.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Hellfest 2015 journée 1 - partie 2

1ère partie :

Le : 19-06-2015

Lieu : Clisson

compte rendu proposé par Fabien et publié le 01-07-2015

Pendant que l'on traînait nous guêtres sur la Warzone et la Valley, figurez vous qu'il se passait des choses ailleurs. Notamment sur les Mainstages, l'Altar et la Temple. Un truc de fou. Sur les Mainstages, c'est Breakdust qui a ouvert les hostilités dès 10h30 tout en pouvant s'enorgueillir d'avoir provoqué le premier circle pit du week end. Il faut dire que mettre un groupe de trash/death metal dès le matin sur la plus grande scène du Hellfest, cela n'incite pas vraiment à la sieste. Les français n'ont pas démérité en mettant un bon high kick à un public encore sous les effets des festivités de la veille (parce que oui, au cas où vous ne le sauriez pas encore, si le festival ouvre bien ses portes le vendredi matin, les festivaliers, eux, s'y mettent la veille voire l'avant veille). Breakdust, en chauffeur de foule, a donc bien fait son taf et même au-delà. Même si Breakdust n'est pas un groupe spécialement surprenant, ils nous ont démontré qu'ils avaient largement leur place sur cette scène et que leur programmation n'était pas le fruit du hasard.

Au même moment, sous l'Altar, jouait les français de Necrowretch. Déjà on constate que le système de scène qui se font face sous la même tente est révolu. Place désormais à une scène couverte unique qui tient plus lieu du hangar qu'autre chose et à l'entrée de laquelle est disposé un écran de bonne taille pour ceux qui restent à l'extérieur. Il en est d'ailleurs de même pour la Temple et la Valley. Mais bon, Necrowretch n'est pas là pour discuter décoration ni même pour faire du détail ou jouer à l'économie. Pas de temps à perdre donc étant donné l'heure de passage (on rappelle que les groupes qui passent le matin n'ont que 30 petites minutes pour envoyer du lourd). D'ailleurs le groupe ne perdra pas le sien à communiquer outre mesure avec le public préférant se concentrer sur la déflagration trash de leur musique. Brutal, saignant, frontal, tels sont les impressions que Necrowretch laissera sur la scène de l'Altar. Il valait mieux ne pas avoir la gueule de bois. L'entrée en matière sur l'une des deux scènes les plus bestiales du festival annonce clairement la couleur. Necrowretch n'a pas démérité en ne faisant aucun sentiment.

Autre groupe qui n'est pas là pour distribuer des câlins : Vorkreist. Sur la Temple cette fois. On regarde avec intérêt ce groupe qui n'a pas baissé les bras après la perte tragique de leur bassiste LSK (qui avait notamment participé à Hell Militia, Antaeus, Secrets of the Moon et bien d'autres projets). Vorkreist ne faillira pas et une pensée pour LSK sera bien au rendez-vous. Là encore, on entre dans un black metal brutal et impactant. Plus communicatif que leurs compatriotes de Necrowretch, Vorkreist donnera tout ce qu'il a. De toute façon, il ne peut pas y avoir de demi mesure avec des groupes comme Vorkreist. On doit tout de suite monter dans les extrêmes. Après, cela passe ou cela casse. Heureusement, Vorkreist délivrera un set convaincant et jamais caricatural, en patientant pour un successeur à Sigil Whore Christ qui se fait un peu attendre.

On continue avec un autre groupe de trash/death avec No Return mais sur la Mainstage 2 cette fois. Ces vétérans (débuts en 1989...) méritaient bien un passage sur l'une des grandes scènes. Cependant on ne reste pas persuadé que ce genre puisse donner sa pleine mesure dans un tel contexte. On donne sans doute l'occasion à No Return de toucher un plus grand public mais on perd sans doute en proximité avec celui-ci et en force. Cela n'empêchera pas No Return de jouer comme s'ils étaient sur scène plus classique. Et le public ne s'y trompe pas qui, d'abord, un peu sage, se montrera plus à son aise par la suite en soutenant sans faillir le groupe qui jouait là devant un parterre plus que fourni. No Return nous la joue à l'expérience mais sans donner l'impression de cachetonner. Le plaisir de se trouver sur la Mainstage n'est pas feint et celui-ci se transmettra sans peine à la grosse assemblée matinale. Tout le monde a donc trouvé son compte et c'est très bien comme ça.

Crédits Photos : Romain Ballez

?>