Grandaddy – Le Grand Mix Tourcoing

Artiste : Grandaddy
Date : 2003-11-14
Lieu : Le Grand Mix Tourcoing

Grandaddy, cinq californiens aux allures de boys next door ( des montagnes ) ont entamé cette année une de leur plus grosse tournée, commencée un peu avant la sortie de le ur dernier Album, Sumday. Après quelques heurts ( accident de Jim Fairchild, disparition de proches…) et alors que la trêve d’hiver approche, discussion autour d’un café bouilli et d’une Winston light avec le rescapé du bus ( qui a tout de même failli lui arracher le bras ), le guitariste, monsieur Jim " porte bien son nom" Fairchild.

Liability : Comment la tournée se passe-t-elle pour l’instant?

Jim Fairchild : Très bien. Vraiment très bien. A part, euh, à part oui l’autre soir à Wolverhampton, la foule était bizarre. Ils étaient genre étranges. Ils hurlaient "JASON!" pendant qu’il était en plein milieu d’un passage calme, seul au synthé. Peut-être que c’était du au fait que le concert a eu lieu un mardi. Les jeudi ou vendredi les gens sont reposés, ce sont des jours à concerts. Là c’était un mardi, à mon avis pas le jour idéal pour un concert.

Liability : Ils se croyaient peut-être à un concert de The Darkness?

Jim Fairchild : (rires) Non, ça devait être à cause du jour.

Liability : Dans quel état d’esprit avec vous abordé le début de la tournée?

Jim Fairchild : C’était très étrange parce que nous avions à peine terminé d’enregistrer Sumday et nous en étions très contents. Mais on n’a pas eu le temps de bien se préparer, en fait j’aurais aimé pouvoir tout prévoir à l’avance, que l’on ait le temps de bien répéter….Mais nous avons eu l’occasion de donner des concerts pour les potes, des entraînements et ça s’est bien passé…

Liability : Et maintenant?

Jim Fairchild : Je me sens étonnamment bien. Content, heureux même, tout le monde s’entend super bien, et pour la première fois on joue bien.

Liability : Justement, vous semblez être plus énergiques sur scène, comment cela se fait-il?

Jim Fairchild : On se sent plus en confiance maintenant. On a enfin accepté que les concerts faisaient partie du tout, de ce que nous faisions. Nous avons enfin admis que nous jouions pour un public, qu’il fallait se montrer plus respectueux. C’est aussi pour cette raison que nous avons accepté de sortir un extra CD avec le dernier album. On est revenu chez nous pendant quelques semaines et en écoutant les bandes enregistrées, on s’est dit que finalement ce n’était pas si mauvais, bien même. Jason notamment était surpris et au départ nous voulions sortir tout le concert enregistré en Angleterre. Mais pour une histoire de droits et comme les Blacks Sessions étaient très bonnes, on a conservé des morceaux des deux.

Liability : Pour Sumday, comment s’est passé l’enregistrement de l’album? Jason vient avec ses idées sur cassette et vous travaillez ensemble ou…?

Jim Fairchild : Jason n’a jamais fait de démo avant. Mais là, pour le dernier, il est arrivé un jour avec quoi? 30-35 chansons sur cassette, vraiment très bonnes et on a commencé à les travailler. On en avait marre de tourner et on était vraiment motivés de se consacrer au groupe et à la composition. Ça nous a pris deux mois pour tout écrire et peaufiner, et tout le monde était réellement excité par ces chansons. Tout le monde sentait comment ça allait tourner.

Liability : Qu’est ce qui vous semble le plus important sur cet album?

Jim Fairchild : C’est en quelque sorte la cristallisation de nos efforts, de ce que nous voulions faire dès le départ. Je crois que nos deux précédents albums, tout ce que nous avions fait jusque là a servi à préparer Sumday. Il est bon, c’est un accomplissement pour nous.

Liability : Point de vue créatif, le mélange de tristesse et de légèreté "pop" est-il toujours le meilleur qui soit?

Jim Fairchild : Je ne sais pas…En fait quand Jason compose, il compose toujours de la même manière, sans chercher à imiter un autre. Si Jason faisait du John Cage, ça ne marcherait pas. Il y a toujours cette part de mélancolie dans les morceaux, il ne peut pas faire autrement. Le côté pop est là peut-être pour rendre ça plus intéressant.

Liability : Est ce que la mort ( celle d’Elliot Smith en particulier ) a une influence sur votre façon de jouer?

Jim Fairchild : Euh…Je ne sais pas. Mais je sais ce qu’Elliot représentait pour moi, il était en quelque sorte mon meilleur ami, comme je me l’imaginais. Il a apporté tant de bonheur et de bien autour de lui avec ses chansons. C’est vrai que ça constitue une sorte d’exemple pour nous. On doit essayer de partager notre sensibilité à d’autres gens. On se doit de répandre un peu de sentiments autour de nous.

Lien : http://www.grandaddylandscape.com
http://www.v2.fr

Par drezco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.