Exsonvaldes – msn

Artiste : Exsonvaldes
Date : 2004-09-15
Lieu : msn

Exsonvaldes a sorti son premier album : "Time we spent together" le 11 Mai 2004 (Noise Digger / Chronowax). Quelques mois après Simon (chant / guitare) nous parle de la suite…

Liability : Alors ça y’est l’album est sorti depuis quelques mois maintenant, comment se passent les ventes ?

Simon : On ne sait pas vraiment pour l’instant. Ca semble être bien engagé, il y a des endroits précis pour lesquels nous avons les chiffres (paris, rennes) et c’est très encourageant, mais au niveua national, je ne sais pas te répondre. Mais moi aussi j’aimerais bien savoir !

Liability : Et alors à Paris ? tu as un chiffre à nous donner ?

Simon : Tout ce que je sais c’est les ventes en Juillet dans certaines Fnac, mais je te dirais tout quand je saurais, promis. On attend des nouvelles de notre distributeur !

Liability : Est ce que c’est un soulagement après des années d’auto production d’être dans les bacs des magasins, d’avoir un label, une distribution ?

Simon : Un soulagement, je ne sais pas, car on a quand même obtenu des résultats quand nous étions auto-produits, et même si nous avons un label maintenant, il reste beaucoup de chemin à parcourir. Mais c’est un grand pas en avant, une grande satisfaction… Et puis surtout moins de travail "non-musical" pour nous, c’est appréciable. Après je pense que c’est un travail qui se fait sur la longueur. Etape par étape, la signature sur un label en est une, mais il n’y a rien de magique…

Liability : Est ce que tu t’attendais à quelque chose de mieux en signant sur un label ?

Simon : Non nous savions ou nous allions. L’idée était d’avoir les moyens financiers pour enregistrer un album, et de travailler avec des gens sympas, autour d’une idée commune de la musique. Nous savions déjà que le chemin serait long. Et puis il y a quand même eu beaucoup d’avancées depuis un an, ne serait-ce que la tournée qui s’annonce pour le mois d’octobre… Ca n’aurait pas été imaginable sans un album, un label, un distributeur…

Liability : Et qu’est ce qu’a ça fait de jouer avec des groupes que vous écoutez ?

Simon : C’est une grande satisfaction car on se dit qu’on a changé de catégorie… C’est un peu la récompense d’un long travail. Une reconnaissance aussi. Girls in Hawaii c’est différent car nous les avons découvert en jouant avec eux il y a plus de 2 ans à liège. Et puis ça va aussi nous permettre de toucher un public plus large et plus varié.

Simon : Je ne saurais pas trop répondre à cette question. Je pense que ça ne dépend pas que du potentiel d’un groupe. Il y a parfois un single, un concert au bon moment, qui peut déclencher une réaction en chaîne. Il y a aussi une grande part de chance la dedans. Moi je pense qu’Exsonvaldes ce n’est pas difficile d’accès, donc on verra en Octobre comment le public de Girls in Hawaii (par exemple) réagira. On est plutôt confiants, mais on sait aussi que ça ne dépend pas que de notre musique.

Liability : Vous avez déjà des nouveaux titres en chantier ? assez pour un deuxième album bientôt ?

Simon : On a 7 ou 8 nouveaux titres en chantier… On en joue trois sur scène, mais c’est parce qu’ils sont très aboutis, je ne pense pas que nous intégrerons d’autres nouveaux titres dans le set avant longtemps… Enfin qui sait, on verra… On ne pense pas vraiment à un deuxième disque pour l’instant…. Il y a justes toutes ces idées de morceaux sur lesquelles nous avons envie de travailler…. On attend d’avoir 25 ou 30 chansons, et puis on se mettra à penser au disque… Je pense qu’on a le temps. On se mettra peut-être à travailler la dessus dans un an… D’abord il y a beaucoup de concerts à faire !

