.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Pointu Festival Jour 2

1ère partie :

Le : 09-07-2017

Lieu : Six Four Les Plages

compte rendu proposé par Fabien et publié le 11-10-2017

Deuxième soirée au Pointu Festival et nous ne sommes pas moins gâté que la veille. On arrive tranquillement sur le site après avoir longé le remblais. Il fait beau, chaud et on est en avance. Parmi les premiers festivaliers on croise les membres de Red Fang, pas le moins du monde stressés par le concert qu'ils vont donner dans quelques minutes. Ils s'arrêtent, discutent avec les gens, font quelques photos avec eux et repartent, sourire aux lèvres. On le temps de se rafraîchir avant qu'ils ne montent sur scène. Et tout le monde en a bien besoin. Cependant quand le concert commence on sent que les héros sont un peu fatigués. Et ça se comprend. Le Pointu Festival est la dernière date de leur tournée et même s'ils ne sont pas au bord de l'épuisement, on sent chez eux comme une sorte de lassitude. Cela ne va pas les empêcher de faire le taf comme il faut. Red Fang offrira un set carré, net et sans bavures, donnant tout ce qui leur restait à donner et ce jusqu'à la dernière note. En soi, Red Fang n'aura pas été décevant, c'est juste qu'ils n'avaient pas la même énergie mais cela suffisait à notre bonheur. Les américains n'ont pas été défaillants, loin de là et c'est bien l'essentiel. Le groupe aura joué ses meilleurs titres avec pugnacité mais avec un peu moins de facétie que d'habitude. Quoi qu'il en soit, le public du Pointu s'en est trouvé ravi ce qui a quelque peu détendu le groupe qui, peu à peu, s'est redonné un peu de jus. Au terme de ce concert, le repos est amplement mérité pour eux.

Red Fang (1)

Red Fang (2)

Red Fang (3)

Red Fang (4)

Red Fang (5)

Red Fang (6)

Red Fang (7)

Red Fang (8)

Red Fang (9)

Si la veille on avait eu le droit à la séquence nostalgie avec Ride, on y aura également droit avec Slowdive, autre groupe sur le retour de la même génération. Le shœgaze est vraiment de retour et quelque part cela fait du bien. Du bien également de voir que Slowdive n'a rien perdu de son charme et de sa justesse. Bien sur ses membres ont pris de l'âge et ne sont plus aussi fringant qu'avant mais, dans le fonds, cela n'a que peu d'importance. Slowdive parvient à nous transporter comme au début des années 90. La nuit commence à tomber doucement sur le Gaou et la musique crépusculaire de Slowdive s'y prête merveilleusement bien. Le groupe reprend évidemment ses classiques mais pas que vu qu'ils ont un nouvel album à défendre. Et au vu des derniers morceaux et de leur performance du soir, cela valait le coup d'attendre 20 ans. On a les yeux qui brillent et l'émotion nous submerge. Slowdive a toujours la grâce et cela fait du bien à entendre.

Slowdive (1)

Slowdive (2)

Slowdive (3)

Slowdive (4)

Slowdive (5)

Slowdive (6)

Slowdive (7)

Slowdive (8)

C'est au tour de Ryan Adams de fouler la scène du Pointu. Le bonhomme on le connaît et on sait qu'il se donne à chaque fois à 100 % en concert. Ce fut la même chose ici avec un Ryan Adams des grands soirs, affable et bien dans ses baskets. Le seul souci pour nous c'est de n'avoir pu avoir accès à la fosse pour le photographier. Ryan Adams craignant les flashs (alors qu'on ne les utilise jamais en concert...) pouvant provoquer chez lui une crise d'épilepsie, on nous autorisera à le photographier qu'à partir de la console. Sceptique sur la raison invoqué on se pliera à la décision mais cela reste du niveau de l'anecdote puisque Ryan Adams délivrera un show racé et efficace. On en attendait pas moins.

Ryan Adams (1)

Ryan Adams (2)

Ryan Adams (3)

Ryan Adams (4)

Ryan Adams (5)

Ryan Adams (6)

Ryan Adams (7)

Les plus motivés seront restés pour voir Dinosaur JR qui connaîtra quelques problèmes de son (notamment un volume micro trop bas). Après un début un peu chaotique, J Mascis et ses camarades se mettront en place peu à peu laissant place à un déferlement sonique dont seul Dinosaur JR a le secret. En soi, pour le néophyte, il fallait un peu s'accrocher mais pour l'amateur éclairé, le bonheur est total. J Mascis est toujours aussi peu communicatif mais peu importe tant il est capable de tordre les sons comme il le fait. Il ne fait d'ailleurs pas que des heureux dans la foule qui quittent peu à peu la presqu'île. Mais J Mascis peut bien avoir le monde qui s'écroule autour de lui il reste imperturbable contrastant avec son remuant bassiste (Lou Barlow mine de rien). Le Pointu Festival finit donc sur un beau fait d'arme (la performance notamment sur Gargoyle était quand même de haut niveau) et on ne saurait que louer les organisateurs pour cette belle initiative, permettant ainsi à des curieux de découvrir autre chose que ce les festivals grand public ont tendance à proposer.

Dinausor JR (1)

Dinausor JR (2)

Dinausor JR (3)

Dinausor JR (4)

Dinausor JR (5)

Dinausor JR (6)

Dinausor JR (7)

Dinausor JR (8)

Alors Le Pointu Festival est sans doute un festival un peu spartiate quant aux moyens mais le charme a agit très largement du au fait de la programmation, d'un public ouvert et détendu (10 personnes se seront quand même déplacées sur les deux jours) et de bénévoles ultras efficaces qui auront fait des merveilles de rapidité sur les stands de boissons et de restauration. On reviendra.

Ambiances (1)

Ambiances (2)

Ambiances (3)

Ambiances (4)

Ambiances (5)

Ambiances (6)

Ambiances (7)

Ambiances (8)

Ambiances (9)

Ambiances (10)

Ambiances (11)

Ambiances (12)

Ambiances (13)

Crédits Photos : Fabien Pondard

A voir également :

http://www.pointufestival.fr/

?>