.:.Interview.:.

Pochette

Sinier, Raoul

Le : 25-02-2011

Lieu : e-mail

propos recueillis par Fabien et publiés le 04-03-2011

Raoul Sinier nous l'avions découvert avec Tremens Industry et nous étions naturellement tombé sous le charme. Quand celui-ci me proposa d'écouter son nouvel ep, j'ai tout de suite accepté et me suis rué dessus comme un mort de faim. Point de déception au final mais j'en ressortais à peine rassasié. Il fallait que j'en sache plus. Raoul Sinier a donc accepté de répondre à mes quelques questions et lève un peu le voile sur ses prochains projets.

Liability : Bonjour Raoul, tu nous reviens avec un nouvel ep qui comprend une reprise d'un morceau de Radiohead. Qu'est-ce qui a motivé ce choix ?

Raoul Sinier : Hello. C'est un morceau de Thom Yorke pour être précis. En fait pour travailler mon chant j'ai fais plein de reprises en tout genre, certaines intéressantes et d'autres totalement dans l'exercice de style. Ce jeune label Oeuvre m'a contacté pour sortir un disque, à l'époque je n'avais pas de morceaux inédits en magasin et pour moi cette reprise sortait du lot. J'ai donc fais quelques nouveaux morceaux autour de la reprise et je leur ai proposé.

Liability : Pour toi est-ce que l'expérience est à retenter ? Si oui, as-tu déjà une idée d'un morceau que tu voudrais absolument reprendre ?

Raoul Sinier : Je n'y ai pas réfléchi à vrai dire. Je suis content de l'avoir fait. Après 4 albums et 4 EP ça change un peu, non ? Mais je ne pense pas publier de nouvelles reprises sur un disque officiel de sitôt. C'était cool de le faire, c'est fait.

Liability : Tu n'as pas peur d'être taxé d'opportuniste vu l'actualité actuelle de Radiohead ?

Raoul Sinier : J'ai annoncé ce disque il y a 5 mois et Radiohead ont annoncé le leur il y a une semaine, je vois pas bien comment on pourrait me reprocher ça. Mais je vois ce que tu veux dire, et c'est aussi pour ça que le clip que j'ai fais est tiré de la face B du vinyle et non de la reprise.

Liability : A ce propos as-tu des retours particulier, autre que les chroniques habituelles ?

Raoul Sinier : Les retours sont vraiment très bons. Je ne m'y attendais pas, enfin pas de cette façon en tout cas. Je pensais qu'en revenant avec des morceaux chantés j'allais peu être un peu embrouiller certains fans mais finalement pas du tout. C'est une très bonne surprise. Je pensais aussi me manger quelques "quoi ! Tu fais de la pop ! Trahison !" mais finalement dans l'ensemble non.

Liability : Pourquoi faire de la pop, dans ton cas personnel, aurait pu être une trahison ?

Raoul Sinier : Pas du tout, de toutes façons, moi, je ne fais pas une musique en partant de codes. Je fais mes trucs et je m'aperçois à la fin du tournant que ça a pris. Certains considèrent qu'utiliser du chant relativement normal fait de ta musique de la pop. Ok, pourquoi pas mais pour moi mon dernier ep est tout à fait cohérent avec mes précédents disques, même si les choses évoluent et prennent de nouvelles directions. Tout ça, ce ne sont que des codes et de la classification.

Liability : D'ailleurs, en ce qui concerne le dernier Radiohead, il est désomais écoutable comme chacun sait. As tu eu le temps de jeter une oreille dessus et qu'en as tu pensé ?

Raoul Sinier : Le morceau du clip est excellent. Pour le reste je reste largement sur ma faim.

Liability : Ceci dit, ce nouvel ep ne contient pas que ce seul morceau. Quelle a été ta démarche pour les autres ?

Raoul Sinier : Je n'ai pas vraiment de démarche particulière, je fais les choses à l'instinct. Ce qui a changé ces temps ci, c'est l'ajout du chant mais sinon pour moi c'est la suite logique de tout ce que j'ai fais jusque là.

Liability : Un des morceaux est d'ailleurs remixé par Hecq. Comment as-tu été amené à collaborer avec lui ?

Raoul Sinier : Je l'avais déjà remixé sur son double CD Steeltongued, donc je lui ai proposé et il a été partant.

Liability : C'est important de pouvoir rencontrer des gens comme Hecq ? de collaborer avec eux ? Qu'est-ce que cela t'apportes concrètement ?

Raoul Sinier : Ce n'est pas exactement "important", c'est surtout très agréable et très intéressant artistiquement. Surtout qu'un remix n'est pas vraiment une collaboration, c'est quelqu'un qui travaille de son côté et reviens avec son univers personnel, et c'est bien sur ça qui est intéressant. Je n'ai jamais exactement travaillé avec quelqu'un (à l'exception de Sylvie, ma nana, qui chante sur certains morceaux et m'a écrit des textes), je ne suis pas sur que je serai à l'aise dans cette façon de faire. Mais je ne suis fermé à rien.

Liability : Habituellement, tu sors tes disques sur Ad Noiseam. Pourquoi pas celui-ci ?

