Cut City – Exit Decades (2007 – réédition 2019)

Artiste : Cut City

Album : Exit Decades

Label : Specific Recordings

Année : 2007 (réédition 2019)

Tracklist : |01 Like Ashes Like Millions|02 Manœuvres|03 Numb Boys|04 Anticipation|05 Damaged|06 Such Verve|07 Rival Trial|08 Just Pornography (for M.E.)|09 The Dull Miles (Exit Decades)

Note : 7

Tiens, un nouvel album d’Interpol. On a du la leur faire souvent celle-là. En tout cas, c’est un peu comme un réflexe et on ne peut décemment pas y penser quand on écoute un disque comme celui-ci. Déjà qu’ils n’avaient pas inventé l’eau chaude, ils avaient au moins eu ce mérite de remettre au gout du jour des sonorités qui avaient eu tendance à tomber dans l’oubli. Et devant la masse d’éloges que Turn On the Bright Lights a reçu il était évident que cela allait susciter quelques vocations. Et ça n’a pas loupé. C’est un peu le cas de Cut City qui s’est allègrement engouffré dans la brèche. Preuve en est ce premier album des suédois originellement sorti en 2007 sur le label Gold Standard Laboratories et aujourd’hui réédité par Specific Records. On pourra dire qu’il a les qualités de ses défauts. Il souffre fatalement de la comparaison de ses glorieux ainés et on ne peut s’empêcher d’y penser quand on écoute Exit Decades. Tout y est, jusqu’aux moindres détails et, pourtant, on ne parvient pas à s’en agacer. Et pourquoi donc ? Parce que dans le genre album et groupe calque, Cut City se montre particulièrement doué, ne montrant quasiment aucune faiblesse dans ses intentions. Exit Decades est un disque percutant, porté par des morceaux séduisants qui peuvent sans honte se réclamer de la filiation post-punk Interpolesque qu’on pourrait leur reprocher comme un furoncle sur le bout du nez. Pour tout dire on leur pardonne complètement parce que si ce disque est passé inaperçu à l’époque, on a aucun scrupule à l’aimer aujourd’hui du fait de sa terrible efficacité et de sa capacité à enchaîner les titres qui sont autant de tubes potentiels. On nous dira sans doute que l’on est bon public mais dans ce cas précis il est tout à fait bon de l’être. Certes, ils ont tout pompé à Interpol et ce sans nuances que cela peut en être presque gênant. Mais que voulez-vous, quand la copie devient aussi bonne que l’originale, on ne va tout de même pas bouder notre plaisir. Alors oui, Cut City est un rejeton à l’identique des américains. En avoir conscience c’est solutionner le problème et se dire que l’on n’a rien à perdre à y jeter une oreille. Fort heureusement pour nous ? Cut City ont fait fonctionner leur matière grise et l’ont mis au service d’un disque flamboyant à défaut d’être totalement original.

Lien : https://cutcity.bandcamp.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *