Hellfest 2018 journée 1 – Partie 7 – Clisson – 2018-06-22

Artiste : Hellfest journée 1 – Partie 7

Lieu : Clisson

Date : 2018-06-22

Quoi de mieux qu’un come-back ? Séparé en 2013, le groupe avait largement payé de sa personne en 15 ans d’activisme mais laissant sur le carreau nombre d’afficionados épleurés par l’arrêt du groupe. Bon, on exagère peut-être un peu mais le split du Uncommonmenfrommars a laissé comme un vide. Si ce come-back n’est que ponctuel (pour trois concerts seulement et surtout à l’initiative des Burning Heads) il était fortement attendu à la Warzone qui fait le plein. Ce qui n’est pas une réelle surprise pour nous l’est pour le groupe qui n’a sans doute jamais joué devant autant de monde. Les Unco sont donc surpris mais pas pour autant impressionnés. Ils iront, comme à leur habitude, à l’abordage et ne ménageront pas leur effort. Dans une ambiance de feu (les wall of death se succèdent), Uncommonmenfrommars font un carton en réalisant un concert juste et puissant. De l’avis de beaucoup ce set fait parti de ceux dont on se souviendra dans l’histoire du Hellfest. Et à raison, car au-delà de la performance délivrée par le groupe, il y avait une vraie émotion à retrouver ce groupe qui n’a jamais menti que ce soit sur scène ou sur disque, effaçant quasiment les Burning Heads qui fêtaient leurs 31 ans de carrière. Et c’est peu dire.

L’intensité sera peut-être un peu moindre avec Church of Misery qui, sous la Valley, est plus dans un registre plus sombre et comme la thématique du groupe tourne autour des tueurs en séries on sait par avance que l’on va bien rigoler. Si le chanteur en rajoute un peu sur le côté théatral, Church of Misery ne commettra pas d’impair et se montrera bien sous tous rapports. Pesant, sombre et cataclysmique, Church of Misery ne rate donc pas son retour au Hellfest et comme beaucoup de groupes qui sont dans le doom, ils s’imposent par la force. Classique dans la forme, les japonais développe leur propos avec efficacité. Il manque juste peut-être la petite étincelle pour que cela devienne grandiose. Et cette étincelle n’est jamais vraiment venu. Reste, dès lors, un concert appréciable et enrichissant mais pas inoubliable

Retour à la Warzone qui mérite bien son titre de scène la plus what the fuck du festival. Ce sont les Svinkels, eux aussi fraîchement reformés, qui investissent la scène. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils n’ont rien perdu de leur capacité à mettre le feu et ce bien servi par un DJ Pone efficace. Certes, les Svinkels ont pris du bide mais l’énergie, elle, est toujours là et ils montrent qu’ils sont toujours aussi pertinents, drôles et loin d’être has been. Et contrairement à ce que l’on aurait pu croire, la Warzone fait encore le plein. A croire que c’est la scène la plus ouverte du festival, capable de passer d’un extrême à l’autre sans coup férir. Les Svinkels s’en rendent compte assez facilement et jouent avec un public qui leur est tout acquis. C’est là que l’on sait que le concert est bon, quand il y a cette osmose entre le groupe et ceux qui communient avec lui. Après, les Unco, les Svinkels ne font pas retomber la pression et c’est tant mieux.

Sous la Valley c’est Eyehategod qui, une fois de plus (ça doit bien faire 3 ou 4 fois qu’ils viennent), qui s’installent. Le problème avec eux est de savoir dans quel état on va trouver Mike Williams qui n’est pas toujours de la première fraîcheur quand il entre sur scène. Et là, ô surprise, celui-ci est plutôt en forme ce qui se ressentira sur le concert en lui-même. Même si nous n’avons plus rien à apprendre d’eux, il est toujours appréciable de les voir sur scène et ce quelle que soient les conditions. Eyehategod ne fera pas ici le pire concert qu’il ait fait ou le plus malsain. On dira que les conditions sont presque normales et on s’en plaindrait presque. Pour autant, Eyehategod montrera de belles choses sur ce concert et il y a de quoi s’en satisfaire. C’est presque louche. Les américains qui rentrent dans la normalité, ça fait quand même bizarre.

Crédits Photos :  https://fabienpondard.fr/

Lien: https://www.hellfest.fr/

Par Fabien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *