Chevreuil – e-mail

Artiste : Chevreuil
Date : 2006-02-25
Lieu : e-mail

Le duo nantais Chevreuil est de retour. Depuis 1998 Tony C. et Julien F. ont réussi en une poignée de disques impeccables à redonner un peu d’audace au rock français et entraîner dans son sillage quelques groupes (cf les labels Ruminace, Effervescence et Ottonecker) sur qui on aurait pas misé un kopek il y a encore quelque temps. Capoeira devrait s’imposer naturellement à tout ceux qui sont en recherche d’authenticité. Julien F, batteur du groupe, revient avec nous sur le successeur de l’indispensable Châteauvallon.

Liability : Châteauvallon est sorti en 2003 et votre nouvel album sort en avril 2006
avec
à la production Steve Albini. Que s’est-il donc passé pendant ce laps de
temps?

Julien F. : Eh bien pas mal de choses en fait!
Nous avons pas mal tourné en Europe et aux Etats-Unis pour Chateauvallon.
Nous avons aussi passé beaucoup de temps au lancement de Murailles Medias
(agence de booking basée à Nantes) pour trouver des dates en France et en
Europe pour des groupes que nous aimons ou pour des amis.
Nous nous sommes aussi beaucoup impliqués dans le fonctionnement du label
RuminanCe. (développement, promotion, etc…)
Tout ça a ralenti notre manière de travailler, et je crois que ça nous a
fait beaucoup de bien. ça nous a permis de prendre du recul et de
requestionner notre manière de concevoir notre musique.

Liability : Pour ce disque vous retrouvez donc Steve Albini. Que vous a-t-il apporté
en
plus par rapport à Châteauvallon ?

Julien F. : Je crois que le résultat, au niveau de la qualité du son est vraiment au-dessus. C’est plus vivant, plus dense. Ca nous représente un peu plus aussi,
meme si la quadriphonie créée en live reste toujours très difficile à
retranscrire sur disque.

Liability : L’enregistrement a été aussi rapide que pour Châteauvallon ou avez-vous
pris plus de temps ?

Julien F. : Nous avons eu la possibilité de prendre plus de temps et nous avons
travaillé dans d’excellentes conditions cette fois-ci. Nous étions le seul
groupe au studio. Steve nous a donné la possibilité de travailler dans le
studio A, et nous a donné un jour de plus de studio, connaissant l’étendue
du travail à faire. On a discuté avec lui pour bien lui préciser ce qu’on
voulait faire cette fois-ci.
On a aussi bossé avec Greg Norman qui est un autre ingénieur du son du
studio.
Tout s’est fait dans une atmosphère bon enfant. C’était très sympa.

Liability : Sur votre nouvel opus il y a même une apparition de Jamie Stewart (Xiu
Xiu).
Vous n’évoluez pas forcémment dans le même univers. Comment s’est passée
cette
rencontre ?

Julien F. : Au départ, j’ai proposé a Xiu Xiu une tournée en France. Ils ont accepté et
on a travaillé ensemble sur ça. Le contact était très bon, je veux dire au
niveau humain.
On s’est rencontrés a Nantes. Jamie ne savait pas que nous avions un groupe
Tony et moi. Tout simplement, on est devenu très rapidement amis.
Jamie n’a jamais vu Chevreuil en live. Il a juste écouté.
je lui ai proposé d’éventuellement faire quelque chose ensemble s’il avait
le temps. Il a été d’accord.
Il n’a pas pu être présent au studio lors de l’enregistrement car il était
en tournée à la même période.
Nous lui avons envoyé un morceau, et il a bossé dessus de son coté.
On ne savait donc absolument pas ce qu’il allait faire.

Liability : Capoeira est le titre de votre nouveau disque. Que pouvez-vous nous dire
sur
ce choix ? Une évocation particulière ?

Julien F. : Pas vraiment! C’est un peu un foutage de gueule, comme d’habitude.

Liability : Un e.p. 5 titres doit également sortir mais uniquement au Japon. Pourquoi
ce
disque ne sort que là-bas ?

Julien F. : C’est un label japonais qui nous a proposé de faire ça. On en a discuté avec
Fred de Ruminance qui a été totalement d’accord sur la réalisation de ce
projet.
La musique de Chevreuil est assez diffusée au Japon, et c’est aussi par
rapport à une demande qu’on nous a proposé le projet.

Liability : Capoeira est présenté comme l’album de la mutation. En quoi consiste
cette
mutation ?

Julien F. : La manière de jouer. l’apparition de la mutation entre le synthétiseur et la
guitare. Une autre approche du système quadriphonique.

Liability : N’avez-vous pas peur de vous couper de votre public habituel avec ce
changement de direction ?

Julien F. : Non, pas du tout. ce n’est pas non plus un changement énorme.
c’est juste une évolution logique de notre musique.

Liability : Y a-t-il eu des influences particulières pour la conception de Capoeira ?

Julien F. : Non.

Liability : Capoeira sort à une période où le monde du disque est en pleine crise.
Cela
vaut-il encore le coup de sortir des disques aujourd’hui ?

Julien F. : oui, ça vaut le coup bien entendu. Il y a une crise, mais pas au niveau de
la musique que nous proposons.Je crois que les fans de musique indé achètent
toujours des disques.

Liability : J’imagine que la sortie du disque sera accompagnée par une tournée. Bien
que
les deux exercices soient différents, qu’est-ce qui vous motive le plus ? Le
live
ou l’enregistrement ?

Julien F. : Oui, nous allons faire une longue tournée en France début avril, puis après
nous partons en Suisse, Italie, Japon et USA.
les 2 choses sont chouettes, mais moi j’ai un penchant pour le live. c’est
plus rigolo et beaucoup moins stressant.

Liability : Châteauvallon avait reçu un accueil plutôt bon. Est-ce un stress pour
vous
de savoir comment les autres, et à fortiori la presse, juge votre travail ?

Julien F. : Absolument pas.. par expérience, avoir des mauvaises chroniques ne change
rien à la présence des gens au concert et aux ventes des disques! Et
heureusement, sinon ça serait ridicule que ce pouvoir appartienne aux
journalistes.

Liability : Juges, vous pouvez l’être à votre tour. Qu’est-ce qui vous a marqué
musicalement récemment?

Julien F. : Sincèrement, pas grand-chose. De mon coté je me fais un retour sur les
années 70 en ce moment. C’est une période que j’ai un peu ratée dans mon
adolescence par manque de temps et de curiosité. Je me mets aussi à écouter
du reggae. Ca fait du bien, c’est relaxant.

Liability : Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Julien F. : Pour moi, garder le rythme que j’ai en ce moment au niveau des cigarettes.

Lien : http://www.ruminace.com

Par Fabien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.