.:.Interview.:.

Pochette

Les Marquises

Le : 29-01-2011

Lieu : e-mail

propos recueillis par Fabien et publiés le 11-02-2011

Sans conteste, Lost Lost Lost sera à considérer comme l'un des disques de 2010. Jean-Sébastien Nouveau, initiateur du projet, prouve qu'après Immune, a plus d'une corde à son arc. Il revient avec nous sur ce disque iconoclaste et hautement évocateur qui a fait le bonheur de nombreuses rédactions à travers la toile. Il nous parle du passé, du présent, du futur et nous révèle que Les Marquises est appelé à continuer sa route et ne sera pas un one shot. Bonne nouvelle.

Liability : Bonjour Jean-Sébastien, initialement tu fais partie du groupe Immune. Qu'est qui a motivé la création de Les Marquises ?

Jean-Sébastien Nouveau : Après avoir terminé Not Until Morning avec Immune, j'ai eu le désir de créer une musique plus intense et moins contemplative. J'avais envie d'une musique qui impose plus qu'elle ne propose. Une musique forte, plus physique. J'ai alors créé Les Marquises pour ce projet, car je voulais prendre un nouveau départ. Je désirais m'entourer de musiciens qui m'épauleraient, proposeraient leurs idées, tout en gardant le contrôle sur l'ensemble du projet afin de conserver un cap bien défini. Je savais où je voulais aller, et donc il ne s'agissait pas non plus de trop quitter la route, aussi tortueuse soit-elle.

Liability : Désormais, comment parviens tu à concilier les deux ?

Jean-Sébastien Nouveau : Je n'ai pas à concilier les deux pour l'instant, car Immune est en stand by depuis un petit bout de temps maintenant ! Nous referons certainement un album un de ces quatre, nous en parlons avec Martin, mais pour l'instant ce n'est pas encore d'actualité. Pour le moment, je me concentre sur la préparation d'un set live pour Les Marquises, et commence à travailler sur un nouvel album. Et, avec Martin, nous travaillons sur un album avec Colo Colo que nous espérons terminer cette année. Bref, un nouvel album d'Immune n'est tout de même pas prêt de voir le jour !

Liability : Tu avoues volontier que Lost Lost Lost a été inspiré par l'oeuvre d'Henry Darger. Qu'est-ce qui t'as attiré chez cet artiste et en quoi son oeuvre a influé sur l'écriture du disque ?

Jean-Sébastien Nouveau : J'ai découvert le travail d'Henry Darger en visitant le musée d'Art Brut de Lausanne, et ce fut vraiment une claque pour moi. Je me suis alors procuré un catalogue de ses oeuvres, le suis plongé dedans, et assez rapidement je me suis mis à travailler les morceaux de Lost Lost Lost en regardant ses peintures. L'univers d'Henry Darger est très ambigu, puisqu'il représente de jolies petites filles toutes naïves qui vivent dans une sorte d'Eden, mais qui sans arrêt sont menacées par des espèces de cow-boys qui veulent les massacrer. Cette tension m'a beaucoup plu, et je l'ai trouvée très stimulante, très inspirante. Aussi, Henry Darger, ne sachant dessiner, décalquait des images, réalisait des montages pour pallier à son manque de technique. Ce qui lui confère son style si particulier. Musicalement, je me sens très proche de cette manière de faire, car je suis mauvais musicien. Du coup, comme lui, je m'arrange, je m'accomode de mes carences pour créer un univers qui m'est propre.

Liability : De même Jacques Brel a inspiré le nom du groupe. Que représente t'il pour toi ?

Jean-Sébastien Nouveau : Je n'aimais pas du tout la musique que je connaissais de Jacques Brel jusqu'à ce qu'un collègue de travail me conseille d'écouter les morceaux "La ville s'endormait", "Orly" et "Les Marquises". J'ai été impressionné par ces titres, et particulièrement par "Les Marquises"; le musique et les paroles sont magnifiques. Ensuite, je me suis un peu documenté sur cet archipel, et j'ai découvert que celui-ci était le plus éloigné de tout continent. Toutes ces informations se sont mêlées dans ma tête, et au moment de chercher un nom à mon projet, ce nom m'a paru le plus adapté, le plus juste.

Liability : Lost Lost Lost ne comporte que six titres. N'est-ce pas un peu court pour un premier album ?

Jean-Sébastien Nouveau : Non, je ne pense pas, car je pense qu'en 6 titres tout est dit. Chaque morceau est bien à sa place ainsi, et évoque un univers bien spécifique. Personnellement aussi je préfère les albums courts, où le propos est net et précis. Ainsi, on a envie de réécouter le disque, et ça devient quelque chose d'important. Le seul album qui me paraît réussi dans la longueur est le deuxième album des Tindersticks. Il est extrêmement long, mais pourtant ça marche parfaitement, et on ne s'ennuie jamais.

Liability : Le disque a été largement bien accueilli par la presse spé et le web. C'est une surprise pour toi et est-ce que tu réalises qu'il risque d'y avoir une vraie attente pour ce qui risque d'arriver par la suite ?

Jean-Sébastien Nouveau : C'est une très bonne surprise en effet, mais en même temps je suis très fier de ce disque, et pense vraiment avoir réalisé un disque original, du coup quelque part je trouve ça assez légitime : ce n'est pas du tout par prétention que je dis ça, mais je pense que c'est le meilleur que j'ai réalisé, et du coup je ne veux pas faire le faux modeste... Concernant la suite, je ne sais pas s'il y aura une si grosse attente que ça non plus ! Le disque a été bien accueilli par de nombreux webzines, mais il y a bon nombre de médias que je n'ai pas réussi à toucher. En tout cas, il est certain que ça créé chez moi une légère tension. Je travaille actuellement sur 6 nouveaux morceaux, et prend soin de créer une musique nouvelle. Ce que je veux absolument éviter est de refaire un Lost Lost Lost bis en mieux ou en moins bien. J'ai envie d'explorer de nouveaux horizons en suivant mon intuition. C'est là le plus important. Après, j'espère bien entendu que ceux qui ont aimé le premier disque me suivront là où j'irai.

