Aidan Baker + N – Doppellive (2019)

Artiste : Aidan Baker + N

Album : Doppellive

Année de sortie : 2019

Label : Midira Records

Note : 7,5

Tracklist : |01 15.03.16 Hamburg|02 23.03.16 Wuppertal + Hiddentrack

Il existe parfois des collaborations qui sortent de l’ordinaire, qui rapprochent des artistes qui sont tellement éloignés dans ce qu’ils font que cela rend la rencontre complètement improbable. Pour autant, la plupart du temps les collaborations se font parce qu’elles rapprochent des gens qui œuvrent dans la même direction, qui des points et des lieux communs dans leur approche musicale. Et c’est souvent la majorité des cas. Et ça l’est ici également. Entre Aidan Baker, qu’on ne présente plus, et N, pseudo derrière lequel se cache Hellmut Neidhardt, il y a une histoire artistique commune dans le sens où les deux hommes évoluent dans les mêmes sphères. Que la rencontre soit logique, cela s’entends. Qu’elle devait nécessairement se faire, moins. Mais qu’importe, cette rencontre là s’est réalisée et elle se concrétise par ces performances live enregistrées à Hambourg et à Wuppertal. Deux performances axées sur l’improvisation où la guitare de N, plutôt orientée drone, et celle de Aidan Baker, lorgnant vers l’ambiant, s’entrechoquent et se mêlent et qui forment un maelstrom sonore fait de nuances, de nappes à la fois ambiant et noise d’une beauté lunaire et irréelle. La chose n’est spécialement inédite en soi. On a déjà entendu des performances à la guitare comme celles-ci que ce soit dans le domaine de l’ambiant, de l’expérimentale ou du bruitisme pur. De fait, Doppellive n’étonne pas spécialement mais cela reste un disque fondamentalement beau et qui est maîtrisé dans sa tonalité et son développement. Il n’y a pas grand-chose à redire à ce disque qui atteint tous les effets souhaités même si cela manque un peu de surprises et que l’on ne se sent pas vraiment bousculé. Ici, c’est la beauté de l’expérience qui est mise en exergue et il ne faut guère chercher plus loin au risque d’être forcément et fortement déçu. Le risque est donc maîtrisé mais les deux hommes ont une approche du beau et de l’expérience sonore qui n’est pas à être mise en doute. Doppellive, à défaut d’être unique en son genre, est plutôt une réussite sensorielle de haut niveau. On n’en attendait pas moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *