.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Underground Railroad

1ère partie : Foxglove + Butch mac Koy

Le : 08-06-2004

Lieu : Paris, Pop In

compte rendu proposé par ze et publié le 15-06-2004

Déflagration en sous-sol. Underground Railroad - du 78, deux petites années d’existence -, est devant nous dans la cave surchauffée du Pop In, le hammam de la rue Amelot. Formule détonante : batteur (H) + guitariste (F) + bassiste (H). Et un style qui mélange punk, noise, emo, avec un côté hardcore, clairement psychotique (parfois l’écho de chose plus anciennes, type Velvet, Joy Div.)

Le batteur, qui a visiblement mis les doigts dans la prise, propulse chaque morceau dans une dynamique explosive reléguant pas mal de frappeurs fous, type Oneida, au rang de mous du bulbe. Il assure également l’essentiel des parties vocales, alternant avec la guitariste dans un anglais plutôt convaincant, souvent passionné, parfois narquois. S’affichant gentiment barge, il aime tout renverser.

Pour lui répondre, un bassiste aux faux airs de slacker, en crise d’épilepsie continue, limite chaos, qui torture un instrument bousillé de partout, borgne à trois cordes, auxquelles il inflige divers sévices réjouissants, tels que coups de poings ou de baguette.

Ce jeu de basse tordu, distordu, destiné à bousculer les repères, ne perturbe pas la guitariste. Brune, frêle, par contraste statique, impavide, elle tresse en continu des riffs minimalistes, assez froids. Sa voix prometteuse libère une rage rentrée.

Intensité, sens du cri, explosivité, Underground Railroad dispose d’atouts dans le domaine du rock pur. Un regret, leur set est trop court : seulement une dizaine de titres (cinq figurent sur leur démo, frustrante). On leur souhaite plus de compos très vite et un enregistrement reflétant ce qu’ils savent produire sur scène. Valeur d’avenir. ecrit par Emmanuel Dazin à la demande de ze

A voir également :

http://www.urailroad.com

?>