Artcane – Odyssée (1977 – Ré-édition 2019)

Artiste : Artcane

Album : Odyssée

Année de sortie : 1977 – ré-édition 2019

Label : Replica Records

Tracklist : |01 Odyssée|02 Le chant d’Orphée|03 Novembre|04 25e anniversaire|05 Artcane I|06 Nostalgie

Note : 7

Ce qui est embêtant avec les groupes qui n’ont fait qu’un seul album, c’est qu’ils tombent rapidement dans l’oubli à moins d’avoir fait un disque insurpassable. Ce qui n’est pas le cas de Artcane. Cependant, est-ce que Odyssée peut être considéré comme un disque anecdotique ? À l’évidence si Artcane a disparu prématurément ce n’est pas parce que le groupe était mauvais. Odyssée peut témoigner de leurs capacités de création. Cependant, en 1977, la musique progressive est déjà en perte de vitesse, le punk la ringardise et malgré de grosses locomotives (Genesis, Pink Floyd, Yes, King Crimson) on sent bien que le chapitre de l’âge d’or est en train de se refermer doucement mais surement. Pourtant on y croit encore, signant des groupes comme Artcane. Du moins on fait semblant comme si on ne veut pas croire que le vent est en train de tourner.  On continue dès lors à signer des groupes comme Artcane à qui la major Philipps ont fait les yeux doux. Un petit tour et puis s’en va car une fois le disque sorti, Artcane ne fera que peu d’apparitions que ce soit en concert ou télévisuelles. Il n’en demeure pas moins que Odyssée est considéré comme l’un des meilleurs faits d’armes du prog made in France. Bien souvent on cite King Crimson et Gong comme influences majeures du groupe. Ceci étant, ce sont bien les premiers qui semblent avoir le plus occupé l’esprit d’Alain Coupel et Jack Mlinsky, les seconds dans une moindre mesure. En fait, en écoutant Artcane on pourrait penser à une foultitude d’autres formations de la même génération et aux empreintes sonores différentes. Ici, le groupe fait une sorte de synthèse donnant une image assez fidèle de ce qui a pu se faire à l’époque. Ne considérons pas Artcane comme de vils copieurs, ils sont tout simplement de leurs temps et répondent aux codes du genre. On comprend dès lors que ce disque puisse être considéré comme une sorte de classique mais il ne bouscule pas pour autant l’ordre établi. Certes, Odyssée est un bon disque de prog mais on aura connu plus inventif, plus incisif, plus émotionnel. Les bons moments ne sont pas rares et le disque est pour le moins solide et emprunt d’une créativité qui dépasse la moyenne. Pour autant, Artcane, sans insulter l’effort fourni ici, reste un cran en dessous des influences sus cités. Faire mieux aurait été difficile à moins d’ouvrir d’autres voies, ce qui ne semble pas être spécialement dans les compétences d’Artcane. Malgré des qualités évidentes pour Odyssée, Philipps ne reconduira pas le contrat pour le groupe qui avait pourtant de la matière pour un second album. Un coup dur qui est sans doute une des raisons de la disparition du groupe. On ne saura probablement jamais si Artcane avait les armes pour passer un palier supplémentaire. Dommage, Odyssée offrait pourtant de belles promesses.

Lien : http://www.jackmlynski.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *