Hellfest 2018 journée 1 – partie 5 – Clisson – 2018-06-22

Artiste : Hellfest 2018 journée 1 – partie 5
Lieu : Clisson
Date : 2018-06-22

 

Quand Seven Hate se met en place c’est un peu une part d’histoire du punk rock français qui se joue devant nous. Pendant une bonne décennie le groupe poitevin aura été l’un des plus beaux fleurons du punk mélodique hexagonal. Une séparation, puis un retour presque en fanfare et nous revoilà à revoir un Seven Hate même pas revanchard qui ne semble pas jouer sa survie sur cette seule date. Certes, Seven Hate n’est pas le genre de groupe à vouloir se rendre le plus spectaculaire possible mais ils ont cette volonté de faire les choses bien, propres et nettes. Le groupe se montre même assez séduisant créant de beaux mouvements de foule. En gros, Seven Hate fait un sans fautes, solide sur ses bases, jouant de manière décontractée tout en sachant maintenir une saine pression. Du plaisir, rien que du plaisir.

Sous la Valley, c’est du plus lourd et du plus gras qui nous est proposé avec les américains de Bongzilla. Ici, il n’est pas question de finesse ou de mélodies ciselées. Bongzilla officie dans un sludge pur jus qui ne laisse pas de place aux discussions philosophiques. Avec leurs têtes de rednecks, casquettes vissées sur la tête, Bongzilla délivre son sludge crasseux et brutal sans être le moins du monde précautionneux. Même si le groupe se montre délectable de bout en bout, il reste assez classique dans son genre. La performance reste belle mais pas spécialement étonnante même si Bongzilla se montre plus subtil qu’il n’y paraît. On prend ce concert pour ce qu’il est et rien d’autre. Il ne nous en fallait pas plus de toute façon.

Retour à la Warzone pour assister au concert mené tambour battant par les vétérans de Burning Heads. Ce qui, en soi, était attendu par le public qui ne s’est pas fait prier pour entamer les premiers slams. Après 30 ans d’activisme, le groupe a toujours bon pieds bon œil et retourne la Warzone comme une crêpe sans trop de peine. Même si les Burning Heads ne sont pas le groupe de notre cœur il faut leur reconnaître une belle présence scénique et un côté assez incisif. Un concert, donc, plein et entier qui ne doit rien à personne montrant aussi que les Burning Heads sont plus vivants que jamais. Et c’est heureux.

Quelle que soit la formation dans lequel il évolue, c’est toujours un plaisir de voir Kirk Windstein. Sous la Valley, ce n’est évidemment pas avec Down mais bien avec Crowbar qu’il nous faire profiter de sa bonhommie. Et à vrai dire on n’a pas été déçu du voyage. Kirk Windstein et ses camarades sont plutôt en forme et le font savoir. Crowbar, on ne les présente plus, on sait ce qui va se passer sur scène mais la magie fonctionne encore et toujours. Windstein n’est pas le perdreau de l’année et il sait comment ça fonctionne. Il n’a même pas besoin d’en faire des caisses. Sa simple présence suffit et son expérience fait le reste. De fait, Crowbar aura été largement à la hauteur, sans fioritures, simple et efficace. Crowbar dans toute sa splendeur.

Crédits Photos :  https://fabienpondard.fr/

Lien: http://www.hellfest.fr/

Par Fabien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *