Abraxis – Abraxis (1977 – réédition 2019)

Artiste : Abraxis

Album : Abraxis

Label : Replica Records

Année : 1977 (réédition 2019)

Tracklist : |01 Clear Hours |02 Valse de la mort – A boire – Et à – Manger|03 Sweetank|04 Billy the Keith|05 Jéronimo – Bolle winkel – Arhumba

Note : 7

Abraxis est le groupe d’un seul disque. Il faut dire que les membres d’Abraxis ont eu le don de multiplier les projets. A l’origine Dirk Bogaert et Jack Mauer viennent d’un autre groupe nommé Pazop qui fit un passage éclair dans l’horizon musical belge. En fait, tous les musiciens de Abraxis ont déjà une expérience assez riche quand le groupe se forme. Pour autant, on se rend compte que les différentes formations qu’ils intégreront ne seront qu’éphémères (peut-être à l’exception de Cos dans lequel évoluera Charles Loos et qui s’inscrira plus dans la durée) et Abraxis ne dérogera pas à la règle. En effet, Abraxis sera leur seul et unique album qui mettra en avant un mélange de jazz-rock et de prog assez classique dans la forme mais faisant preuve d’une virtuosité non négligeable, très marquée par son époque (on imaginerait assez mal qu’un groupe récent sorte ce genre de disque aujourd’hui). Aussi sérieuse que facétieuse, la musique d’Abraxis n’est pas faite pour rester dans le confort du prog et ne se veut aucunement dans le pompeux. Il y a une certaine forme de légèreté assez agréable chez les belges où la nervosité rencontre une musique plus évanescente aux circonvolutions mélodiques badines et parfois presque naïves ou champêtres. A tous points de vue, ce disque est une réelle curiosité et il ne faut certainement pas s’arrêter au caractère sans doute un peu daté de leur musique. A tout bien écouter, il y a beaucoup plus de profondeur chez eux qu’on ne pourrait le penser de prime abord. Cet objet unique dans leur discographie n’est pas à mettre de côté tant Abraxis fait un réel effort de recherche et de créativité. Ce one shot peut nourrir quelques regrets puisque Abraxis démontre ici de belles choses mais comme souvent, à force de se disperser dans différents projets, certains n’ont qu’une chance minime de survie. C’est probablement ce qui s’est passé avec eux. Abraxis aura au moins eu ce mérite de jouer un rock progressif décomplexé et débonnaire qui se veut ni sérieux ni je m’en foutiste. Une forme d’entre deux qui, néanmoins, n’a pas eu le temps d’atteindre le niveau de groupes plus risqués et situationnistes comme Etron Fou Leloublan ou Komintern. L’auraient-ils atteint ? On ne le saura jamais.

Lien : https://replicarecords57.bandcamp.com/album/abraxis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *