.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Anaal Nathrakh

1ère partie : Otargos

Le : 07-03-2013

Lieu : Nantes, Le Ferrailleur

compte rendu proposé par Fabien et publié le 28-03-2013

Ce concert, je l'ai mérité. Non pas que j'ai du bataillé pour avoir une place mais bien pour parvenir jusqu'au Ferailleur, salle nantaise bien connue pour accueillir une bonne frange de la scène métallique d'ici et d'ailleurs. Sorti du travail après avoir supporté une bonne quantité de brise noix et d'asociaux chroniques, il a fallu que je me tape 75 bornes sous un temps de merde et autour de gens qui ont du donner un gros chèque pour avoir leur permis de conduire. Donc oui, ce concert en particulier, je le méritais fichtrement bien !

Le temps de se garer, de voir déjà la faune locale patienter devant l'entrée (sans doute plus nombreuse que je ne l'aurai cru), je reprends peu à peu mon self-control. Otargos va assez vite arriver sur scène, nous ayant quand même laissé le temps de prendre un petit rafraîchissement à bulle. Et là, première surprise. Otargos qui était aussi connu pour arriver sur scène avec corpse paint, avance ce soir là à visage découvert, imprimant sans préliminaires son black métal le plus imposant. Cette petite nouveauté est, semble t'il, définitive. Mais peu importe car Otargos, sous la houlette de son charismatique chanteur, est tout aussi efficace.

Otargos ne fait pas de détails et encore moins de prisonniers. Le groupe sur de son fait avance ses arguments sans que personne n'ait quelque chose à redire. Otargos, impressionne, c'est certain et le groupe force le respect mais ce n'est pas comme si on les découvrait. Otargos est désormais un groupe bien rodé et qui connait parfaitement les codes du genre. Même si dans le fonds le set d'Otargos est sans réelles surprises, le groupe s'est tout de même donné à fonds, ne laissant aucunement croire qu'ils étaient là pour faire de la figuration. Partageant l'affiche avec Anaal Nathrakh il était difficile de jouer les premiers rôles mais Otargos a été loin de se ridiculiser et a joué efficacement sa carte. Bon job, bonnes vibes, bonne claque.

Bon, on change quelque peu de registre avec Anaal Nathrakh. Après, une autre boisson gazeuse légèrement alcoolisée, on comprend assez vite que cela ne va pas se passer de la même manière. Il faut se faire assez vite sa place au devant de la scène car le public, relativement sage pour Otargos, se révèle un tantinet plus énervé pour Anaal Nathrakh et s'agglutine au plus proche de ce qui va accueillir le groupe.

Alors qu'on dit les britanniques en perte de vitesse, ce n'est pas l'impression qu'ils nous laissent au Ferailleur. Incisif, percutant avec un Dave Hunt très en forme, Anaal Nathrakh fera ce soir là un sans faute, le public répondant à la moindre demande du groupe. Alors quand Dave Hunt demande de faire un circle pit, le public s'exécute. Et quand vous connaissez la taille du Ferrailleur (ce n'est pas une grande salle quand même), vous prenez vos précautions. Mais même si le métalleux est quelque peu turbulent, il reste bien élevé et il hors de question que cela se passe mal. Ajoutez à cela quelques slam de bon aloi et on pourra dire que le set d'Anaal Nathrakh s'est bien déroulé.

Pas de fausses notes donc pour cette soirée. Du plaisir, rien que du plaisir et de la sueur aussi. Et puis, c'est toujours amusant quand on parvient à relativiser tout ça quand on voit les membres d'Anaal Nathrakh fumer leurs clopes sous la flotte avec tout le monde, sans chichis. Ce sont des gens normaux ce qui ont simplement donné le meilleur d'eux mêmes.

Merci à Dream Factory Music Inc.

A voir également :

https://www.facebook.com/OTARGOSband

https://www.facebook.com/Anaalnathrakhofficial

?>