.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Hellfest - Open Air - Main Stage

1ère partie :

Le : 19-06-2011

Lieu : Clisson

compte rendu proposé par Fabien et publié le 17-07-2011

Le plus gros est passé. Enfin, c'est ce qu'on croit. On a survécu aux deux précédentes journées alors on se dit benoitement que le dimanche ne sera qu'une formalité. Qu'est-ce qu'on peut être naïf parfois. Depuis le temps, on sait qu'une journée au Hellfest, quelle qu'elle soit, n'est jamais une formalité. Nous allons l'apprendre une fois de plus à nos dépends. Enfin, la pillule est toujours plus facile à avaler quand on sait que l'on va évoluer dans une ambiance conviviale tout en voyant des groupes qui nous font baver. Et cette journée ne sera pas en reste par rapport aux deux autres. Bon, déjà, comme samedi, on loupe un peu la matinée, faisant l'impasse sur des groupes comme Turisas ou Atheist, voire Zuul Fx. On a peut-être loupé quelque chose, on ne le saura jamais. Quoi qu'il en soit on commence vraiment la journée avec les israéliens d'Orphaned Land dont le message de paix et d'amour sur fond de métal progressif n'a pas été l'objet de sarcasmes mal placé. Bien au contraire, le public a suivi sans donner l'impression qu'il se forçait. Il faut dire qu'Orphaned Land n'était pas ridicule dans son registre. Ceci expliquant sans doute cela.

Orphaned Land

Orphaned Land

Orphaned Land

Autre concert tout aussi sympathique, celui de Duff McKagan's Loaded. Après Slash l'année dernière c'est autour du bassiste de Guns 'n' Roses de venir avec sa formation pour un set propre, net et sans bavures. Il n'y avait sans doute pas grand chose de plus à attendre le Duff et ses camarades ont réalisé une performance sérieuse qui rentrait largement dans les cordes du public. Avec un peu de bol on aura peut-être le droit de voir l'année prochaine Axl Rose. Pour autant ce dernier n'a pas convaincu grand monde pour son retour. En attendant on a vu un Duff plutôt en forme et ça fait surement plus plaisir qu'autre chose.

Duff Mac Kagan's Loaded

Duff Mac Kagan's Loaded

Duff Mac Kagan's Loaded

On enchaine directement avec Pain of Salvation. Autre scène, autre genre. Un métal hybride, progressif que le public du Hellfest connait bien puisque c'est la troisième fois que les suédois investissent les scènes du festival. C'est un peu comme si ils étaient chez eux. Et pour nous, c'est un peu pareil. Ce n'est pas comme si on les découvrait pour la première fois. Pour autant, il n'y aura, là non plus rien à redire à leur perfomance du jour. Pain of Salvation c'est de la valeur sur et personne ne s'y trompe vraiment.

Pain of Salvation

Pain of Salvation

Pain of Salvation

Pain of Salvation

On n'a pas le temps de souffler qu'il faut jouer des coudes pour ne pas louper Cavalera Conspiracy. Pour ceux qui ne le savaient pas encore, Cavalera Conspiracy est la réunion des deux frangins Cavalery, ex-champions de Sepultura, qui après une longue brouille ont opéré un rapprochement qui a accouché de deux albums (Inflikted et Blunt Force Trauma). Auteur d'un set puissant et sans concessions, Cavalera Conspiracy aura, sans doute initié quelques uns des plus gros circle pits du week end. C'est dire la force de conviction du quatuor. Rien ne leur a résister le temps qu'ils étaient sur scène et ont prouvé, s'il était encore besoin de le faire, qu'il fallait toujours compter sur les frangins Cavalera et leurs acolytes.

Cavalera Conspiracy

Cavalera Conspiracy

Cavalera Conspiracy

Cavalera Conspiracy

On fait l'impasse sur Anathema, il faut bien se restaurer et, de toute façon c'était assez dispensable à moins d'être un fan absolu. Et il faut l'être également pour se taper Mr.Big, chantre de ce que je considère comme du hard fm, qui fait figure de tête d'affiche. Soit, Mr.Big fut un gros vendeur de la planète métal et on peut leur devoir un peu de respect. Quoi qu'il en soit, depuis, leur retour, mis à part un sentiment de nostalgie, il n'y a pas grand chose à attendre d'eux. Et c'est ce qu'on a pu constater. Si c'est pour voir Paul Gilbert jouer les branles manche un Eric Martin au dynamisme incertain, ça ne vaut pas vraiment le détour. Il y aura toujours des gens pour dire que c'était un très bon concert, voire le concert du week end. Pour ma part, les techniciens m'ont toujours ennuyé et en cette fin d'après midi, nous n'avons vu qu'un show technique. Je baille.

Mr.Big

Mr.Big

Mr.Big

Cependant, on est vite réveillé par Doro "The Metal Queen" Pesch qui, comme à chacun de ses concerts, se donne à fond. Fort d'une aura incontestable, Doro transforme son set en grande messe heavy et à 47 ans passés la grande pretresse allemande prend toujours autant de plaisir à être sur scène. Même si elle n'est pas la plus impressionante des artistes à se produire cette année, elle parvient tout de même à maintenir son rang qui, quoi qu'on en dise, ne l'a jamais quitté. Une belle performance donc qui est aussi à mettre au crédit de ses musiciens qui n'ont rien de requins de studios. Un show un peu à l'ancienne mais au forceps.

Doro

Doro

Doro

Doro

Si on n'a pas pu prendre de photos de Judas Priest et de Ozzy Osbourne (l'accès au pit étant très limité voire réservé à quelques uns) il faudra reconnaitre que leur performance à été à la hauteur de leur réputation. Et tant mieux car pour Judas Priest ce sera aussi l'une des dernières puisque le groupe de Rob Halford (arrivé sur scène en moto) a décidé de raccrocher. Pour Ozzy, bon, il n'a pas pu s'empêcher de cabotiner un peu mais il était sans doute conscient de ses limites actuelles, n'ayant plus les mêmes capacités d'antan. Cependant, la magie est tout de même passée sans qu'on puisse vraiment se l'expliquer. De la magie mais aussi pas mal de théatralité avec les suédois de Therion. Le contraire eut été étonnant. Un group dont la particularité est de fonctionner à quatre voix pour donner plus de corps à ce métal symphonique qui les a amené sur les devants du genre.

Therion

Therion

Therion

On finira ce festival avec d'autres suédois. Opeth, groupe si longtemps défendu par Patrick Roy, a été la formation parfaite pour clore ce festival sur la Main Stage alors que sous la Rock Hard Cradle Of Filth continuait de faire rire et que Kyuss dynamitait la Terrorizer. De l'avis de beaucoup, Opeth a été assez impressionant et est sans doute au sommet de sa forme. L'album qui s'annonce pour le mois de septembre risque donc d'être l'un des évènements de l'année de la planète métal. C'en est fini pour le Main Stage cette année. De bons moments, d'autres plus discutables, de la débauche d'énergie et un public à peine rassasié.

Opeth

Opeth

Crédits Photo : Romain Ballez

A voir également :

http://www.hellfest.fr/

?>