.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Hellfest journée 2, partie 1

1ère partie :

Le : 22-06-2013

Lieu : Clisson

compte rendu proposé par Fabien et publié le 25-08-2013

Ne pas se faire avoir deux fois. La fatigue nous avait pris de court nous empêchant de bien finir la première journée du Hellfest. Donc non, pas deux fois la même chanson et on aura bien l'intention d'aller jusqu'au bout cette fois-ci. La nuit de sommeil a été salvatrice et c'est frais comme des gardons, avec des objectifs et des boîtiers affûtés que nous nous présentons aux portes du festival. Et on ne perd pas de temps car on sait que la journée ne sera pas de tout repos, même si on s'en accordera un petit autour d'un verre de bière ou d'autre chose.

Bon, autant l'avouer tout de suite on a quasiment fait l'impasse sur la matinée quand bien même on aurait bien vu Retox, Surtr, Procession ou Hell Militia. On commencera donc avec Monstrosity en début d'après midi. Premier constat, il nous semble qu'il y a plus de monde. Comment s'en rendre compte ? On éprouve un peu plus de difficultés à circuler. Impression qui sera confirmée après le festival puisque la journée du samedi atteindra le record de 41 000 entrées... Chiffre officiel. On y reviendra mais revenons à Monstrosity qui a investi l'Altar succédant à Koldbrann qui officiait sous la Temple. N'étant pas en pleine possession de nos moyens, encore la tête embrumée de la veille et passablement énervée après avoir galéré pour trouver une pauvre place pour se garer, Monstrosity ne nous paraît pas être ce qu'il y a de mieux pour démarrer d'autant plus que le groupe n'est pas aidé par une sono pas spécialement à la hauteur, faisant ressortir certains instruments pour étouffer les autres. C'est un peu dommage car Monstrosity se donne à fonds et ne fait visiblement pas semblant. On aura au moins eu cette satisfaction.

La première vraie satisfaction va venir d'Equilibrium qui va littéralement prendre d'assaut la Temple pour le plus grand plaisir de tous. Leur black pagan fait des ravages en ce début d'après midi et même si les allemands ne font pas dans la dentelle, ils savent tenir une scène et embarquer avec eux tout le public. Ce mélange de black et de musique traditionnelle emporte décidément tout sur son passage et fonctionne à la manière des grandes épopées épiques. Tout bonnement galvanisant, Equilibrium impressionne non pas parce qu'ils pourraient être considérés comme une curiosité mais bien parce qu'ils sont dans cette phase de conquête que rien ne peut arrêter et qui vous laissent pousser des ailes. Si il y a bien un concert où l'on pouvait clairement se défouler sous la Temple c'était bien celui-ci.

Finalement on reste sous la même tente et on a bien raison puisque sur la scène de l'Altar c'est Old Dead Tree, fraîchement reformé, qui officie. Une reformation qui coïncide avec le dixième anniversaire de la sortie de leur premier album The Nameless Disease et qui sera joué ici dans son intégralité. De plus la date du Hellfest est la première de cette tournée du come back. Il y avait donc de l'attente de la part du public mais aussi, apparemment, de l'appréhension pour le groupe qui ne savait pas trop à quelle sauce il allait se faire manger. Finalement tout s'est plutôt bien passé et Old Dead Tree n'a pas trop perdu la main se montrant des plus convaincant avec un Manuel Munoz toujours aussi charismatique et efficace. Un très bon moment donc que le public a parfaitement ressenti en accueillant le groupe comme il se doit, certes parfois avec politesse et respect mais aussi avec pas mal de ferveur. Si il y a eu surprise, celle-ci résidait surtout dans le fait que Old Dead Tree est loin d'être hors jeu comme il était tentant de le croire.

Bon allez, on a assez rigolé. On sort pour rejoindre la Mainstage 2 et affronter un temps quelque peu mitigé pour aller voir les australiens de Parkway Drive. On les aurait bien vu sur la Warzone mais la Mainstage c'est bien aussi. Et vu le monde qui s'est agglutiné devant la scène et autour la programmation sur l'une des deux scènes principales n'était pas incohérente. Comme prévu Parkway Drive a envoyé du pâté pendant cinquante minutes sans faiblir le moins du monde. Doit-on être étonné ? Bah non, Parkway Drive était comme à son habitude, vif, tranchant, imprimant un fort impact. Tout le monde attendait ça et tout le monde a été servi. Parkway Drive au top, un public au diapason, que voulez-vous de mieux. Décidément, le journée commence vraiment bien.

Crédits Photos : Romain Ballez

A voir également :

http://www.hellfest.fr/

?>