Knotfest 2019 – Partie 1

Artistes : Sick of it All – Amaranthe – Ministry

Lieu : Clisson, Hellfest

Date : 2019-06-20

Chose inédite dans l’histoire du Hellfest. Le festival a accueilli le jeudi le Knotfest ce qui, bien que Ben Barbaud s’en défende, a valeur de test pour les éditions futures. Une quatrième journée qui vient se greffer comme un événement parallèle comme un cadeau supplémentaire, un coup de com’ certain et à un clin d’œil amusé à la concurrence de grosses structures événementielles qui pensaient encore il y a peu de temps faire de l’ombre au festival clissonnais. Même si le Knotfest n’a pas été sold-out (37 000 entrées sur 40 000 possibles), on ne peut pas dire que l’essai ne fut pas concluant pour tout le monde.

Quoi qu’il en soit, l’affiche était suffisamment alléchante pour ne pas se laisser tenter et c’est Sick of it All qui ouvre le bal sur la Mainstage 1. Des Mainstages, d’ailleurs, qui seront les seules à accueillir les groupes pour cette journée. En tout cas, sous une chaleur écrasante, Sick of it All ne se fait pas prier et assène son hardcore sans laisser de quartier à qui que ce soit. Autant dire, qu’on ne met pas de gants pour ouvrir les hostilités. Les américains se montrent d’ailleurs comme à leur habitude, brutaux et tourbillonnants. Même si on préfère les voir sur des scènes moins imposantes, ils restent redoutables et efficaces. Il est heureux de voir que le groupe ne s’est pas assagi et qu’il y a toujours cette rage en eux. Ils ne sont pas prêts de baisser pavillon et quel que soit le contexte ils donnent tout ce qu’ils ont. Le Knotfest commence donc fort et on ne demandait qu’à être bousculé. Mission accomplie donc.



On le sera sans doute moins avec Amaranthe qui nous éloigne du registre hardcore, mais il n’en demeure pas moins que les suédois ne se ménagent pas non plus. Là aussi, avec leur power metal, sans doute un peu mainstream, Amaranthe fera le show sans faire de calculs. Certes, on sera moins bousculé qu’avec Sick of it All, laissant plus la place à une certaine forme de politesse convenue mais qui ne pourra jamais pris pour du dédain. Bien au contraire, l’accueil pour Amaranthe est plus que correct et le public se laissera entraîné par les coups de boutoir répétés d’Amaranthe mais aussi par le charme naturel et la voix de Elise Ryd, il ne faut pas se le cacher. Pour autant, le reste du groupe ne se fait pas prier pour faire également le show et ne se cache pas derrière leur charismatique chanteuse. En effet, chacun joue sur le même pied d’égalité et personne n’empiète sur la part de l’autre. Un show donc solide qui, même si ce n’est pas spécialement notre came, reste plaisant à regarder.

Ministry prend la relève et même si l’âge d’or du groupe semble loin derrière lui, c’est toujours expérience de les voir sur scène. Si Al Jourgensen paraît un peu emprunté son chant l’est moins, brutal et saignant. Il laisse même le soin à ses musiciens le soin de dynamiser la scène, lui se contentant de se promener tranquillement tout en éructant comme à son habitude. En soit, Ministry fait du Ministry sans autre forme de procès. Globalement, on ne peut pas dire que les américains soient passés à côté de leur sujet. Ça tabasse sans discontinuer, Ministry imposant une bonne chape de plomb et se montrant intraitable. C’est bien le minimum qu’on pouvait leur demander. A défaut d’un show tout à fait exceptionnel, Ministry a largement tenu son rang, on s’en contente largement et ce sans déplaisir.

Lien : https://www.hellfest.fr/
https://knotfestfrance.com/

Crédits Photos : https://www.romainballez.com/
https://fabienpondard.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *