Hot Chip – Paris 11, loft Nike

Artiste : Hot Chip
Date : 2004-09-25
Lieu : Paris 11, loft Nike

Hot Chip, chez Moshi Moshi en Angleterre est la dernière signature de Kitsuné Maison pour votre bonheur. Après une première rencontre à Bristol en juin dernier, c’est dans le loft Nike dans le XIème qu’on les retrouve, à quelques heures de monter sur scène pour leur fabuleux show lors de la villette numérique. Ils nous parlent d’eux, de leur musique, de leurs goûts et de leur album ‘‘Coming on strong’’ à sortir mi janvier (enfin) en France. On commence avec les deux têtes du groupe, à savoir Joe Goddard et Alexis Taylor alias Ulysses et Sophocles quand ils touchent à la production. Conversation …

Liability : Vous vous souvenez de votre concert à Bristol en juin ?

joe : Oh oui, on s’est bien éclatés là bas j’dois dire. T’étais là aussi ?

Liability : Oui et j’ai pris une belle claque ! Il y a un beau buzz autour de vous ces temps ci en Angleterre, vous vous en rendez compte ? vous vendez pas mal ?

joe : Oui c’est vrai qu’on nous dit ça parfois mais bon … non on ne vend pas tant de disque que ça. Quand on parle de buzz on parle souvent d’argent donc ce n’est pas trop justifié (rires)

Liability : Et là vous semblez tous si calmes comparés à l’image que j’avais de vous sur scène !

joe : (rires) hahaha oui c’est vrai que sur scène on est bien à fond dedans. On veut que nos chansons sortent bien et c’est pas toujours facile alors on est super concentrés. Enfin là on commence à avoir plus d’expérience et on peut se lâcher tout en maîtrisant.

Liability : Et vous composez comment ? juste toi [joe] et alexis ?

alexis : Au début on fonctionnait comme ça, je faisais les textes et la mélodie puis on revoyait tout ça ensembles avec joe pour la jouer et la produire.

joe : Maintenant les choses ont évoluée, on fait tous les deux la base et ensuite tous les membres travaillent sur les titres.

Liability : Donc pour le prochain disque tout le monde à fond, tous les 5 ?

joe : Oui tous les 5 pour tous les nouveaux titres ces derniers temps et dans le futur

Liability : Et vous créez en ce moment ?

joe : Oui, on a enregistré pas mal ces derniers temps, entre 15 et 20 tracks qu’il faut qu’on trie et que l’on peaufine

Liability : Vous allez sortir votre album seulement en janvier en France, c’est un peu tard non (il est sorti en mai en Angleterre) ? c’est votre décision ou celle de moshi moshi ou encore de kitsuné ?

joe : En fait on a n’a pas trop calculé quand sortir quoi.

alexis : on avait juste décidé de le sortir en France mais sans calcul, et récemment tout s’est mis en place en. Je suis clairement plus intéressé à faire le disc plutôt que toutes ces histoires de marketing et stratégie. On veut simplement qu’il soit vraiment fini et prêt pour la France. Au début il devait sortir en octobre mais la pochette ne nous plaisait pas donc ça a repoussé la sortie pour le début d’année 2005

Liability : Et vous avez déjà quelques EPs et maxis de sortis au UK, vous avez prévu de le sortir aussi en France plus tard ?

alexis : on aimerait mais on ne sait pas trop encore. On va peut être faire de nouveaux singles aussi. Peut être ‘‘keep falling’’ …

Liability : oui elle est sur l’album ..

alexis : et ‘‘down with prince’’ aussi peut être.

Liability : Et vous avez déjà ‘‘playboy’’ ?

alexis : Il va sortir la semaine prochaine au uk. Et il se peut qu’il sorte aussi ici plus tard. On ne sait pas trop encore.

Liability : Pour un groupe indé comme vous, ce n’est pas trop dur de se battre contre le peer to peer.

joe : Oui c’est clair c’est assez difficile. Mais je ne suis pas vraiment contre le téléchargement. C’est quand même énorme ce que ça apporte à la musique et c’est cool que les gens puissent avoir accès à ça via internet. Et comme ça dans d’autre pays où ils ne peuvent pas avoir nos disques c’est un moyen pour eux d’accéder à notre musique et nous connaître. C’est super. On reçoit des emails de partout et les gens nous disent aimer notre musique. On a joué a Stockholm la semaine dernière et notre disc est très compliqué à avoir là bas. Mais les gens connaissaient notre musique, ils chantaient même avec nous sur certains titres. Tout ça parce qu’ils avaient téléchargé notre musique. J’ai arrête de bosser pour une Major au UK il y a quelques mois, j’ai démissionné. Ils étaient tellement contre le téléchargement. C’était un tel crime à leurs yeux. Et ça, ça m’ennuie. Mais en mm temps ça devient difficile de vendre des disques avec toute cette musique gratuite.

Liability : C’est pour ça que je trouvais ça risqué de sortir votre disc qu’en janvier. Vous commencez à être connus, vous accordez des itw à de gros mags tirés à beaucoup d’exemplaires comme Trax. Les gens vont voir les commentaires (sûrement bon) et d’autant plus s’ils ne peuvent pas trouver votre disque ils vont le télécharger et ce sera facile car il est déjà sur le réseau anglais.

joe : Oui c’est clair, avec toute cette promo. Mais tu sais je fais aussi un peu pareil. Je télécharge pour voir ce que ça donne puis j’achète ou non. Car je fais pas mal de djaying. Je dois télécharger puis ensuite acheter le vinyle.

alexis : une partie de la musique que l’on a sorti et que l’on va sortir est seulement sur vinyles. Donc sans format numérique ça limite quand mm les fuites

Liability : Vous êtes alors assez chanceux d’être sur un label comme Kitsuné qui a apparemment les moyens de vous presser sur vinyles car beaucoup de labels indé français, et mm des connus, n’ont pas les moyens de presser leurs artistes sur vinyles.

alexis : oui c’est clair. C’est important pour nous que notre musique sorte sur vinyles, vraiment. Déjà la plupart de la musique qu’on écoute, c’est sur vinyles. On ne veut pas des situations où la musique doit sortir uniquement sur cd. On aime la musique autant qu’on aime en faire. On creuse on fouille les disquaires et une grande partie de notre inspiration provient de ce qu’on trouve dans les record shops. C’est notre façon de faire. C’est comme ceci que l’on considère la musique

joe : (rires) haha c’est pas facile .. Disons qu’on fait de la pop au sens large

Liability : pop au sens anglais alors, c’est pas tout à fait l’idée pop que l’on a en France (rire)

joe : (rires) oui au sens anglais du terme .. Non mais on fait de la pop on sait pas trop, c’est teinté

Liability : La première fois que j’ai écouté « coming on strong » j’ai eu un peu la mm sensation qu’avec « paul’s boutique » des beastie. Et on peut pas trop dire que les beastie fassent de la pop..

joe : ah oui ok, c’est pour ça qu’on aime et on fait disons …mmm .. de la pop étrange. On fait pas du Brian Eno ni du Beach boys ou Cure. La pop a évolué. Je sais pas trop ce que tout ça veut dire maintenant. Disons que pop c’est facile et c’est réglé comme ça (rires)

alexis : pour nous c’est assez dur de définir ce que l’on fait. On exprime un truc et ensuite les gens mettent ça dans la boite qui leur plait. C’est difficile à décrire, la musique c’est beaucoup d’opinions et ce n’est que rarement au milieu d’un case faite d’un seul trait. Les gens n’ont qu’à se dire un peu ce qu’ils veulent.

Liability : Ce qu’il y a c’est qu’on vit un temps de revivals, l’electro des 90’s, le rock, le garage qui sont plus que jamais, electroclash. Ils sont tous dans des cycles. Ca va ça vient. Mais pas vous, y avait rien et bam vous voilà. Vous n’étés pas dans un revival.

joe : Oui c’est vraiment important pour nous. On cherche assez cette unicité. On ne renie rien des influences mais on fait du Hot Chip.

Liability : Vous sonnez quand même un peu comme fat truckers, i monster ou kings have long arms. Vous les connaissez. Vous vous sentez proches d’eux ?

joe : Oui je les connais de nom

alexis : jamais entendu. J’ai juste entendu parler d’eux mais je ne les ai jamais entendu

joe : j’ai entendu fat truckers et i monster. Mais on n’est pas vraiment comme eux. On ne les connaît pas vraiment. On n’appartient pas vraiment à une scène précise.
Un jour dans une chronique on nous a qualifié de sous-fat truckers (rires) on connaît même pas leur son. J’ai vraiment pas aimé cette chronique (rires).

Liability : Oula désolé

joe : Non non mais c’est juste le fait d’être des sous quelque chose. On veut pas être une copie de quiconque. Surtout si on ne connaît pas la référence.

Liability : Non mais vous étés quand même bien différents. Mais ce style de musique, typiquement anglais qui émerge depuis quelques années, on ne l’a pas en France. On subit l’influence anglaise et donc on nous passe ce genre de groupe. Mais donc si vous n’écoutez pas ce genre de musique, vous écoutez quoi ? Des nouveautés ou seulement des vieux trucs ?

joe : Oui oui pas mal de choses, dans les nouveautés, surtout du garage UK.

Liability : Comme mike skinner tout ca ?

joe : Oui parfois un peu The streets mais plutôt des trucs genre Dizzee rascal. Aussi pas mal du label Kompakt d’Allemagne. Et toi Alexis ? euh oui Wild oldham, bonnie prince billy.

alexis : et pas mal de trucs genre les gars qui jouent avec leurs game boys, tu vois ?

Liability : oui genre Teamtendo ?

alexis : je ne sais pas trop, genre des trucs assez cheap et originaux.

Liability : Du son 8 bits quoi ?

alexis : Oui voilà exactement.

Liability : Et ce soir vous jouez à la villette numérique, vous connaissez quelques groupes ?

joe : Oui ben on a regardé la line up. Je ne les connais pas vraiment mais il y a l’air d’y avoir d’assez gros groupes non ?

Liability : Ben en fait non pas trop gros, à part peut être tv on the radio, autrement ce sont de petits groupes dont quelques français comme Fuckaloop un projet de dj tacteel et paraone, ça devrait être assez énorme.

joe : Oh ? on va les voir alors !
Sinon j’aime bien tv on the radio.

Liability : Et sinon vous connaissez abstrackt keal agram ?

joe : Euh non, ils sont chez qui ?

Liability : C’est un petit groupe qui fait dans le abstrakt hip hop et l’electronica, de chez Gooom. Ca vaut le détour ça aussi.

joe : Ha ça peut me plaire alors. Mais ça a l’air d’être un assez bon festival non ?

Liability : Je pense que c’est ce qui s’est fait de mieux cet été en matière de musiques électroniques au sens large en France. Enfin cet été, oui enfin c’est déjà l’automne, mais pour des anglais ça doit être encore l’été ce temps ..

joe : (rires) oui c’est clair on n’est pas habitues à un temps pareil (rires)

Liability : Vous avez le temps de vous promener dans paris ou vous faites juste votre concert et demain retour UK direct ?

joe : On a un tout petit peu de temps mais vraiment pas grand-chose. On s’est baladés un peu autour là quelques minutes. Et puis demain c’est le retour. Enfin « ils » veulent qu’on rentre demain, nous on resterait bien un peu quoi.

Liability : Mais vous allez revenir !

joe : oh oui en décembre c’est vrai !

Liability : Vous serez aux transmusicales de rennes, c’est un super festival encore.

joe : Ouais ouais, ça me tente vraiment bien. On a entendu tellement de bien au sujet de ce festival !

Liability : mais fut un temps c’était uniquement pour des tous petits groupes prometteurs et là cette année ça semble un peu parti dans le n’importe quoi.

joe : Oui on nous avez dit essentiellement de groupes pas signés.

Liability : Oui d’habitude mais cette année, marilyn manson

joe : Haha ouais, manson est trop space comme gars ! yaura dizzee rascal aussi, j’ai hâte !

Liability : Tu as ecouté le nouveau dizzee rascal ?

joe : Ouais clair, génial, génial sérieux

Liability : Ben voilà les trans c’est ça !

joe : Oui ça a l’air, on est vraiment contents d’être programmés là bas. En fait il y a encore quelques temps on ne connaissait pas du tout, et puis quand Gildas de Kitsuné nous en a parlé, on s’est un peu renseignés et là, grosse impression ! Tout le monde nous disait que c’est un truc génial et que c’est vraiment, vraiment un bon festival

Liability : Et puis c’est dans un endroit vraiment chouette, vous verrez. C’est un peu alcoolique comme endroit mais ça devrait vous plaire

joe : (rires) et ça risque d’y faire froid ?

