.:.Interview.:.

Pochette

Dodoz, The

Le : 22-08-2007

Lieu : Par mail

propos recueillis par Nicolas et publiés le 14-11-2007

Ils sont quatre, trois garçons et une fille. Ils viennent de Toulouse, et ils viennent également tout juste de signer. Rencontre avec Jules, guitariste de The Dodoz, groupe rock pas encore en voie d'extinction.

Liability : Quand et comment s'est formé le groupe ? Et pourquoi ce nom ?

Jules : Le groupe s'est formé en mai 2004. On faisait du skate avec mon frère Vincent, et on s'est mis à jouer du blues avec Adrien, notre batteur, parce qu'il y avait des solos. On se faisait plaisir. On connaissait Géraldine, alors on lui a proposé de venir chanter. Elle était partante, puis elle s'est mise à la basse parce que le trip White Stripes ou Jon Spencer Blues Explosion, sans basse, ne nous allait pas. Enfin… On n'était pas assez bons quoi. Le nom du groupe vient d'un contrôle d'anglais en classe de 3ème. Il fallait traduire cette phrase: "le dernier dodo a été aperçu dans le sud de l'Afrique". J'ai demandé au prof ce qu'était un dodo, et il m'a expliqué l'histoire de ce gros poulet disparu, etc... Par la suite, je ne faisais que répéter cette phrase aux autres, et ce pendant deux semaines: "the last dodo was spotted in the south of africa". On avait un sens de l'humour un peu pourri. Et à cause de ça, au moment de chercher un nom de groupe, j'ai dit les dodos, les dodoz, THE DODOZ ! On ne savait pas qu'on allait le regretter.

Liability : Quelles sont vos influences, et diriez-vous qu'elles se retrouvent dans votre musique ?

Jules : Nos influences sont assez diverses, mais celles qu'on entend le plus, je pense, ce sont les groupes post-punk et new wave qu'on adore tous, tels Gang Of Four, Joy Division, Siouxie And The Banshees, le premier Stranglers, Talkings Heads, et Blondie... Mais on a aussi énormément été influencé par les Smiths, Television, le Clash, les Buzzcocks, et plus récemment Bloc Party, Interpol... Après je ne sais pas trop si tout ça se retrouve vraiment dans notre musique. Les guitares sont souvent post punk, un peu tranchantes, et les rythmes de batterie ont souvent ce petit côté dansant. Mais je pense que les mélodies sont très pop, et certaines me font parfois penser aux Pixies, ou même Radiohead... Donc tu vois tout cela est très diversifié. En plus, chacun de notre côté, on écoute des trucs très différent: blues, folk, trip-hop...

Liability : Vous venez de signer et vous rentrez en studio bientôt. Pour un album ? A quoi doit-on s'attendre ? Et quel serait votre producteur de rêve ?

Jules : On rentre en studio fin septembre pour un album chez Murrayfield Music. A quoi doit-on s'attendre? Les quatre chansons qui sont sur Myspace, ainsi que huit autres que vous ne connaissez pas. On a beaucoup composé ces deux derniers mois, on veut un album qui fasse vraiment ressortir les trucs qu'on fait maintenant, parce que les chansons ont pas mal évolué. Au niveau du producteur, on n'a pas trop de rêves. On n'est pas très "production", dans la mesure où on va enregistrer les morceaux live, sans overdubs. On aime pouvoir refaire le morceau live dans son intégralité en concert. Après c'est sûr que Steve Albini reste Steve Albini. Mais comme ce n'est pas dans nos moyens, on fera sans pour l'instant.

Liability : Vous venez de Toulouse. Comment est la scène rock là-bas ?

Jules : La scène rock bouge ici, il y a plein de nouveaux groupes qui se montent, et pas mal de petits endroits où jouer. Après pour les salles, ce n'est pas Paris, on n'a pas de Flèche d'Or, on passe directement du bar de cinquante personnes avec une seul enceinte au Bikini qui peut accueillir 1200 personnes.

Liability : De quoi parlent vos chansons ?

Jules : Nos chansons parlent de choses de la vie courante: amour, amitié et tout le tralala. Mais aussi de petites histoires, un peu bizarres parfois... De façon générale les paroles sont assez abstraites, c'est Géraldine qui les écrit, et c'est son côté Thom Yorke qui ressort parfois, ha ha.

Liability : Les Dodoz, véritable démocratie ?

Jules : Tout à fait. On compose tout à quatre. Après, les paroles c'est Géraldine qui s'en occupe, nous on ne sait pas y faire.

Liability : Qu'est ce que la présence de votre morceau "Monster" sur la compile CQFD a changé pour vous ?

Jules : Déjà, le fait d'être dans les Inrocks, ça représente quelque chose quand tu es un petit groupe toulousain à la con qui a un répertoire de six chansons à tout péter ! Et puis forcément, ça fait une carte de visite. C'était vraiment cool, on était tous très contents. Après, je ne sais pas si ça a changé des choses, ça les a juste un peu accéléré je pense... Ce qui fait vraiment bouger les choses je pense que c'est jouer en live, encore et toujours, le plus possible, et dans le plus d'endroits possibles.

Liability : Vous partagez l'affiche avec des groupes comme Stuck In The Sound et Go Go Charlton. Quels sont vos groupes parisiens préférés ?

Jules : Bruno de Neïmo est vraiment une des personnes que j'apprécie le plus à Paris, il m'a vraiment aidé. Sinon, j'adore les Stuck, ils sont adorables, vraiment. Mais même au niveau musical, puisque c'est quand même ta question, Neïmo, Stuck et Nelson ont vraiment énormément de talent, ils m'impressionnent. Sinon, j'aime bien Sourya, qui m'ont mis une bonne claque au Zèbre de Belleville il y a quelques mois, et les Tatianas, qui ont un son à eux je trouve... Et Brooklyn est également un excellent groupe !

Liability : Où peut-on vous croiser hors scène, à Paris et à Toulouse ?

Jules : A Toulouse, il n'y a pas 36000 solutions: tu nous trouves dans la rue en train de chanter comme des cons ou au Gate, un petit endroit très bien où ils font des mix electro rock. Et Paris, j'y traîne plus souvent que les autres membres du groupe. En général je suis au Shebeen ou à la Flèche d'Or.

Liability : Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Jules : Faire beaucoup de concerts, et partout, en Angleterre, en Allemagne... On aime tellement ça. Et rencontrer des gens aussi, parce qu'il y a vraiment des gens cools un peu partout (ça fait hippie de dire ça mais je m'en fous, c'est la vérité.

A voir également :

http://www.myspace.com/thedodoz

http://www.myspace.com/murrayfieldmusic

?>