Emily Jane White – Immanent Fire (2019)

Artiste : Emiliy Jane White

Album : Immanent Fire

Label : Talitres

Année : 2019

Tracklist : |01 Surrender|02 Drowned|03 Infernal|04 Washed Away|05 Metamorphosis|06 Dew|07 Shroud|08 Entity|09 Light|10 The Gates at the End

Note : 8

Qu’est-ce que l’élégance ? Ecoutez les disques d’Emiliy Jane White et vous en aurez déjà une idée. Depuis son apparition parmi nous, l’américaine n’aura jamais quitté cette même élégance qui lui va comme un gant. Il ne suffit pas de brailler, d’avoir une voix puissante, de se vautrer dans les trémolos pour susciter l’émotion. Emily Jane White n’est pas de celles qui ont une voix capable de porter sur plusieurs octaves. Elle possède une voix posée, soupirante, brumeuse. Elle n’est au service que d’elle-même et de ce qu’elle a envie de transmettre. Et sa seule résonance suffit comme on peut le constater sur Immanent Fire, disque engagé et à la beauté crépusculaire. Engagé parce que l’américaine prend le parti d’aborder les problèmes de notre temps. Un constat pessimiste sur la disparition progressive de la faune, les désordres climatiques, économiques et sociaux. Chose qui n’est pas nouvelle pour elle, puisque déjà sur They Moved in Shadow All Together elle nous parlait des violences faites aux femmes, le racisme ou les abus policiers. Des sujets qui sont encore très actuels. Ne voyez pas chez elle une forme d’opportunisme. Il n’y en a pas. Elle montre tout simplement que l’heure n’est plus au silence et que c’est aussi aux artistes d’endosser ce rôle. Et il y a urgence, d’où le titre qui peut paraître alarmiste. Emily Jane White n’est pas là pour façonner une peur. Celle-ci est déjà là. Il s’agit ici d’ouvrir les consciences même si elle est loin d’être la seule à le faire. Et elle utilise les armes à sa disposition pour le faire : les mots et la musique. Immanent Fire est ce mélange d’une chanteuse à la Tori Amos ou Agnès Obel qui rencontre l’américana, qui de Tarnation à Laura Veirs en passant par Kristin Hersch met en évidence une musique voluptueuse, sensible mais déterminée. C’est comme une main de fer dans un gant de velours. Il n’y a pas de fragilité chez Emily Jane White mais pas de violence non plus. Sur Immanent Fire elle poursuit à construire son empreinte sonore entamée sur ses précédents disques. Ce work in progress qui est à chaque fois une remise en cause, un effort constant vers la justesse et, comme on l’a déjà dit, le crépusculaire. Parce que, oui, ce disque, comme tous les autres, tend vers cela et Emily Jane White se révèle manifestement de plus en plus douée en la matière. Voilà donc un disque beau comme l’aurore qui a aussi cet insigne mérite de faire marcher vos méninges. On a tout à gagner à l’écouter.

Lien : http://emilyjanewhite.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *