.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Hellfest Open Air - Journée 1 / Partie 1

1ère partie :

Le : 15-06-2012

Lieu : Clisson

compte rendu proposé par Fabien et publié le 24-06-2012

C'est l'inconnu. L'inconnu parce qu'on ne sait pas vraiment comment on va être accueillit. Il faut rappeler que le site qui a hébergé le festival depuis ses débuts jusqu'à l'année dernière n'est plus. Le Hellfest n'a pas déménagé bien loin (à peine 500 mètres) mais le lieu a été forcément repensé, ajoutant deux scènes supplémentaires et apportant quelques nouveautés pour le comfort des festivaliers. Alors, on nous avait bien fourni le plan du nouveau site mais le mieux était encore de s'en rendre compte avec ses propres yeux. En fait, c'est comme un nouveau départ, un nouveau pari et si monter un festival comme le Hellfest est une grosse prise de risque, c'est encore plus vrai pour cette édition. La version 2011 du Hellfest avait été un grand cru et avait attiré environ 80 000 personnes. L'objectif de cette année était quand même de dépasser les 100 000. On savait que cet objectif était atteint étant donné les ventes des places et différents pass. Comment cela allait se traduire sur place ? Trop de monde ? Pouvait-on risquer de se marcher dessus ? On pouvait se poser mille questions et il apparaissait logique que les attentes soient énormes pour cette nouvelle édition.

Cependant, la première inquiétude se concentrait sur le temps. Les prévisions météorologiques n'étaient pas forcément clémentes et le spectre de 2007 était encore dans toutes les mémoires. En tout état de cause, quand on foule le sol du Hellfest, il fait encore beau et on découvre un tout nouvel environnement qui laisse pantois. Mais on n'a pas vraiment le temps de bailler aux corneilles. Enfin disons, juste celui de faire un tour d'horizon et il faut sérieusement penser à prendre d'assaut les différentes scènes (six cette année au lieu de quatre en 2011). Romain armé de ses Canon et moi même de mes Nikon, étions près à en découdre et on part chacun de notre côté histoire de ne rien louper. C'est d'abord Doomriders qui est l'objet de notre attention. La formation de Nate Newton n'est certainement pas dans le même registre que Converge (qui était venu l'année dernière) dans lequel Newton officie également. Ceci dit, le set de Doomriders fut tout à fait défendable et met tout de suite dans le bain. Il n'y aura donc pas de tour de chauffe et Nate Newton et ses camarades l'ont parfaitement compris.

Après la bonne expérience Doomriders, je me dis que faire celle du Mainstage en tant que photographe ne serait pas inutile. Après avoir squatté feu la Terrorizer l'année dernière, il fallait bien varier les plaisirs cette fois-ci. Un texto inopiné de Romain me conjure d'aller faire les parisiens de Bukowski. Le temps de traverser l'intégralité du site (en fait, on ne fera que ça pendant trois jours) et je me positionne pour pénétrer dans le pit. En attendant, Bukowski joue sans complexe, prend un plaisir visible à jouer sur la Mainstage. En fait, ils sont tout simplement fidèles à leur réputation et font un set solide et appréciable. Mais je n'ai pas trop le temps de m'attarder car le set Thou se profile dangereusement à l'horizon et il est impensable de manquer ça.

Retour donc à The Valley. Thou est en train de se mettre en place tranquillement mais le choc ne tarde pas à venir. Parce que oui, avec Thou on peut bien parler de choc. Mené par l'halluciné Bryan Funck, Thou impose une pesanteur semblant venue des abysses à un public venu s'agglutiner devant la scène. Personne ne s'y trompe. Vu l'iconographie utilisée par le groupe on aurait pu croire à une formation uniquement versée dans le Black. Seulement voilà, en ce qui les concerne ce n'est qu'une partie de la vérité. L'univers de Thou est bien plus large, touchant au doom, au post-rock, au sludge, au post-hardcore par moments. Et le tout mené par une poigne de fer qui correspond parfaitement au caractère à la limite de la schizophrénie de Funck. L'instant est oppressant mais chacun a conscience de vivre un grand moment.

Crédits Photos : Fabien Pondard

A voir également :

http://www.hellfest.fr/

?>