted Heath n’est pas leur premier disque et de loin mais il peut tout aussi bien être une entrée en matière pour ceux qui voudraient s’essayer à ce groupe. Il faut cependant bien avouer que Necronomidol n’est pas spécialement un groupe étonnant. A l’inverse, il n’est pas nullissime non plus. Il se situe dans la moyenne et cet ep qui, pourtant, nous offre une belle entrée en matière avec Salem, ne parvient pas vraiment à passer au stade supérieur. Et c’est bien dommage car il y a une réelle volonté chez elle de ne pas tomber dans le cliché. Si Salem tire largement son épingle du jeu, Necronomidol ne réussit pas toujours à rééditer l’exploit. Le groupe est capable de fulgurance, de folie nippone, de théâtralité metallique mais sans non plus bousculer les codes du genre. Malgré son expérience et une maîtrise évidente Necronomidol doit sans doute prendre un peu plus de risques sous peine de rester dans la peau d’une simple curiosité musicale et scénique.

Lien : http://necronomidol.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *