.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

NLF 3

1ère partie : Totorro

Le : 15-10-2014

Lieu : Nantes, Stereolux

compte rendu proposé par Fabien et publié le 01-05-2015

D'un côté la jeune génération et l'une des révélations de 2014. De l'autre, les confirmés, une génération plus expérimentée mais qui n'a pas perdu la main. Pour preuve ce Pink Renaissance de toute beauté qui restera comme l'une des plus belles réussites de l'année écoulée. Mais, pour débuter cette soirée ce sont bien les rennais de Totorro d'ouvrir le bal et le moins que l'on puisse dire c'est que l'on attends vraiment quelque chose d'eux. Plus que convaincant avec Home Alone, on sentait bien que leur musique était aussi taillé pour la scène. La question était donc celle-ci  : Totorro n'allait-il pas pêcher par excès de jeunesse et ne pas être à la hauteur de ce que le disque nous promettait ?

En soi, Totorro n'aura pas été décevant, distillant les morceaux de son dernier album avec une belle énergie, se montrant remuant quand il le fallait et sans se prendre la tête. C'est l'énergie de la jeunesse, celle qui ne se pose pas de questions, qui ne calcule pas ses faits et gestes. Home Alone est alors mis ici en lumière, sans artifices et ce avec la plus grande honnêteté qui soit. Totorro montre déjà une belle aisance sur scène. Il faut dire que les bretons ne sont pas des novices et qu'ils ont déjà bourlingué sur pas mal de scènes avant d'atterrir sur celle du Stereolux. On ne dira pas qu'ils agissent en vieux briscards mais ils détiennent déjà quelques ficelles et savent rester humbles devant le public. La prestation est donc bonne, sans cérémonial pourri et quasiment à la bonne franquette. Ce set est finalement à l'image de l'album  : frais, sautillant, décomplexé. Totorro est sans doute encore dans la peau de l'outsider mais pour combien de temps encore  ?

Il ne faudra que peu de temps pour NLF 3 pour s'installer. Par avance on sait qu'on n'aura pas le même genre de concert. Don Niño et ses deux camarades ne sont pas aussi expansifs que ceux qui les ont précédés. Pour autant on attends également une belle performance du trio qui, d'album en album n'a cessé de nous enchanter.

Même si le trio a un côté plus intimiste, leur musique, elle, a de l'ampleur et pendant tout le set, NLF 3 n'aura de cesse de le démontrer. Ce n'est pas qu'ils soient timides mais ce ne sont pas des gens spécialement expansifs. Pour autant, on les sent aussi très impliqués dans ce qu'ils font. Et le moins que l'on puisse dire c'est que NLF 3 délivre une musique aux petits oignons. Ne croyez pas pour autant que le groupe jouera d'une manière lisse ou scolaire. On en est loin. NLF 3 saura également imprimer une certaine intensité qui nous empêche de penser que le trio fait partie de ces musiciens désabusés qui ne font plus que jouer pour les plus offrants. Ce serait bien mal les connaître. Et personne dans la salle ne s'y trompe. NLF 3 n'est peut être pas le groupe le plus démonstratif sur scène mais ils savent faire passer une émotion aussi belle que salvatrice. En un mot comme en cent, on passe un moment délectable parmi un public qui reste certes poli mais qui n'en apprécie pas moins la belle performance de Don Niño et de ses comparses.

Crédits Photos : Fabien Pondard

A voir également :

http://nlf3.com

http://totorromusic.com/

?>