Deer – There’s No Future (2019)

Artiste : Deer

Album : There’s No Future

Année de sortie : 2019

Label : Autoproduction

Tracklist : |01 There’s No Future|02 Deaf|03 Wailing Wood|04 Tell-tale H…|05 Bitting A Spectrum|06 Dead Souls|07 The End of Times

Deer a beau être un duo mexicain qui vit à Hong Kong, le critère de l’exotisme (enfin de notre point de vue d’occidental ventripotent) n’est pas suffisant pour que l’on s’intéresse à eux. Il en fallait un peu plus pour que l’on se penche sur ce premier album (du moins est il présenté comme tel). Ce qui est plus intéressant c’est leur parcours. En effet, on n’est pas programmé dans plusieurs festivals, dont la version asiatique du Sonar, par hasard. On se dit qu’il doit bien y avoir quelque chose. Pour en avoir le cœur net il fallait bien écouter ce There’s No Future qui, comme son nom l’indique, est plein d’optimisme. Et, franchement, il n’y avait pas de quoi en faire un pataquès. En même temps, personne n’en a fait non plus et même pas le groupe. Ce dernier essaye d’exister modestement sans se prendre pour des dieux. Ce qui est tout à leur honneur. Ceci dit, si There’s No Future peut avoir des côtés plaisants, il n’a rien d’exceptionnel. Dans une orientation electro-rock/trip-hop avec des petites tendances indus tout en pensant à Army of Me de Björk avec leur morceau Deaf (en tout sur l’intro). Deer sait se rendre efficace dans ses compositions mais n’en reste pas moins dans une approche assez convenue qui ne les distingue pas vraiment de la production actuelle. Pire, on a même l’impression d’avoir déjà entendu ça des centaines de fois sans que celle-ci nous quitte tout au long de l’album. Comme beaucoup, Deer est dans la figure de style et ils peinent à en sortir. Au-delà de ça, on reconnait que There’s No Future s’écoute sans déplaisir, que son côté rentre dedans est pour le moins efficace à défaut d’être totalement original. On se dit, alors, qu’il y a peut-être quelque chose à creuser et que cette impression bancale que l’on peut avoir à leur encontre peut toujours évoluer dans le bon sens. À eux désormais d’être dans une plus grande plus de risques et de dépasser le « commun ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *