.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Sziget Festival (8-9) 10-15 Aout 2011 - Partie 4

1ère partie :

Le : 12-08-2011

Lieu : Budapest

compte rendu proposé par Léa et publié le 03-05-2012

vendredi 12 août

12h30

Je me réveille et j'ai mal partout. Thomas se réveille en même temps que moi. On a mal partout. Et j'ai presque totalement perdu ma voix. Point positif du matin, ce qui est génial au Sziget c'est que quand tu t'endors il y a du son partout, quand tu te réveilles, il y a du son partout, quand tu fais pipi, tu prends une douche, une bière, tu bronzes, tu joue à des jeux.. il y a du son partout. Cette nuit j'ai rêvé que j'étais en festoche.

14h30

Petit déjeuner pastèque au restaurant français, qui propose du porc avec pommes de terres, du sauté de poule avec champignons et je sais plus quoi d'autre. Ah oui j'ai oublié de préciser que cette année, "c'est l'année des français au Sziget", et certains d'entre eux ont payé plus cher leur place pour être au "camping français".et en théorie bénéficier de plus de sécurité et de confort. Ou comment rater l'ambiance multiculturelle des campements du plus gros festoche européen.. on aura tout vu. Il y a aussi "L'alternativa", le camping italien, à l'autre bout de l'île mais il est plus petit. Bref donc on partage une pastèque avec les français du coin pendant qu'un mec bourré se fait virer du site par la police pour avoir visiblement tenu des propos déplacés et avoir une croix gamée gribouillée sur le bide. J'ai oublié de prendre l'apéro et je fais grève de la douche et de l'habillage.

Au loin il y a un truc intéressant qui se profile, les percussionnistes orange et noir que j'ai vu mercredi dans ma promenade alcoolisée. Ah enfin un vrai réveil, je cours vers eux "faites-nous danser!". Ils enflamment la place pendant une petite demi-heure avec leur musique africaine, je suis déchainée. J'aime bien leurs balafons, ils sont impressionnants, deux d'entre eux ont des calebasses hyper longues et basses, je n'en ai jamais vu des comme ça. J'ai une pensée pour Macaiba et le maracatu qui me manque.

17h

enfin je suis d'attaque. ou bien attaquée, ça marche aussi. Une pinte devant la scène karaoké où deux belles rousses chantent un hommage à Amy Winehouse, qui était programmée pour le Sziget.. Ensuite je passe devant la Main Stage, il y a un groupe que j'aime bien écouter à Nantes dans ma vraie vie, British Sea Power. C'est calme mais j'aime beaucoup, et surtout j'adore leur nom.

18h30

Thomas se fait masser au stand Thai (on ne se refuse rien!) et moi je chante "I shot the sheriiiiif" devant la scène reggae. J'attends l'apparition des hollandais à casquette colorées, comme d'ahbitude. Ils arrivent et je leur propose d'aller voir Skunk Anansie à la main stage. On décolle mais après à peine 15 minutes de marche je les perds dans la foule.. tant pis. Le truc à savoir c'est qu'avant de partir je me suis quelque peu tapée la honte car je ne connaissais pas Skunk Anansie.. Elle m'impressione tout de suite, c'est un truc de malade. Elle a la voix et le coffre d'une chanteuse de gospel, l'énergie d'une danseuse de hip-hop.. on se met loin au fond pour savourer ce spectacle avec une palinka. Mis à part moi absolument tout le monde chantonne les morceaux les plus connus et je sens une certaine nostalgie dans l'air. On se laisse porter par sa voix magnifique et clou du spectacle, elle se met debout sur la foule et continue à chanter en marchant sur les mains des gens !! Du gros délire.

On ne reste pas jusqu'à la fin, Tom a un groupe danois à me faire découvrir à la Burn Party Arena..

20h15

Je me prends sans doute la plus grosse (bon ok, une des plus grosses) claque musicale depuis le début du Sziget, en excluant les concerts que je n'étais pas en état d'enregister dans ma mémoire. Trentemoller. Trentemoller !!! Je trouve difficilement descriptible cette musique. Ca me fait penser au Chapelier Fou, le son est planant voire un peu triste mais j'adore le fait de voir un concert de musique électro avec des musiciens sur scène. De vrais instruments, basse, guitare, batterie, maracas et autres réjouissances, une vraie chanteuse, une vraie voix, en plus du DJ. Je voudrais que tous les concerts électro soient comme ça. Je coince ma tête entre les barreaux pour observer le batteur.. réussir à se baser sur des basses électro d'une part et en même temps donner le rythme aux autres instruments, en gardant le tempo comme il le fait, pour moi c'est une prouesse artistique.. Peut-être que j'exagère un peu mais tant pis. La musique est planatnte et explosive à la fois. Je suis en extase totale. Un type joue même de la trompette en accord parfait avec le son de Trentemoller qui cherche partout pour savoir d’où le son provient…

21h30

Une vingtaine de milliers de personnes attendent le concert de The Prodigy à la Main Stage. comme dirait Thomas, "paye ta foule". Et une autre grosse claque dans nos tronches, après Skunk Anansie et Trentmoller ça fait beaucoup en peu de temps là quand même. Les Prodigy sont totalement déchainés mais pas autant que la foule qui hurle dans tous les sens. Au bout d'une demi-heure le chanteur demande à voir se former "les deux plus gros cercles que j'aie jamais vu" dans le public. Tout le monde se pousse, c'est le bordel, deux gros cercles se forment, waah un vrai pogo, un vrai de vrai, génial, je n'en avais pas vu depuis longtemps. C'est impressionnant à voir sur écran géant, c'est cool, c'est.. aîe ! Un coup de coude dans le menton pour rmoi, une branche de lunettes en moins pour Tom. Oui ben en fait je vais peut-être éviter le pogo finalement, j'essaie, mais c'est vraiment le bordel et les mecs sont bien énervés. Ceci dit, ça met l'ambiance, et sur la scène aussi ça envoie, le son est parfait, tout va bien ! A la fin du concert tout le monde est bien naze, on file continuer la soirée à la tente Meduza.

2h

sitting pas loin de la Burn Party Arena où des hongrois très cons essaient de nous taxer notre dernier pétard. Décidément trouver de la weed au Sziget s'avère plus compliqué que je ne pensais. Mais ils peuvent aller se faire f****. A la Burn Party c'est Technasia et Dubfire qui mixent. Connais pas, mais comme d'habitude ça envoie du gros son et les szigetiens festoient bien comme il faut. Une hollandaise habillée en tennis-woman nous sauve en courant vers nos bouches ouvertes avec un gros hamburger. Et oui au Sziget il yaaussi un stand McDonalds ( et ils sont bons )

3h30

Je m'endors sur le banc du restaurant français en chantonnant les Fugees et en digérant ma soirée, ma journée, et les trois autres d'avant.. Achevez-moi putain !!

Crédits Photos : Thomas Langouet

?>