Liability : Peux tu me parler de Noise Digger, votre label ? le présenter aux lecteurs… Comment avez vous été contacté par eux ?

Simon : On a rencontré Philippe et Denis à un concert d’Exson il y a un peu plus d’un an… On commencait à penser à notre premier album, et eux accrochaient beaucoup sur exson, et voulaient produire le disque. On a parlé pendant de longues heures, pas vraiment de contrats mais tout bêtement de musique, et comme le contact était super, on a signé pour un disque. ‘time we spent together" est le deuxième disque sorti chez Noise Digger (après "éloquences des fatigués" de Gypsophile), et bientôt sortirons les disques d’Arman Melies et de Poney Club. Et je conseilles aux lecteurs de Liability de se procurer l’intégralité du catalogue Noise Digger, évidemment.

Liability : Est ce que maintenant, si tu pouvais tu modifierais des choses sur votre premier album ?

Simon : Des détails. Quelques prises de voix ou quelques coups de batterie. Mais sinon, non. Je suis content de l’unité qu’on a réussi à obtenir, l’ensemble très cohérent, compact. C’est ce qu’on voulait. On ne fera sans doute pas ça sur le deuxième album, mais c’est ce qu’on voulait sur celui là, et on est très satisfaits du résultat.

Liability : J’ai eu la chance d’écouter « August » un de vos très bons nouveaux titres. Et j’ai entendu parler d’un maxi. C’est prévu pour quand ?

Simon : August est l’un de nos plus vieux titres. Il était sur notre première démo, et nous l’avons enregistré à nouveau pour l’album, mais finalement ça ne collait pas avec l’ensemble. Pour le maxi, c’est une idée qui existe, mais rien de vraiment concret pour l’instant. On ne veut pas non plus aller trop vite. Nous devons écrire beaucoup pour ne sortir que ce qui le mérite vraiment.

Liability : Il me semble aussi avoir lu dans une interview que vous ne seriez pas contre quelques sonorités électroniques dans le futur ? par ex pour les batteries. Est ce déjà avancé ?

Simon : Oui tout à fait. Plus nous avaçons, plus nous ajoutons des choses nouvelles dans nos morceaux. Sur "time we spent together", il y a plus de violoncelle ou de claviers que sur "someday if i want to". Il y a aura d’autres choses sur les prochains morceaux. Mais c’est encore au stade d’expérimentations.

Liability : Est ce que tu télécharges toujours des albums sur Internet maintenant que tu as ton disque dans les bacs ?

Simon : Bien sur. Je n’ai pas les moyens d’acheter tout ce que je veux écouter. Donc je télécharge, et j’achète le meilleur. Je n’ai jamais écouté autant de musique, et acheté autant de disques (sans parler des places de concerts) que depuis que le p2p existe… Donc je ne vais pas retourner ma veste sous pretexte que mon disque est à la Fnac ! Par exemple j’ai acheté l’album de Flotation Toy Warning après l’avoir téléchargé, car il est vraiment bien.

Liability : Quelles sont tes plus grandes envies avec exsonvaldes maintenant ? La première partie de deus ? Ca serait une sorte d’aboutissement ?

Simon : Une première partie de dEUS, c’est sur que ce serait extraordinaire. Mais un aboutissement, sans doute pas, il faut quand même essayer de voir un peu plus haut. On a envie de continuer à notre rythme, d’être de plus en plus contents de ce que nous écrivons, de faire beaucoup de concerts.. Pour évidemment réussir un jour à (plus ou moins) vivre de la musique… Et c’est sans doute beaucoup plus dur que de faire une première partie de dEUS ! (même si, je le re-dis, j’aimerais bien…)

Liability : Bon bah voilà j ai plus de questions, si tu as quelquechose à dire en plus…

Simon : J’espère croiser des lecteurs de Liability à nos concerts en Octobre et Novembre

merci simon.

Lien : http://www.exsonvaldes.net
http://www.noisedigger.com

Par dorian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.