.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Ososphère

1ère partie :

Le : 02-10-2004

Lieu : Strasbourg, La Laiterie

compte rendu proposé par dorian et publié le 24-10-2004

L’Ososphère mettait l’eau à la bouche avec une affiche électronique exceptionnelle, et un lieu sympathique (le quartier de la Laiterie) mis à disposition, comme une sorte de village musical pendant deux jours. Il y avait donc de quoi s’amuser à Strasbourg ce week end. Pas possible de venir le vendredi, donc ça sera juste le samedi. Les échos du vendredi soir, il y en eu peu qui ont atterri dans mes oreilles. Si ce n’est que Sex In Dallas, c’était bien. Un peu étonnant vu les prestations live du groupe à Paris. Mais bon, passons.

Arrivée à 21 le samedi, il n’y a pas trop la queue. Par contre pour avoir son invit presse, c’est la galère. Le gros con de « sécurité » est insupportable et impoli au possible mais on commence à être habitué. Puis c’est la galère, on a l’impression qu’à chaque personne il faut 1 heure pour trouver son nom sur la liste. Pas efficace et lourd cette caisse dans une cabane en plastique. Une fois passé, après 30 minutes d’attente, c’est cool, on se retrouve dans un petit village aménagé pour l’évènement. Pas trop le temps de s’ennuyer (Ce sont à peine les débuts des concerts), on se prépare pour voir Phoenix à 22h. Dans une salle ou Gonzalez vient de jouer, il faut enlever toutes les chaises. Comprenez bien que Mr Gonzalez voulait des gens assis pour son récital de piano. On attend donc un petit peu et Phoenix arrive en forme. Dernière date de la tournée, ils ont l’air contents d’être là. Ils cachent bien leur fatigue et comme d’habitude jouent avec le public et s’amusent comme des petits fous. Malheureusement, il faut dire que le public en question n’est pas très réceptif. Quand Phoenix passe à Paris, les jeunes se bousculent à la porte d’entrée. A Strasbourg, l’audience était principalement constituée de trentenaires ou de filles de 14 ans. Etrange phénomène. Bref, le concert fut bon, sans plus. Rappel avec « Love for granted », ça fait plaisir, et hop la tournée 2004 s’achève.

On se dépêche pour ne pas rater le début de Vive La Fête. On arrive juste pour la fin des balances. La veille à Paris, le concert fut assez mauvais. Entre problèmes de sons, approximations, non motivation…Les belges n’avaient pas vraiment donné la bonne impression par rapport à leur venue parisienne en Juin (toujours à la Maroquinerie). On espère donc que ce soir Els et Danni seront plus en forme. Quand ils arrivent, la salle est bourrée à craquer, les gens sont moites et collés entre eux. Ca sent la sueur, le chaud, bref ça sent Vive La Fête. Et c’est parti. Et comme par magie, tout est bien huilé, tout est parfait. Les montées sont folles, chaque membre sait ce qu’il fait. Rien à voir avec les doutes de la veille. Même le batteur ne semble jamais avoir été aussi bien en place. Alors, comment se fait il ? « Touche pas », « Nuit Blanche », « Mon dieu » s’enchaînent trop vite et c’est déjà fini. Un petit rappel et au revoir. Alors Vive La Fête ont ils pris trop de coke ce soir pour être si performants ? Ou pas assez ?

A voir également :

http://www.vivelafete.net

?>