IHAN – III (2018)

Artiste : IHAN
Album : III
Année de sortie : 2018

Label : 213 Records
Tracklist : |01 LiAlSi2|02 SiO2|03 CuSiO2.(OH)2|04 Al2SiO5|05 PbSO4|06 SnO2|07 (Cu, Fe)12As4S13|08 HgS|09 FeS2|10 CaTiO3|11 UO2|12 MgAl2O4|13 SrSO4|14 NaAlSi3 O8|

Note : 7.5

Yan Arexis est un homme occupé. Si on l’a déjà croisé avec Cober Ord, on peut aussi le retrouver avec Coume Ouarnede et Stille Volk, deux formations dont il a participé à la création ainsi que du festival L’Homme Sauvage qui a lieu dans les Pyrénées sans que l’on sache exactement où. Comme le laisse supposer le titre du disque, III est le troisième album d’IHAN qui sort dans le cadre d’une série (Synesthetic Alchemy) initiée par le label 213 Records et dont le but est de créer une œuvre à partir de l’attribution d’une couleur et d’un symbole alchimique pour chaque morceau réalisé. Dans cette série doivent être mis en avant « l’expérimentation, la musique libre et l’avant-garde ». Et comme un clin d’œil, chaque production est strictement limitée à 213 copies. Ici III est largement orienté dans une veine qui oscille entre le dark ambient, le post-industriel et le glicth. Nous ne sommes pas loin de ce qui a pu se faire chez Pan Sonic, des labels comme Mille Plateaux ou Staalplaat. D’ailleurs, IHAN avait sorti son tout premier album sur Mille Plateaux. On reste donc ici sur des textures plutôt sombres, froides, presque mécaniques mais avec un côté organique qui peut rendre la chose un peu plus humaine et peut même se rendre dansant (FeS2) tout en restant dans les critères susnommés. Certes IHAN a une approche assez classique mais elle n’est pas inintéressante. III est un disque plutôt prenant, bien exécuté avec une réelle sensibilité dark. Pouvant être à la fois minimaliste et bruyant, IHAN tente une exploration vers les profondeurs, les musiques souterraines tout en ayant un œil vers la surface. En soi, Yan Arexis ne se ferme aucune porte et n’a pas eu la volonté de faire de III un disque trop fermé. Bien au contraire, III n’a rien d’un album unilatéral. Il explore plusieurs contrées comme si chaque morceau se devait d’avoir sa propre identité. Il faut rappeler que chacun des titres est la libre interprétation d’un symbole alchimique. De fait, même s’il y a chez IHAN une recherche de cohérence, on sent également que Yan Arexis s’est aussi laissé aller à son imagination. Ce qui rend ce disque sans doute plus intéressant que d’autres.

Lien : https://ihan.bandcamp.com/

Par Fabien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *