Alif Tree – e-mail

Artiste : Alif Tree
Date : 2006-03-14
Lieu : e-mail

Dans la droite lignée de Spaced, French Cuisine, troisième album d’Alif Tree, s’impose avec un naturel déconcertant. Alif Tree démontre que l’électro-jazz n’est pas tout à fait mort, qu’il a encore de belles choses à montrer et, si on reste sur ce niveau, aura un avenir plutôt radieux. Le marseillais est au meilleur de sa forme et il est peu probable qu’il s’arrête en si bon chemin. A ces quelques questions il a bien voulu répondre.

Liability : Quatre ans séparent Spaced et French Cuisine. Pourtant, pendant tout ce
temps, vous n’êtes pas resté inactif. Finalement vous êtes quelqu’un de très
occupé. Pendant ces quatre années c’était quoi l’actualité d’Alif Tree?

Alif Tree : Effectivement, je suis plutot du type bosseur, même si je sais aussi profiter des moments et du soleil que nous offre notre belle ville de Marseille. Beaucoup de choses différentes donc, depuis des travaux en collectif, production pour le spectacle vivant, quelques remixs, du mastering en local, le suivi de ma mini entreprise, qui elle a connu bien des crises, éjection de l’intermittence, ce qui occupe pas mal pour un musicien, pourparlers depuis 2 ans avec Compost, habillage pour MTV, Game One, démarrage de mon groupe de Rock, The Machine, etc……Je m’arrête là?

Liability : French Cuisine est sorti depuis quelques jours et a eu de bon retour de la
presse en général. Vous avez encore des détracteurs?

Alif Tree : Ne pas avoir de détracteurs serait plutot louche, non?
Je pense à ceux qui préfèreront les albums précédents, ceux qui vont me sortir que le jazz électro est fini depuis St Germain (sic……), ceux qui vont me trouver trop commercial et ainsi de suite.

Liability : L’influence jazz est indéniable et comme sur Spaced vous appropriez la voix
de chanteuses jazz comme Shirley Horn. French Cuisine est-il la suite logique
de Spaced?

Alif Tree : Oui, évidemment, avec quelques années de plus. Les voix de femmes en général sont une constante de mon parcours.
Il faudra demander pourquoi à un psy.

Liability : On vous met souvent en parrallèle avec des formations comme Troublemakers.
Vous vous sentez des affinités avec eux?

Alif Tree : Bien…….on habite à Marseille tous les deux, non?

Liability : French Cuisine sort sur un label qui a fait ses preuves : Compost. Spaced
était sorti chez Universal Music Jazz. D’après vos dires vous vous y sentiez
plutôt bien. Qu’est-ce qui vous a fait changer ?

Alif Tree : Alors pour rester politiquement correct, je m’y sentais bien surtout avant de rencontrer les premières difficultés, sans parler de la conjoncture en interne (souvenez vous des affaires Messier), et de la fin plutot cassante de nos relations de travail.
Depuis, Universal Jazz a pratiquement cessé ses activités électroniques.>

Liability : Avec le recul comme jugez vous le travail accompli sur French Cuisine?

Alif Tree : Le recul, je l’aurai dans quelques années. Mais au vu des premiers retours, je suis fier, j’ai plein d’idées, et le chemin semble s’éclaircir chaque jour. Pourvu que ça dure!

Liability : Mélismes Extatiques est présenté comme un hommage à Steve Reich. Est-ce
quelqu’un qui a compté pour vous? Si oui, si on vous propose une collaboration
avec lui, vous signez tout de suite?

Alif Tree : De suite, là maintenant, sans hésiter, hello Steve, écoute moi ce machin que je t’ai bidouillé cette nuit…..
Et si on faisait des prises avec ton ensemble philharmonique? J’ai besoin de cordes ici, et là je veux bien une montée de harpe ou une boucle de vibra, et tu veux pas me jouer le Requiem de Mozart en séquenciel?

Liability : Ce morceau n’est-il pas une tentative de ne pas vous laisser vous enfermer
dans cette influence jazz ?

Alif Tree : Non non, pas de tentative, le jazz n’est qu’un des courants musicaux qui m’influencent. Dans French Cuisine, on peut facilement reconnaitre des sons world, des ambiances electronica, down tempo, flamenco, pop, classique ou contemporaines.
Enfin je crois.

Liability : French Cuisine . Pourquoi ce titre? Est-ce en rapport avec un certain
savoir
faire ou c’est juste la cuisine d’ Alif Tree ?

Alif Tree : AH AH AH, et non, ce n’est pas juste une blague accrocheuse pour surfer la vague.
Je cuisine, très souvent même, en sortant d’une journée de studio par exemple, c’est une méditation parfaite, un retour à l’essentiel, à la terre, et une façon merveilleuse de donner de l’amour à ses convives.
Quelques recettes, des suggestions d’accompagnements sonores, et la tête du cuisto en sus: aliftree.com.

Liability : Le printemps arrive et les premiers festivals vont débuter. C’est quelque
chose qui vous motive, les festivals, ou êtes vous hermétiques à ce genre de
manifestations?

Alif Tree : Le festivals ont un bon coté: ils sont en plein air, parfois deviennent de véritables endroits de vie en mélangeant nature, arts et nourriture. Mais ils ont un très mauvais coté: ils sont plein de gens , de véritables armées de gens, des foules entières, et ça, ce n’est pas mon truc du tout.

Liability : Quels sont vos envies pour la suite ?

Alif Tree : Etre beau, riche, reconnu voyager, aller diner chez Brian Eno, faire un boeuf avec John Barry, inviter David Bowie et Trend Reznor à diner…….
oula, non ça, ça risque d’être un peu chaud niveau egos.

Lien :

Par Fabien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.