.:.Interview.:.

Pochette

Teenagers, The

Le : 13-07-2007

Lieu : e-mail

propos recueillis par Fabien et publiés le 06-12-2007

Il est probable qu'on nous reproche un petit parti pris. Pour quelle raison ? Tout simplement parce que deux membres de The Teenagers ont été à l'origine de Liability. Pourquoi, alors, leur consacrer un article ? Là encore, tout simplement parce qu'il aurait été idiot de passer à côté de la nouvelle coqueluche d'Outre-Manche qui s'est fait connaître par le phénomène Myspace. Myspace est devenu (ce n’est un secret pour personne) la foire aux musiciens en tous genres, confirmés ou pas, géniaux ou parfaitement farfelus. En tout cas la plateforme est suffisamment belle pour qu'elle permette à d'illustres inconnus de se faire un nom. The Arctic Monkeys en savent quelque chose. Aujourd'hui c'est au tour des Parisiens de The Teenagers, sur la foi d'un Fuck Nicole puis d'un Homecoming, qui les ont lancés au-delà de toutes les espérances. Depuis, The Teenagers enchaîne. On les voit partout, ou presque. Du moins la presse spécialisée s'est déjà fait l'écho de ce trio encore inconnu il y a moins d'un an et les concerts se succèdent avec sans doute comme point d'orgue cette invitation au festival de Reading l'été dernier. Tout va vite pour eux, très vite même. Au risque de se brûler les ailes ? En attendant The Teenagers est sur un petit nuage et l'album (signé sur XL Recordings) sortira, a priori, début 2008. Ce qui est certain c'est que pour une fois que des Frenchies sont appréciés en Angleterre on ne peut que s'en réjouir.

Liability : En quelques mots, peux-tu présenter The Teenagers ?

Dorian : On est trois, Quentin , Dorian et Michael et on fait de la musique pop. On a commencé par écrire deux chansons pour rigoler entre amis, et finalement on vient de signer un contrat avec XL un an plus tard. C'est allé très vite depuis le début.

Liability : Le groupe s'est fait connaître par Myspace. C'est le fruit du hasard ou une stratégie mûrement réfléchie ?

Dorian : Au début on a juste mis les chansons sur Myspace pour les faire écouter à nos amis et quand on a mis Homecoming, tout s'est emballé d'un coup...

Liability : The Teenagers rencontre un succès un peu partout et même en Angleterre, chose rare pour un groupe français. Vous n'avez pas peur d'être un peu trop hype ?

Dorian : Non, je pense que la hype aide les groupes a percer. Après certains restent et certains repartent, mais en général ceux qui ont de bonnes chansons restent. Je crois à la musique, et aux chansons, l'image aide évidemment, mais si la musique est bonne et originale, ça se sait.

Liability : D'ailleurs, comment se gère cette notoriété récente ?

Dorian : Très bien, on est très contents de faire des photos avec les gens, et on ne perd pas la tête vu qu'on a encore énormément de choses à apprendre. Par rapport aux groupes que l'on croise on en est encore au tout début, donc ça nous laisse la tête sur les épaules, on ne se prend pas pour des stars.

Liability : Là encore, chose rare, vous signez sur un label anglo-saxon. C'est dû à quoi votre succès Outre-Manche ?

Dorian : Eh bien écoute, je n’en ai aucune idée, a mon avis nos paroles ont d'abord charmé les Anglo-Saxons, pour eux c'est super original qu'un groupe dise autant de gros mots. Je pense aussi que tous les trois on a des cultures hyper anglo-saxonnes, on écoute vraiment pas beaucoup de français, donc ça doit se ressentir dans notre musique aussi.

Liability : Cela ne vous met pas un peu la pression pour l'album que vous allez sortir ?

Dorian : Non pas du tout, à la base lorsqu'un premier label nous a contacté, on s'est dit que si on vendait 500 maxis ça serait déjà complètement fou... Du coup, nous on part sans pression, peut-être que ça ne sera pas pareil pour notre label, mais en tout cas je pense qu'on a le potentiel pour vendre plus de 500 albums, donc ça vaut le coup d'essayer.

Liability : Les concerts se succèdent. Comment cela se passe-t-il en général ? Le public est-il aussi réceptif ?

Dorian : Oui, ça marche bien. Ca dépend des salles, des pays, du taux d'alcoolémie, mais oui en général ça se passe super bien et les gens reviennent. Il est 05h40 du matin là et on a joué ce soir à Paris, au Cabaret Sauvage. On redoutait vachement cette première vraie date en France, mais ça s'est super bien passé et on s'est amusé. C'est le principal, donc on est vraiment contents d'avoir joué à Paris et d'avoir surmonté notre peur. On a bien rigolé avec les NYPC qu'on a rencontrés ce soir, ils sont super sympas!

Liability : L'album est en cours d'enregistrement. Va-t-il être dans la même veine que ce que l'on a entendu sur Myspace ?

Dorian : Oui ça sera du même type. Quelques surprises évidemment, mais ça sera le même genre de musique.

Liability : Comment qualifieriez-vous la musique de The Teenagers ?

Dorian : De la pop music, un peu rock.

Liability : Quelles sont vos influences ?

Dorian : Notre vie avant tout, et le rock américain

Liability : Hormis l'enregistrement de l'album, que va-t-il se passer pour The Teenagers?

Dorian : On vient de sortir notre 2ème single chez MEROK / XL, Starlett Johansson, qui s'est classé septième des charts indie UK, on a aussi sorti Homecoming avec des remixes sur Kitsuné, et on est en tournée en Angleterre avec These New Puritans et Crystal Castles, tout se passe bien. On enchaîne avec le festival des Inrocks, une grosse fête a Londres avec Liars et on part aux Etats-Unis en Janvier. Apres on a déjà le planning de notre vie jusqu'a juin mais ça risque d'emmerder le monde là…

Liability : Que peut-on vous souhaiter, là, tout de suite ?

Dorian : De rejouer à Reading l'année prochaine, plus haut sur l'affiche.

A voir également :

http://www.myspace.com/theteenagers

?>