.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

This Is Not A Love Song Journée 1 - part 4

1ère partie :

Le : 09-06-2017

Lieu : Nîmes, Paloma

compte rendu proposé par Fabien et publié le 23-08-2017

Si l'on a été gâté jusqu'ici, on sait que l'attente suscitée par la venue de Moderat n'en est pas moins forte. Il faut dire que Moderat a été parmi ce qui s'est fait de mieux dans la musique électronique ces dernières années. Quand Sascha Ring accompagné des deux entités de Modselektor on sent comme une attente interminable venait de s'achever. D'entrée la magie opère et Sascha Ring semble s'en rendre compte tant son visage irradie de bonheur. Pour autant, il reste concentré et ses comparses le sont tout autant. Moins coloré que Flying Lotus, les jeux de lumières et les effets scéniques de Moderat sont de premier ordre. Musicalement le groupe est bien dans ses baskets et les morceaux défilent comme dans un rêve éveillé. C'est un moment de grâce que l'on vit à cet instant, sans surenchère, avec une belle humilité, le trio touchant juste et en n'essayant jamais de tirer la couverture vers lui. On s'en souviendra sans doute longtemps comme, dans ce genre là en tout cas, un concert d'une classe d'esthète.

Moderat (1)

Moderat (2)

Moderat (3)

Moderat (4)

Moderat (5)

Moderat (6)

Moderat (7)

Et c'est un peu dommage pour Spring Kings qui, succédant à Moderat, paraît un peu fade même si le groupe fait largement le job. Il faut dire qu'il nous faut faire un effort pour que notre cerveau se remette de la performance de Moderat et qu'il se conforme à un groupe qui n'a rien à voir. De fait, il nous faut un petit temps d'adaptation pour nous rendre compte que Spring Kings n'est pas un faire valoir et que leur set est plus qu'appréciable et d'une fraîcheur indéniable. On les prends comme ils viennent, avec leur énergie communicative et leur jeunesse insouciante. Clairement, le groupe joue sans complexe et n'a pas ces réflexes des vieux routiers de la scène qui, invariablement, jouent de manière mécanique. En un mot comme en cent, Spring Kings a réussi haut la main son passage au TINALS et personne ne peut dire le contraire.

Spring King (1)

Spring King (2)

Spring King (3)

Spring King (4)

Spring King (5)

Spring King (6)

En parlant de vieux routiers du rock, Turbonegro ne sont sûrement pas les derniers et quand bien ils ont été loin de faire l'unanimité parmi le public, la bande à Tony Sylvester n'en fait pas moins le show sur scène. Comme à son habitude doit-on dire. Si le groupe norvégien a souvent tendance à drainer derrière lui sa horde de fans (les sympathiques Turbojugend), ceux-ci sont dans une très large minorité dans la Grande Salle de Paloma et pour le reste du public, voir Turbonegro reste une curiosité. Mais peu importe, le public fini par se prendre au jeu d'un groupe qui, lui non plus, n'est pas dans le calcul. Certes, le show est bien rodé mais Turbonegro sait apporter son grain de folie habituel. En somme un Turbonegro en forme qui nous semble assez adéquat pour finir la soirée dans la bonne humeur. Surtout quand ils arrivent à faire reprendre en chœur le public I Got Erection.

Turbonegro (1)

Turbonegro (2)

Turbonegro (3)

Turbonegro (4)

Turbonegro (5)

Turbonegro (6)

Turbonegro (7)

Crédits Photos : Fabien Pondard

A voir également :

https://thisisnotalovesong.fr/

?>