Liability : Ben oui quand même un peu, c’est la Bretagne, c’est plutôt froid et puis c’est l’hiver

joe : C’est clair d’ailleurs c’est un peu space un festival en décembre je trouve

Liability : Oui c’est clair que ça fait drôle, mais c’est un vieux festival avec ses traditions et c’est comme ça depuis toujours, j’peux pas trop vous dire pourquoi en fait.

joe : Oui c’est le 25eme je crois, c’est sérieux

Liability : Hehe vous allez voir c’est plutôt cool pour vous ce genre de fest. Les groupes qui y passent sont en général peu connus puis quelques mois après c’est la gloire, ou presque.

joe : Yeah on va être des stars alors ! (rires)

Liability : là le reste du groupe entre, dont un des membres guitariste …

Liability : D’ailleurs, ya un terme spécial pour jouer avec un ananas ? (ndlr_alexis jouait cet été avec un ananas percussion sur scène)

alexis : (rires) haha non mais ça semble facile mais c’est chaud en fait.

Liability : Oh oui je me souviens qu’un avait rendu l’âme cet été a bristol …

joe : Oui ça a été dur pour nous de nous en sortir ensuite.

alexis : trop secoué, il n’a pas apprécié (rires)

joe : oui l’ananas sert juste à être secouer, surtout pour les clips. Tu sais sur une vidéo tu vois quelqu’un secouer mais tu vois pas le détail, savoir si c’est un vrai ou pas. On a aussi un banane, et du raisin aussi (ça part en fou rire général)
Alors tu vois l’ananas se secoue comme ça (il mime), la banane rien à voir c’est plutôt comme ça (autre mime) et le raisin c’est encore plus délicat ! (fou rire général)
On pense aussi prendre un melon au menu .. à voir, faut qu’on y réfléchisse.
(rires) non mais le raisin je crois que c’est le top (tout le monde mime en riant

Liability : D’ailleurs j’ai un peu lu la bio reçue, il est écrit que vous avez du mal à rejouer les titres studios sur scène car ils sont trop riches. C’est pour ça que les autres font plus partie du groupe maintenant ?

joe : Ouais c’est vrai on a un peu de mal. On ne veut pas lancer des boucles sur un ordinateur. On veut jouer notre musique. C’est ce que font pas mal d’artistes et c’est au final vraiment chiant. Donc on voulait tout faire et ça s’est compliqué. C’est pour ça que le groupe s’est étoffé.

Liability : Oui je me souviens bien de vous tous sur scène, tout le monde a fond sur sa machine. Surtout toi [joe] et alexis headbanging, c’était assez culte

Liability : Puis on a continué à parler de musique, de paris, de bristol, de photos ….
Ensuite le soir on les retrouve juste avant leur concert, ils ne sont pas au complet …

alexis : oui les autres voulaient prendre absolument une douche et maintenant on est à la bourre (rire)
(joe arrive apparemment content de nous retrouver)

joe : hey hey ! Alors vous êtes prêts ?

Liability : yep ! On va regarder tv on the radio et des que vous commencez on arrive.

joe : Oui c’est vrai que ça fait un peu chier d’être en mm temps que les stars de la soirée

Liability : T’inquiète on sera au moins là nous … et d’ailleurs j’avais une autre question pour cette aprème. Voilà dans la chanson ‘‘playboy’’ vous parlez de Peugeot (‘‘driving in my peugot yay yay, twenty inch wheels with the chrome yay yay listening at yo la tengo yay yay’’) alors la question qui tue. Mais pourquoi une Peugeot ???
(rires)

alexis : haha oui la Peugeot. Ben on voulait faire un truc qui sonne un peu hip hop

joe : et donc on a choisi la voiture la moins hip hop qui soit (rires)

Le reste du groupe arrive et ils vont s’installer doucement. Le concert de tv on the radio est desservie par un son pourri, donc on se précipite aux premières loges pour hot chip. Qui restera le meilleur concert de la soirée avec fuckaloop justement.
A l’occasion de cette soirée nous ne sommes pas les seuls à avoir apprécié le concert puisque les autres stars de la soirées, Soulwax ont flashé sur eux et les ont pris en première partie de leur tournée européenne sur quelques dates. Puis ce fut l’Iceland Airwaves où ils donnèrent deux shows dont tout Reykjavik se souvient encore et enfin les trans au milieu de concerts moyens ils ont su tirer avec brio leur épingle du jeu !

Merci à Hot Chip pour leur gentillesse et leur talent et à Héloïse pour son aide précieuse !

Lien : http://hotchip.co.uk/
http://www.moshimoshimusic.com/

Par jean marc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.