.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Lofofora + Tagada Jones

1ère partie :

Le : 22-03-2012

Lieu : Saint Nazaire, Le Vip

compte rendu proposé par Sébastien et publié le 03-04-2012

Alors que Lofofora et Tagada Jones ont respectivement sortis un album l'année dernière (Monstre ordinaire et Descente aux enfers) , les deux bruyantes formations ont décidé de faire cause commune pour les défendre sur scène. Cette fois-ci ils étaient au VIP de Saint-Nazaire et plus exactement dans l'alvéole 14 de la base sous-marine. L'endroit idéal. Impressions.

Nouvelle date pour le Monstres aux enfers tour qui réuni deux piliers de la scène rock française.

C'est aux Tagada Jones que revient l'honneur d'ouvrir les festivités. C'est devant un public déjà conquis que le groupe débute son set. La voix rocailleuse de Niko résonne à peine entre les murs du VIP que les premiers pogos débutent.

Les morceaux s'enchaînent sans temps morts, la plupart des titres sont repris par la foule qui compte pas mal de fans de la première heure. Sur scène l'expérience est là, les années passées à écumer les scènes de France et de Navarre se ressentent, le groupe breton se donne à fond, se fait plaisir et ça se voit. Pour eux ce petit passage chez leur voisin de Loire-Atlantique c'est comme un retour à la maison.

Fin de la setlist, le public en redemande mais c'est l'heure du changement de plateau et 20 minutes plus tard c'est Reuno et sa bande qui investissent la scène.

Dès la première note on sais que ça va envoyer sévère : guitare acérée, basse bien lourde, batteur de folie et la voix inimitable du chanteur,tout est là. Pourtant le public reste en retrait, du moins au début car Lofo a de la bouteille et sais y faire. Reuno va littéralement chercher son public puisqu'il descend dans la fosse pour venir se mêler à ses fans.

Le show que nous livre Lofo mélange titres du dernier albums comme par exemple " le visiteur " et des grands classiques comme "les gens" ou "macho blues", de quoi ravir tout le monde.

Là encore comme pour les Tagada le plaisir de jouer est là et ça se lit sur les visages, Reuno communique et partage (même le micro) avec son public.

La salle est maintenant bien agitée, ça transpire la sueur et la bière. Arrive la fin du concert mais là c'est une bonne surprise qui nous attend car en guise de rappel ce sont les deux groupes qui reviennent sur scène ensemble et comme au Bal des Enragés ils reprennent des grands classiques : "Hey ho let's go" des Ramones, "Antisocial" de Trust, "La jeunesse emmerde le front national" des Berrus.

La fosse se soulève enfin réellement (ce qu'elle aurais du faire depuis bien longtemps).

La complicité entre les deux groupes est évidente, ça rit, ça saute, ça joue même de la pelle (si si !!!!). Un magnifique final qui nous montre que la scène rock française est plus vivante que jamais.

?>