Raoul Sinier : Comme je te le disais, c'est Oeuvre records qui m'ont demandés si je voulais sortir un trucs chez eux. Ad Noiseam reste mon label principal, c'est à eux que je propose mes albums et autres projets clés.

Liability : Tu es également un artiste visuel (tu réalises les pochettes de tes disques ainsi que les clips). C'est important pour toi d'avoir un contrôle complet sur tout ce qui peut être lié à ta musique ?

Raoul Sinier : Ce n'est pas du tout une histoire de contrôle, c'est simplement que je sais faire et surtout que j'aime faire tout ça, donc j'y vais. En plus ça me permet de proposer un univers complet et cohérent.

Liability : D'ailleurs ton univers autant musical que visuel n'est pas commun à tout le monde. D'où vient-il et que cherche tu à exprimer avec eux ?

Raoul Sinier : Ca se fait tout seul, je n'intellectualise jamais ce que je fais. Je me laisse porter par une volonté esthétique et mes envies du moment.

Liability : A la suite de cet ep, y a t'il un album en préparation ? Et si oui, dans quelle direction ira t'il ?

Raoul Sinier : Oui il y a un EP 4 titres qui sortira sur Tigerbeat6 en avril, et mon 5e album chez Ad Noiseam en juin. Pour la direction c'est là aussi la suite logique (pour moi) des épisodes précédents, avec bien évidement plus de chant, mais pas uniquement.

Liability : Plus de chant ? Doit-on comprendre que tu peux ouvrir la porte à d'autres chanteurs ou chanteuses ?

Raoul Sinier : Pas pour le moment, aujourd'hui je suis plutôt sur ma propore voix, après c'est vrai que j'aimerai bien travailler avec d'autres chanteurs/euses, voire faire des duos, inviter des gens... Mais on verra plus tard. De toutes façons je ne planifie jamais vraiment ce que je vais faire.

Liability : Tes prochains projets seront complètement différents ou est-ce que ce sera une suite logique à ce qui a été fait précédemment ?

Raoul Sinier : Tout dépend de l'échelle d'appréciation de chacun. Moi, je pense que c'est vraiment la suite logique, une nouvelle direction dans un ensemble déjà bien défini.

Liability : J'ai cru voir dans une interview que tu avais réalisé pour un webzine (Chroniques Automatiques) que les comparaisons avec des artistes Warp (Autechre et Prefuse 73 en l'occurence) avait tendance à t'agacer. En ce sens est-ce que tu crois que ta musique puisse être mal comprise ?

Raoul Sinier : Je crois que la musique en règle générale et la musique électronique en particulier est mal comprise. Dans le sens ou pour moi il n'y a rien à comprendre en musique. À partir du moment ou, en tant qu'auditeur, on doit réfléchir à ce qu'on entends, c'est qu'on ne parle plus de musique à proprement parler. Me comparer à Prefuse 73 uniquement parce qu'on a tout les deux découpé des samples c'est se focaliser sur la partie la plus anecdotique de mon (et son) travail. Et la composition, les mélodies, harmonies, etc ? Moi je ne fais aucune distinction entre les genres musicaux, je n'écoute pas untel parce qu'il fait tel style de musique ou parce qu'il est signé sur tel label, ce qui m'intéresse c'est l'émotion, qui peut être présente exactement de la même manière sur un morceau sur-produit de musique électronique tout comme sur un disque de funk/rock 70, par exemple. En électronique tu vois des fois des gens qui te parlent de leurs synthés et leurs compresseurs pendant 3 heures et quand t'écoute leur productions c'est une boucle de 4 minutes avec aucune progression, aucun événement. L'emballage c'est important mais faut pas oublier de mettre quelque chose dedans. C'est pas nouveau cela dit, ça me rappelle les metalleux des années 80-90, qui te parlaient de techniques de solo de guitare à 300 notes par secondes… ok c'est cool mais la musique autour est complètement bidon, et ne s'adresse qu'aux amateurs de ce genre musical précis. Chacun son truc, bien évidement. Sinon pour en revenir à ta question je souffre surement un peu de ça, comme tout les artistes qui font de la musique "pas facile". C'est pour ça que je suis très agréablement surpris de ne pas trop déboussoler les gens qui me suivent depuis longtemps avec mon dernier EP plus cool et plus accessible (dans une certaine mesure, quoi).

Liability : )En gros quels sont les artistes qui t'on le plus influencé dans ton parcours musical ?

Raoul Sinier : Tout ce que j'écoute. Même certains morceaux que j'aime pas peuvent m'influencer par association d'idée. Comme tout le monde, je pense.

Liability : D'ailleurs, si Warp te propose de sortir un disque chez eux, que fais-tu ?

Raoul Sinier : Qui refuserait de signer sur le label le plus important qui existe ? Qui refuserait de se retrouver aux coté d'Aphex Twin, Autechre, Squarepusher, etc etc…

Liability : Enfin que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Raoul Sinier : Puissance et gloire pour les deux disques à venir dans un premier temps. Sinon ouais ça va pas mal, merci. Et toi ?

A voir également :

http://www.raoulsinier.com/

http://www.myspace.com/raoulsinier

?>