Ladylike Dragons – Magny Le Hongre, File 7 – 2009-11-14

Artiste : Ladylike Dragons
Lieu : Magny Le Hongre, File 7
Date : 2009-11-14

Ce soir au File7, c’est Dissonant Nation qui ouvre le bal. Arrivés tout droit de
Marseille, ces trois jeunes délivrent un rock/garage teinté d’une grande énergie. Âgés
seulement de 18 et 19 ans, ils ne mettent pas très longtemps à conquérir le public avec
notamment une reprise du titre D.A.N.C.E de Justice ou encore une chanson sur le thème de
Barbie et Ken. Peuplé de touches d’humour et de nombreuses folies, ce groupe m’a vraiment
impressionné. Lucas, le chanteur, avec énormément d’énergie à revendre, se permet même une
descente dans la salle avec sa guitare. Ce groupe a vraiment de l’avenir devant lui et j’espère
déjà les revoir sur scène très vite !

Suivant la performance de haute volée des Dissonant Nation, les Stinky Brothers
prennent place sur la scène. Cette formation mixte (deux filles & deux garçons) n’a pas
réellement retenu mon attention. Trop de déjà vu et pas assez d’originalités dans leur set
malgré la présence scénique de leur chanteuse. Leur son était quelque peu trop classique pour
me faire apprécier leur musique.

C’est ensuite au tour de Ladylike Dragons de nous délivrer leur pop/garage.
Récemment vainqueur de l’opération OUÏ Love Myspace/OUÏ FM, le trio de Meaux ne cesse
d’impressionner ce qui se confirme avec la sortie de leur premier album nommé Hearst Burst
bien accueilli par la critique. Après avoir déjà croisé leur chemin en première partie de Kill
The Young
, j’attendais avec impatience de découvrir les titres de leur premier album sur
scène et je ne suis visiblement pas le seul car la salle s’est véritablement remplie. Crazy
Nerds
, titre issu leur EP, ouvre le set qui durera au total un peu plus d’une heure. Like A
Reptile
est le premier extrait de leur opus et il lance définitivement le concert. Fuck Off,
The Wisdom of my Faith ou encore The Ghost and the Living font bien bouger le public.
Quelques guests font aussi leur apparition sur quelques titres durant ce concert, c’est le cas
de Vivien au violon sur le titre Campfire, parenthèse de mélodies dans ce monde de rock
garage. Le concert s’achève sur le titre 13 Minutes ou un pogo improvisé a manqué de me
faire tomber ! Rappelé par le public, le groupe nous interprète sa première et dernière
chanson en français, Enfant Roi. Shoegazer conclut ce concert très plaisant et qui ne
manquera de ravir les parisiens avec leur prochain concert prévu à La Boule Noire.

Lien:

Par Jean-Philip

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.