Liability : Malgré que Les Marquises est un groupe on a l'impression que ce disque est une oeuvre vraiment personnelle à laquelle tu t'es fortement investi. Est-ce pour cela que le disque est si émotionnel ?

Jean-Sébastien Nouveau : Les morceaux des Marquises sont avant tout des morceaux que je compose et arrange seul chez moi. Ensuite je fais appel à des musiciens pour les faire progresser, avancer, mais le coeur des morceaux provient donc de ma sensibilité.

Liability : Les Marquises est un trio. Que peux-tu nous dire sur tes deux comparses. Pourquoi les avoir choisi eux ?

Jean-Sébastien Nouveau : Les Marquises ont été un trio pour ce projet, mais pour la suite je ne sais pas. Mon idée est que chaque disque doit être un nouveau projet avec une esthétique particulière. Du coup, je ne sais pas encore exactement de qui je vais m'entourer pour le prochain disque. Mon frère m'accompagnera c'est sûr, et nous avons déjà commencer à travailler ensemble. Concernant mes deux comparses sur Lost Lost Lost, je les ai avant tout choisis parce que tous les deux ont une manière très personnelle de jouer. Jonathan a un jeu de batterie incroyable, et très typé, et Jordan a une voix très émotionnelle, et très à vif. En tout cas, ce fut un réel bonheur de collaborer avec eux !

Liability : Comment se répartissent les tâches ? Tu décides de tout ou est-ce que chacun à son mot à dire ?

Jean-Sébastien Nouveau : Concernant Jordan, nous avons travaillé à distance en nous envoyant des fichiers. Et finalement sur le disque, il est uniquement interprète. Je composais les lignes de chant et écrivais les paroles, puis lui envoyais le tout avec ma voix comme témoin pour qu'il sache dans quelle direction aller. Il s'est réapproprié mes mots, mes mélodies, mais au final, il est resté assez proche des démos que j'avais enregistrées. Sinon, le travail avec Jonathan a débuté en cours de projet. J'avais déjà toutes les démos sous le coude. Nous avons arrangé ensemble certains morceaux, et il a apporté son jeu de batterie. Mais il avait son mot à dire, et a eu d'excellentes idées. J'aime tout particulièrement sa ligne de basse sur "Sound and Fury".

Liability : Vous n'êtes donc que trois mais sa richesse suppose sonore que vous auriez bien pu être plus. La magie du studio permet sans doute cela. Du coup est-ce plus difficile de retraduire la musique de Lost Lost Lost sur scène ? D'ailleurs est-ce qu'il existe un projet de tournée ?

Jean-Sébastien Nouveau : Nous allons débuter une tournée dès septembre. Nous avons un tourneur, des propositions de concerts... Reste juste à faire monter un groupe ! Pour l'instant le groupe live se constitue de mon frère et moi. Jonathan est pris par son autre groupe (Pan Pan Pan), et Jordan pourra peut-être jouer avec nous, mais pas tout le temps bien sûr. Lyon-Austin pour répéter, on fait mieux... Pour l'instant, nous souhaiterions monter un set à trois : mon frère au clavier, sampler, guitare, moi au clavier et chant, et un batteur que l'on cherche encore. J'ai quelques pistes, mais pour l'instant ça reste encore la grande inconnue. En tout cas, j'ai hâte que l'on se mette au travaille, car à mon avis on en aura !

Liability : Dans la chronique qui parle du disque je cite Rimbaud. J'ai vu ces vers sur le net pendant que j'écoutais Lost Lost Lost et j'ai trouvé que ça collait assez bien avec l'humeur de l'album. Tout ça pour dire qu'on peut trouver pas mal de comparaison quand on parle d'un disque comme celui-ci. Par rapport à ce que tu as pu lire, trouves-tu qu'elles sont justifiées ? Lesquelles on pu t'étonner ?

Jean-Sébastien Nouveau : Là où je suis particulièrement satisfait, c'est que les journalistes ne citent jamais les mêmes références en évoquant le disque. Ce qui est pour moi une très bonne chose, car cela signifie que notre musique est suffisamment originale pour éviter qu'on la mette dans des cases. La semaine dernière je répondais à une interview pour un journal local, et le journaliste a évoqué Blonde Redhead en parlant de la voix de Jordan sur "Only Ghosts". Personnellement je n'y avais jamais pensé, mais pourquoi pas en fait.

Liability : Qu'est-ce que tu n'aimerais pas qu'on dise de ta musique ?

Jean-Sébastien Nouveau : C'est une bonne question... Je n'aime pas trop que l'on me dise que ma musique est cinématographique ou contemplative. Je comprends tout à fait ces remarques à propos évidemment, mais ça m'ennuie un peu ces associations.

Liability : Enfin, qu'est-ce qu'on peux te souhaiter pour la suite ?

Jean-Sébastien Nouveau : Oh, simplement que ça se passe bien pour nous ! Que l'on fasse un deuxième disque au moins aussi bien que le premier, que l'on trouve peut-être un label, que l'on vende plus de disques, et dans un futur proche que l'on trouve un batteur, et que surtout nous donnions des concerts honorables ! Bref, que notre projet se développe, et que Les Marquises se fasse une petite place dans le monde de la musique.

A voir également :

http://www.myspace.com/lesmarquises

?>