.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Hellfest 2015 journée 2, partie 1

1ère partie :

Le : 20-06-2015

Lieu : Clisson

compte rendu proposé par Fabien et publié le 27-08-2015

Ce n'est pas toujours facile de se relever d'une journée au Hellfest. Surtout quand celles-ci commence le matin. Bien souvent, le second jour (et le troisième par la même occasion) on préfère faire l'impasse sur la matinée et arriver sur l'heure du déjeuner. On rate parfois des choses intéressantes (Cobra l'année dernière par exemple) mais pas toujours, ce qui laisse moins d'amertume. Pour autant, quand on commence la journée avec Motionless in White, on se demande si on n'aurait pas mieux fait de rester coucher. Ou alors il aurait fallu être dès le départ fan de metalcore, ce qui n'est pas notre cas. Metalcore, d'ailleurs, qui n'est pas spécialement à la fête cette année puisqu'on compte que très peu de groupes. Quoi qu'il en soit, Motionless in White nous était présenté comme une petite curiosité. On ne pourra pas leur enlever une certaine capacité à la mise en scène, une présentation à mi-chemin entre le gothique nouvelle génération et les influences films d'horreur (les slashers de préférence). Pour le reste, nous ne sommes pas spécialement emballés. Cela reste assez convenu, une bonne petite mise en bouche mais on est loin de l'exploit qu'on pouvait attendre. Le chanteur fait ce qu'il peut et le reste du groupe semble peut impliqué (gothique pose?) dodelinant de temps en temps de la tête. L'esthétique ne fait malheureusement pas tout. On regarde l'ensemble en se disant que le meilleur est encore à venir.

On quitte la Mainstage pour aller voir les poètes de Prostitute Disfigurement. Rien que le nom du groupe préfigure un goût certain pour une musique quelque peu fleurie. Honnêtement on avait un peu peur à du grand guignol, une foire à neuneu à force de déco grotesque. En fait, non, Prostitute Disfigurement est juste un groupe de brutal-death, un rien frontal et peu amène dans l'art de la fantaisie. Et c'est peu dire. Les hollandais semblent avoir les pieds coulés dans le béton et assène leur violence sonore avec une bonne abnégation. En bref, on ne rigole pas et c'est comme si on se prenait un coup de pèle dans la figure et que les hollandais insistaient sur votre tête. Ce n'est donc pas la finesse qui les étouffe mais ça a le mérite d'être efficace. Si il n'y a pas grand chose à voir sur scène, ce sont les tympans qui prennent. C'est déjà mieux que rien.

Retour sur la Mainstage pour un groupe sans doute plus facile à digérer : The Answer. Du bon hard-rock comme on pouvait en faire dans les années 70. Et en fait, ce n'est rien d'autre que ça. C'est bien léché, emmené par un chanteur rudement efficace et des musiciens bien en verves. Pour autant, ça reste très conventionnel et on est encore loin de constater que nos tripes sont complètement retourner. The Answer fait simplement le taf bien comme il faut pour un bon moment de rock oldschool qui, dans le fonds, ne surprendra pas grand monde. Cependant, on ne peut pas dire que l'on perd spécialement son temps devant les nord-irlandais. Ca joue, il y a de l'envie, The Answer ne fait clairement pas semblant. On reste donc dans une politesse de bon aloi.

Pendant ce temps, sous la Temple, jouent les tous mignons suédois de Craft. Groupe qui a pris son temps avant de passer sur scène puisque le groupe ne s'est décidé que très récemment à monter sur les planches pour satisfaire le menu peuple. Et grand bien leur en a fallu car Craft était un groupe en forme sur la scène de la Temple. Leur black metal brutal et abyssal a fait merveille ne laissant personne sur le carreau. Craft est sans doute la première bonne surprise de la journée. On en attendait rien spécialement sachant que le groupe n'avait que peu d'expérience sur scène. Mais les doutes ont été vite levées et Craft nous a entraîné assez rapidement dans des profondeurs infernales insoupçonnées. Déjà réputé pour ses disques, les suédois sont en train de le devenir pour le live et ce n'est pas peu dire. Il faudra suivre tout ça de près.

Crédits Photos : Romain Ballez

A voir également :

http://hellfest.fr/

?>