.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Battant / Bleubird & Astronataulis / The Royal Premiers

1ère partie :

Le : 26-01-2012

Lieu : Nantes, Le Pôle Etudiant

compte rendu proposé par Fabien et publié le 29-01-2012

L'université... ça doit bien faire dix ans que je n'y ai pas mis les pieds. Peut-être moins (oui, moins en fait, j'y était revenu pour y voir Port-Royal) mais un drôle de sentiment m'envahit quand je foule le campus de la fac des sciences humaines de Nantes. Depuis que je l'ai quitté a été construit ce Pôle Etudiant, lieu de rencontres, bar, salle de concert qui pour fêter la fin des partiels de janvier accueille trois groupes qui, sur le papier, n'ont rien à voir entre eux. Et je vous confirme qu'ils n'ont rien en commun si ce n'est le fait de tout donner et d'avoir mis en émoi la jeunesse estudiantine nantaise.

C'est The Royal Premiers qui investit la scène en premier. Formation nantaise, celle-ci s'est spécialisée dans un rock vintage, du garage 60's qui peut, au premier abord, ne pas vraiment enthousiasmer tant on sent le rock à papa et l'évocation d'un temps révolu qui ne peut passionner que des quinquagénaires, ce qui, en soit , est loin d'être l'assemblée de la soirée dont la moyenne d'âge doit tourner autour de 22-23 ans. Mais c'est bien mal connaître l'ouverture d'esprit des nantais en général et de la jeune génération. Même si The Royal Premiers a une approche à l'ancienne, il n'en demeure pas moins qu'ils n'ont pas joué le rôle d'anciens combattants et encore moins celui du blasé de service. Leur but était bien de se faire plaisir et d'en donner autant au public présent. Un concert à l'énergie où le groupe s'est montré des plus habile et prompte à faire réagir son prochain. Un bon concert pour commencer la soirée. La bonne mise en bouche pour vous mettre de bonne humeur.

The Royal Premiers

The Royal Premiers

The Royal Premiers

Pour prendre la suite, c'est l'association entre deux figure de l'abstract hip-hop underground, réputés comme des performers hors pairs de s'approprier les lieux. D'un côté Bleubird aka Jacques Bruna, de l'autre Astronautalis aka Andy Bothwell. Le principe est simple. Le set se divise en trois. Bothwell soutenu par Bruna enflamme la première partie. Bruna soutenu par Bothwell dynamite la salle. Enfin, les deux hommes réunis sur le même pied d'égalité finissent par achever la salle. Un set, ou plutôt trois, à l'énergie où le verbe associé à une musique assistée par ordinateur ont fait merveille. Les deux hommes savent parfaitement réagir avec le public (Bothwell n'hésitant pas à se méler à lui) et, visiblement, ils n'avaient pas vraiment envie de quitter la scène. Il a bien fallu leur faire signe qu'il était temps de laisser la place à Battant. Il était visible que Bleubird et Astronautalis seraient bien resté plus longtemps et que malgré tout les efforts consentis sur cette scène ils étaient encore prêts à en découdre. En tout cas, l'expérience fut intense et comme on nous l'avait promis nous avons eu droit à une réelle performance de la part des deux trublions.

Bleubird & Astronautalis

Bleubird & Astronautalis

Bleubird & Astronautalis

Bleubird & Astronautalis

Pourtant, il était assez clair qu'une grande majorité était venu pour Battant. Battant, dont le deuxième album As I Ride With No Horse était largement représenté pendant ce set, entamait ici sa tournée et visiblement, il y avait une envie de bien faire. A vrai dire, il n'y a pas eu spécialement de tour d'observation. Charismatique au possible, heureuse d'être là, Chloé Raunet ne s'est pas cachée derrière son micro, faisant réagir un public déjà chauffé à blanc. Les morceaux s'enchainent, la magie opère et la salle chavire. Les tentatives de la sécurité pour essayer de contenir les mouvements de foule n'y feront rien, Chloé Raunet s'est appropriée l'assistance et elle en fait ce qu'elle veut. Elle sourit, nous regarde avec amusement, de manière parfois enfantine. La crainte d'avant concert s'est estompée et a laissé la place à un enthousiasme plutôt communicatif. Aucune fausse note donc et Battant est toujours cette bête de scène même si toutes les blessures ne sont pas encore refermées. Comment le seraient-elles ? En tout cas, même s'il nous a semblé trop court, ce show a été largement à la hauteur de la réputation de Chloé Raunet. Il y avait comme un soulagement d'ailleurs chez la jeune femme. Après le dernier rappel, on l'a vu se congratuler avec ses nouveaux musiciens comme pour marquer ce très bon départ et extérioriser les peurs anciennes. La marque d'un vrai groupe en somme. Battant est bien de retour et avec les meilleurs intentions du monde. Tenez-vous le pour dit, Battant ne vous laissera pas passer l'occasion de prendre un bon coup de chaud.

Battant

Battant

Battant

Battant

Battant

Battant

?>