Dead Pop Club – e-mail

Artiste : Dead Pop Club
Date : 2003-03-01
Lieu : e-mail

Liability : presentez vous rapidement, pour ceux qui ne vous connaissent pas encore.

Dead Pop Club : Dead Pop Club existe sous sa forme de quatuor (Olivier, Duwick, Jer et Guillaume) depuis mars 99. On a sorti deux albums. Superpower sur War On Majors en 2000 et plus récemment Autopilot Off sur Diabolik/Crash Disques en Octobre 2002. On a aussi participé à une dizaine de compilations dont Tibet Libre, 45s pour tuer Portobello Bones et Emo Glam Connection et donné une centaine de concerts.

Liability : Quelles sont vos principales influences ?

Dead Pop Club : Pour cette question, tu auras probablement une réponse différente par musicien mais en gros je dirais Samiam, Girls Against Boys, Foo Fighters, Nada Surf, Fireside, Quicksand, Drive Blind, Burning Heads, Hot Water Music, At The Drive-In, Weezer, Thursday, The Clash, The RamonesŠ..

Liability : Votre album "autopilot off" est sorti en Octobre dernier, quelles ont été vos retombées?

Dead Pop Club : Elles ont été bonnes. Voir même au delà de ce que l¹on espèrait. Les chroniques ont été positives autant dans les fanzines que la presse spécialisée. On nous appelle aussi régulièrement pour des dates de concerts ce qui est pour nous la plus grande récompense.

Liability : Vous avez eu une page dans Rock n folk. Que pensez vous du magazine ? Avez vous apprécié l’article?

Dead Pop Club : Oui on a apprécié l¹article. Il nous présente comme on est. Simple, sans réel but si ce n¹est de s¹amuser et d¹essayer d¹écrire de bonnes chansons. Dead Pop Club n¹a aucune prétention. On fonctionne à l¹instinct sans artifices, ni baggy, ni perf, ni pantalons de survêt ou masques de zombies (quoique appel à tous j¹aimerai bien en avoir un!). Etre dans Rock¹n¹Folk était inespéré pour nous. On n¹aurait jamais pensé pouvoir intéresser Manoeuvre. Quelquepart c¹est une récompense. Même si on adhère pas entièrement au magazine (on en a marre des Stones mais vraiment marre), R§F reste un très bon mag bien écrit et intéressant. On s¹est rendu compte qu¹il est vraiment lu par les disquaires et les programmateurs de salles qui ont souvent plus de 30 ans et qui se reconnaissent dans cette génération Manoeuvre. L¹article nous a crédibilisé auprès d¹eux nous enlevant une étiquette de punk kids à guitares.

Liability : Vous sentez vous appartenir à une scène emo rock en France ?

Dead Pop Club : Emo rock, je ne sais pas. Nous ne sommes pas à 100% emo bien que l¹on en écoute beaucoup. Plus qu¹appartenir à une scène, on se sent lier à des amis qui jouent dans des groupes que l¹on admire énormément comme Second Rate, Homeboys, Sexy Pop, Flying Donuts, Seven Hate, X-Syndicate, Gingerbread, Maria BlondeŠ. Tous ne sont pas emo. Certains sont punk-rock, d¹autres plus heavy rock ou rock¹n¹roll.

Liability : comment vous y prenez vous pour composer ?

Dead Pop Club : Très naturellement. On se retrouve dans notre local moisi qui sent les pieds situé sous les puces de St Ouen et après avoir prié pour l¹inspiration auprès des âmes de Joe Strummer, Joey Ramone et Kurt Cobain, on laisse parler nos guitares. Il n¹y a pas un unique compositeur dans Dead Pop Club. Le travail est partagé entre nous quatre équitablement.

Liability : Vous avez joué avec "and you will know us by the trail of dead", vous en gardez un bon souvenir ? Que pensez vous du groupe ?

Dead Pop Club : Un excellent souvenir. C¹était une de nos premières grosses dates parisiennes en première partie d¹un groupe ricain. De plus, nous étions fans de Trail Of Dead. Sur scène, on a pris une grosse claque. Ils sont vraiment impressionnants notamment lorsque les deux chanteurs s¹amusent à changer d¹instruments (ils sont simultanément guitariste et batteur).

Liability : Aimez vous Sum 41 ?

Dead Pop Club : Bizarre cette question. Pourquoi Sum 41? Personnellement, je n¹ai rien contre eux. Je me suis surpris à accrocher sur leurs singles radios. Leur humour de morveux écervelés est assez marrant. La vidéo de Pain For Pleasure où ils parodient le hard rock des années 80 façon Spinal Tap est hilarant. Maintenant, je ne m¹écoute pas en boucle Sum 41. Loin de là. Ils n¹amènent rien à la machine du punk à roulettes. Ce que je reproche, c¹est plus la manière dont on les promotionne. Leur major les vend à outrance comme une pauvre paire de chaussettes. Mais sur le groupe en lui-même, il n¹est pas plus mauvais qu¹un bon nombre de clones de Bad Religion sur des labels indés. Cette guerre indé major est souvent idiote du côté des ricains. Je prendrais toujours l¹exemple de Green Day adulé à l¹époque de leurs disques Lookout puis descendu pour Dookie et Nimrod alors que la qualité était toujours au rendez vous. Ce que je reproche parfois au punk ce sont les règles rigides qui le régissent. Il faut souvent correspondre à trop de critères pour être accepté par ses fidèles. Ce qui était bien dans le punk au départ, c¹était justement cette absence de règle et la fait que que n¹importe qui puisse empoigner une guitare et monter sur scène.

merci à Dead Pop Club

Lien :

Par dorian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.