.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Hellfest Journée 1, Partie 6

1ère partie :

Le : 20-06-2014

Lieu : Clisson

compte rendu proposé par Fabien et publié le 11-08-2014

Royal Thunder... Grands dieux... Voilà donc, un groupe dont on attendait un petit quelque chose. Sur la foi d'une poignée de disques de bonnes factures on se disait que la bande à Mlny Parsonz pouvait bien être l'une des belles surprises de ce Hellfest. Et franchement, ce fut largement le cas. Si la quasi intégralité de notre attention s'est portée sur la bassiste chanteuse, le reste du groupe étant quelque peu en retrait par rapport à elle, il n'en demeure pas moins que Royal Thunder est venu bousculer nos tympans si ce n'est nos habitudes. Ces mêmes habitudes qui nous ont plutôt fournis, la plupart du temps, des performances viriles et poilues qui manquaient singulièrement de féminité. Pour autant, on sait que cette dernière est loin d'être absente dans les musiques dîtes (très) amplifiées. Même si Mlny Parsonz est une chanteuse à poigne, à la voix puissante et grave, elle parvient à se distinguer de ses homologues masculins. Il ne s'agit pas ici de créer la moindre opposition mais juste de signaler que Royal Thunder soigne un particularisme qui fait plus que se défendre. Le potentiel déjà énorme sur disque s'est alors confirmé sur scène, Royal Thunder délivrant un set très convaincant laissant coi plus d'un. C'est toujours comme ça quand on est impressionné.

Quitte à rester dans les bonnes surprises, Hail of Bullets sous l'Altar en sera également une bonne. Les hollandais entérinent leur troisième album sorti en 2013. En tout cas, c'est hilare que Martin Van Drunen monte sur scène. Ceci dit, ses comparses ne sont pas en reste et sont manifestement assez décontractés. Pour autant, quand il s'agira de jouer, Hail of Bullets ne fera pas semblant et se montrera des plus impitoyables. Jamais statiques, ils imprimeront leur death metal sans être dans la prise de tête. Parce que oui, il apparaît assez rapidement que le groupe ne se prend pas vraiment au sérieux et que jouer au Hellfest soit une sorte d'amusement de tous les instants. Il ne faut pas croire qu'ils se moquent du public (qui a bien répondu présent) mais tout simplement Hail of Bullets sont heureux de se trouver là devant un nombre conséquent de metalheads. Ce n'est pas tous les jours fête, alors il a bien fallu donner le meilleur de soi. Un groupe de death metal débonnaire ce n'est pas tous les jours qu'on en voit. Alors on en profite.

Etant plutôt sur une bonne dynamique on ne gâche pas son plaisir en allant voir Kadavar sous la Valley. On avait entendu que de bonnes choses sur les albums du groupe allemand qui, malgré son jeune âge, a multiplié les rendez-vous discographiques pour le plaisir de tous. Mais encore fallait-il confirmer sur scène. En ce qui nous concerne c'est chose faites et ils ne seront sûrement pas nombreux à débiner cette formation de teutons chevelus et barbus. Ils impressionnent, non pas parce que ce sont des masses musculaires (ils sont plutôt longilignes) mais bien parce qu'ils impriment à leur musique une force mémorable doublée d'une présence scénique du plus bel effet. Si le bassiste à l'air un peu en retrait, le chanteur-guitariste et le batteur se dépensent sans compter compensant très largement la légère apathie du premier. Quoi qu'il en soit, Kadavar passe son examen de passage sur les terres clissonnaises avec mention et le doute n'est plus permis quant à savoir si Kadavar est taillé dans le granit ou pas. Ils le sont et font partie de ces formations qui vont nous accompagner un petit bout de temps si ils arrivent à tenir la distance.

A présent, un classique du Hellfest : Kylesa qui entérine ici sa troisième participation et, cette fois-ci, sans poignée de châtaigne pour Phillip Cope. Certains auront pu se dire que voir une fois de plus Kylesa n'allait pas nous apporter grand chose mais c'est sans compter la capacité des américains à se transcender sur scène pour nous offrir le meilleur d'eux même. Et c'est exactement ce qui s'est passé. Kylesa, à l'aise sur tous les terrains du monde, aura su mettre son petit monde à genoux. Enfin, petit monde... La Valley fait quand même le plein, voire un peu plus. Comme quoi, Kylesa est une valeur sure. Une valeur d'autant plus sure qu'ils se savaient sûrement en terrain conquis mais ils ont joué en y mettant toutes leurs tripes. Laura Pleasants et Phillip Cope, les deux figures de proue du groupe, auront mené les débats de la meilleure des manière. De l'intensité, de la maîtrise, de l'envie, de la communication avec le public, juste ce qu'il faut pour que chacun puisse y trouver son compte. Kylesa ne joue pas à minima et même si une bonne partie des regards se portent vers Laura Pleasants on ne peut pas nier que le reste du groupe soit en retrait. Du grand et du beau Kylesa comme on les a toujours aimé et on est prêts à les revoir quand ils veulent tant ils seront capables d'être à ce niveau.

Crédits Photos : Fabien Pondard

A voir également :

http://www.hellfest.fr/

?>