.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Hellfest Open Air - Journée 3 / Partie 3

1ère partie :

Le : 17-06-2012

Lieu : Clisson

compte rendu proposé par Fabien et publié le 24-10-2012

Dimanche après midi, la fatigue se fait lourdement sentir alors que la fête bat son plein et que les temps morts sont inexistants. Enfin, si on le veut bien, parce que les endroits pour se reposer ne manquent pas. Surtout pour ceux qui ont un accès privilégié. Ainsi, une bonne partie de l'après midi aura été de se la couler douce autour d'un pichet de bière et de camarades photographes mais il y a un moment où il faut bien justifier notre présence et c'est Vulture Industries qui aura été notre premier choix de l'après midi. Et grand bien nous a pris car ces norvégiens ont eu ce mérite de me sortir d'une sévère torpeur houblonnée. Théâtral à souhait, ne tenant jamais en place et particulièrement démonstratif n'est pas le genre de groupe à faire semblant. La palme revient sûrement à Bjonar Erevik Nilsen, le chanteur, qui en fait peut-être un peu trop mais reste clairement une vraie bête de scène. Pas encore grandiloquent et pompeux Vulture Industries développe un black metal original à mille lieux des lieux communs. Visuellement et musicalement cela valait le détour et nous remontait le moral après la semi-déception Liturgy.

Plein d'autres belles choses se passent également autour mais c'est l'ami Romain qui est dessus. Nous y reviendrons. En tout cas, l'hésitation entre Suffocation et The Obsessed a été terrible. C'est sur les premiers que mon choix s'est porté pendant que Romain allait se régaler avec The Obsessed. En tout cas, avec Suffocation on était en terrain conquis et les américains sont, eux aussi, des habitués du lieu. Que dire sur eux qu'on ne sache déjà ? Concert impeccable, public déchaîné et, au premier rang, ce n'était pas forcément que des grosse marmules. Bien au contraire. Suffocation n'est pas dans le demi mesure et le public le lui rend bien. Ca fait plaisir à voir surtout après avoir patienté pour l'accès au pit avec une forte odeur excrémenteuse autour de soi. Il faut dire que les wc ont vite été saturé, obligeant nombre de festivaliers à se soulager un peu n'importe où et particulièrement à proximité de l'Altar. Quoi qu'il en soit, Suffocation a été cette grosse claque que tout le monde attendait.

Mais, la grosse attente cela reste Sunn o))). Et il valait mieux savoir de quoi il en retourne. Surtout pour les photographes. En effet, pour les avoir déjà vu sur scène à feu l'Olympic à Nantes, ils avaient joué sous fumigènes et des lumières assez faibles mais acceptables. Au Hellfest, ce fut encore pire. Les fumigènes, toujours, mais aussi une grosse lumière bleue qui ne facilite vraiment pas la tâche. Certains même ne resteront pas très longtemps arguant que c'est impossible de faire quelque chose. D'autres quitteront la file, découragés. D'autres, encore, se risquent au flash, faute de mieux. Pour autant, là n'est pas le plus important. Ce qui l'est ce fut cette déflagration sonore, drones surpuissants, avec ce rituel immuable sorti des abysses et un Attila Csihar en maître de cérémonie toujours aussi imposant. C'est le genre de concert parfait pour clôturer le festival parce qu'après Sunn o))), il est bien difficile de se relever. Hypnotisé pendant tout le concert on ne s'est pas aperçu qu'il tombait des trombes d'eau dehors. Quand tout fut consumé, il a bien fallu reprendre ses esprits, maudissant la météo, en se disant qu'il faut traverser tout le site en essayant de ne pas se vautrer dans la boue. Mais quelle importance ? On vient de voir Sunn o)))...

Crédits Photos : Fabien Pondard

A voir également :

http://www.hellfest.fr/index.php

?>