Drose – Boy Man Machine + (2019)

Artiste : Drose

Album : Boy Man Machine +

Label : Computer Students

Année : 2019

Tracklist : |01 The Unraveling|02 An Idol|03 A Loss|04 Numerical Control|05 Mechanism Is Lord|06 A Clay Mind|07 The Man|08 A Change|09 Heat and Patience|10 His Reflection|11 Mine|12 A Room|13 The Tapping|14 A Voice|15 My Face|16 A Cry|17 Knuckle

Note : 7,5

Si Drose est bien un groupe, c’est bien Dustin Rose qui semble en être le cerveau (Drose pour D(ustin)Rose, hein). Et il vaut sans doute mieux qu’il y en ait qu’un comme lui dans cette formation. Sans préfigurer de l’état d’esprit des autres (Gregory Packet, John Mengerink et Bob Brinkman), il apparaît assez clairement que Dustin Rose n’est pas de ceux qui se complait dans le conventionnel et le feel good musical. C’est même tout l’inverse.  Le disque qui nous occupe aujourd’hui est d’une totale brutalité. Non pas parce qu’il soit d’un volume sonore plus fort que les autres (je crois qu’on n’a pas fait pire que les disques de Merzbow ou de Whitehouse) ou qu’il soit capable de faire imploser un bunker mais il est de ces disques conceptuels qui impose une chape de plomb dont on ne se débarrasse pas facilement. Originellement sorti en 2016, Boy Man Machine + est le conglomérat de l’album de départ, de leur premier single et de trois morceaux inédits. Ici, la démarche de Dustin Rose est de narrer l’histoire d’un homme qui se transforme peu à peu en machine et, par extension, offre une réflexion sur la « distorsion technologique ». Lancinant, plaintif, mêlant musique industriel et doom, Boy Man Machine + est comme une longue lamentation accompagnée d’une musique largement amplifiée et pesante. Il faut dire que la conception du disque est, elle aussi, d’une nature surprenante. Pour donner du sens à son projet, Dustin Rose a enregistré ce disque en parallèle de la construction d’une voiture. Comprenons-nous bien, le disque a bien été enregistré sur le lieu ou fut conçut ledit bolide. De fait, on y entend allègrement les outils de l’atelier qui viennent se greffer aux lourdes guitares de Rose et de Packet ainsi que de la batterie pachydermique de Mengerick. Boy Man Machine + est un disque qui peut facilement mettre mal à l’aise et ne s’apprivoise pas facilement. Pour autant, Drose va jusqu’au bout de son idée et ce disque à une espèce d’unité assez remarquable, ne laissant filtrer aucune compromission. C’est sans doute en cela que ce disque est brutal, sans concessions et, malgré son côté plaintif, est d’une poigne et d’une résonance des plus particulières. Il est difficile de se positionner pleinement mais on reconnait à Drose une constance dans l’effort et de susciter un peu plus que la simple curiosité. Boy Man Machine +, comme le groupe, qui l’a composé, sont complètement à part et il n’est pas certains que nous soyons prêts à recevoir une telle déflagration. Pas tous en tout cas.

Lien : https://droseohio.bandcamp.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *