.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Route du Rock 2004

1ère partie :

Le : 13-08-2004

Lieu : St Malo - Fort St Père

compte rendu proposé par dorian et publié le 17-08-2004

So Glamorous !


A peine arrivés à St Malo, on décide d’aller voir ce qui se passe au Palais du Grand large. C’est raté pour CocoRosie, mais on arrive un peu avant le set de Velma. L’entre concerts est assez mal géré et le son qui passe est bien mais la sono sature de partout, les basses résonnent contre les portes du palais des congrès tout à fait inadapté à l’évènement. Velma arrive sur scène et commence avec un titre punk hardcore à 100 à l’heure. Bizarre. Ils restent ensuite sans bouger, avant de commencer un morceau sympathique pendant lequel on les quittera.


A notre arrivée au fort, The Beta Band est sur scène…mais on ne les a pas vraiment entendu. Premier concert de la journée avec The Kills. VV et Hotel sont des rock stars et meme si l’album avait fini par être lassant, ils ont su me redonner gout au rock n’roll en cuir pendant 1 heure. Le climat est tendu, les deux amis se frolent, se bousculent, et finissent par s’embrasser tout en gueulant : « I hate the way you love » et « Fuck the people ». Des paroles assez représentatives finalement. Un bon concert donc, plein de guitares fermes et acérées. On ne précisera pas que tous les mecs présents ont surtout passé leur temps à se dire que VV était sacrément bien foutue… Deus investit les lieux et livre un concert honnete (selon les fans), très bon je pense pour ceux qui ne connaissaient pas vraiment le groupe. Les singles et les nouveaux titres s’enchaînent parfaitement avec rigueur et professionnalisme. C’est carré et bien joué, rien à redire : un très bon moment. Enfin (et oui, pas envie de voir rjd2…) LCD Soundsystem a mis le feu avec « Yeah », « Losing my edge » et « Tribulations ». Un set DFA style, qui rappelle les percussions de The Rapture. James Murphy est gros, mais il a une certaine classe, et sans bien chanter, il arrive à être présent sur scène et à attirer l’attention du public. Les singles sont efficaces, les autres titres moins, mais l’album prévu pour la rentrée s’annonce très réjouissant.


Le lendemain, On arrive sur place pour Lali Puna, qui livrera un show un peu décevant. Les allemands possèdent de bonnes compos mais n’arrivent pas réellement à élever le rythme en concert et à faire partir leurs chansons plus haut que sur leurs albums. C’est dommage. La timide Valérie ne chante pas faux, mais ne s’énerve pas beaucoup non plus. Un set mitigé qui a juste fait bougé les têtes. Pourtant, à la conférence de presse, ils avaient promis un concert plus electro que d(habitude, ce qui n’a donc pas été le cas…Air monte sur scène vers 22 heures et il semble que la plupart du public soient venus pour eux ce soir. Normal : ce sont les stars du festival, le groupe qui vend le plus en tous cas. Les 2 Versaillais montent sur scène et commencent par des nouveautés pour finir avec les très attendus « Kelly Watch the Stars » et éSexy Boy ». Entre temps Gordon Traxxx (l’avez vous reconnu… ?) est venu chanter « Playground Love », histoire d’entretenir le copinage Versaillais. C’est réussi mais pas franchement transcendant, surtout qu’une panne d’électricité (ils auraient pu le dire…) les oblige à arrêter le concert au bout de 8 morceaux…très court malheureusement.


Nous qui sommes assez fans de Phoenix, nous n’avons pas été déçus. Un très bon concert, même si le son n’est pas très propre, les (autres) Versaillais sont les seuls (Girls in Hawaii aussi après reflexion….) qui ont l’air d’être contents d’être sur scène. Les tubes sont tous envoyés : « Too Young », « Everything is everything », « Funky Dancesquare », « If i ever feel better », « Party Time », et on en demande toujours encore. On a même envie de les voir revenir, après le rappel acoustique « Everything is evrything »…Bref, du bon Phoenix avec une chanteur sympathique et assez charismatique pour faire balancer le cœur des filles…


Tv on the radio est le phénomène du moment, tout le monde les veut, tout le monde en parle, ça fait même cool d’écouter ce groupe….mais, ils nous ont autant déçu que leur album si attendu. On ne peut pas dire que ce soit de la merde, mais bon il faut être réaliste : toutes les oreilles ne sont pas capables d’accueillir avec plaisir leurs « wouh hou » systématiques et leurs chansons un peu trop teintées « country »… C’est pas si accessible que ça, et les singles ne sont pas si évidents que ça non plus. Donc Tv on the radio reste un groupe qui devra confirmer, après tout le buzz et la hype qui a accompagné la sortie de leur premier LP. Enfin, pour conclure la soirée de façon magistrale, les programmateurs avaient réservé au public une bonne surprise : Peaches. Et ceux qui ne l’ont jamais vu en live, ils n’ont pas du être déçus. Tout tourne autour du sexe, et les mecs n’ont pas l’air de se plaindre. La canadienne exilée à Berlin tape des poses de pute, lèche des godes ceintures et n’arrête jamais de faire la folle en criant : « Shake your tits, shake your dick »….Fatalement, il y a ceux qui aiment et ceux qui détestent. Le show ne peut laisser indifférent, mais on comprend facilement qu’il puisse en repousser plus d’un(E). On ne s’attardera pas sur la musique de la copine de Gonzalez, qui se résume à quelques beats simplistes…


Dimanche, et le groupe que l’on attendait le plus !!! Blonde Redhead. Mojave 3 ouvre les hostilités avec un concert un peu mou, qui a quand meme l’air de plaire aux rares personnes arrivées à 19 h. Pas vraiment adaptée aux festivals, leur musique ne décolle pas, et on préfère les écouter dans un canapé au coin du feu. Surtout que leur jolie bassiste n’était pas là, et a donc été remplacée par un petit chevelu. Passons. Girls In Hawaii sont très jeunes mais ont de l’énergie à revendre. Ils ont du réussir à convaincre pas mal de monde en quelques minutes. Etant belges, ils communiquent facilement avec le public et ne se gênent pas. Leur album est bon, leurs concerts le sont tout autant.


Et là c’est le drame. Un peu avant 22h (heure du début du show de Blonde Redhead) la pluie commence à tomber… et au bout de 10 minutes, c’est l’apocalypse. Il pleut trop et ça devient réellement énervant. Le groupe met du temps à s’installer, et on est obligé de les regarder, trempés sous no K-way dégoulinants. Quand le concert commence, la pluie se calme l’espace d’un morceau….qui d’ailleurs sera pourri par un son qui n’est pas du tout bien réglé (la voix est trop forte…et tout sature…). La Route du rock se transforme progressivement en petit Woodstock tant la pluie tombe. Après trop peu de temps, le trio annonce qu’il quitte la scène, et les organisateurs prennent le micro pour nous annoncer que l’orage est dangereux. Bref c’est fini. Le concert de Blonde Redhead est fini. A coté de moi, une fille à qui j’offre une cigarette mouillée est quasiment en larmes…Elle a du venir de loin et va rater Dyonisos…La pauvre. Après une demi heure, on en a plein le… et on se casse, saoulés par ce temps pourri du mois d’Août. Finalement, Dyonisos a joué, les Troublemakers aussi, mais nous, on était déjà dans notre douche…et la fille à la cigarette à pu sécher ses larmes…



La classe : le k-way rose & gris assorti au site...




photo : M.Crété

A voir également :

http://www.laroutedurock.com

?>