.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Printemps de Bourges 20-25 avril 2011

1ère partie :

Le : 25-04-2011

Lieu : Bourges

compte rendu proposé par Thomas et publié le 12-07-2011

La prog alléchante de la soirée électro du vendredi soir m'a poussé à venir voir pour la première fois un des plus vieux festival Français et un des premiers de la saison qui plus est. Fraichement arrivé, la tente, en deux secondes dépliée, je file donc vers le site qui se trouve en plein centre de la ville et me prépare à une soirée qui risque d'être physique (faire un report photo de festival avec un sac bien rempli et jumper sur du bon son toute la nuit, on ne dirait pas comme ça mais c'est plutôt physique).

Une prog alléchante, disais-je, car quand on voit un festival qui propose une soirée électro où s'enchaine The Toxic Avenger, Does It Offend You Yeah ?, Beat Torrent, Ratatat, Cassius, Paul Kalkbrenner et Agoria dans la même salle, et bien ça laisse des marques (et des acouphènes aussi).

Premier concert, première claque, les Toxic Avenger envoie un set dur, déchirant, planant par moments, mais plutôt brutal (impression qui ressortira globalement de cette soirée).

Le problème majeur d'un festival est sensiblement le même à chaque fois (outre le fait de rester apte à faire des photos toute la soirée) à savoir : je couvre quoi et je rate quoi...

Du coup, j'ai du faire l'impasse sur Metronomy (mais aperçu quelques temps plus tard à l'Antipode à Rennes pour me rattraper), Sebastian ou encore The Bewitched Hands et vu The Do de loin mais bon...

On enchaine donc avec un live de Beat Torrent, avec des phases bien sympas et de nouveaux samples efficaces mais un tantinet décevant par rapport aux premiers lives d'il y a quelques années pour ma part. Ca n'empêchera pas la foule de perdre 2kg en 1h20.

J'ai le temps de filer dans l'autre salle pour entrapercevoirla charmante chanteuse de The Do et de retourner dans le chapiteau pour prendre une seconde claque envoyée par Ratatat. Les mélopées électro envoient du lourd tandis que Mike Stroud s'énerve sur sa gratte avec une énergie terrible, et ça donne des frissons... On rajoute à ça des visus psychés projetés sur le bonhomme et on peut dire que ça s'passe bien...

Une petite pause, le temps de courir au bar, reprendre des forces et Cassius enchaîne. Un bon set, efficace et bien lourd sur la fin mais compliquée de passer après Ratatat et d'envoyer autant d'énergie.

A ce moment de la soirée on est bien. Quelques litres de bières, une ouïe défaillante, de jolies rencontres, et on sent comme une légère excitation grandir. Beaucoup de (jeunes) gens sont bien sur venus en partie pour voir Paul Kalkbrenner (j'en fais parti et ce monsieur aussi – cf la photo du festivalier avec Paul Kalkbrenner écrit dans le dos – NDLR). On notera les sourires gravés sur beaucoup de visages, les frissons sur Sky and Sand pour les fans et les regards dubitatifs à l'écoute des bribes du nouvel album...

La soirée se termine par Agoria avec un Dj set que je qualifierai de : bien mais pas top, laissant un gout amer après les quelques claques précédentes.

Retour Quechua et petite sieste avant d'enchainer sur le samedi.

Info : sachez qu'il existe une zone nautique non loin du site (5 minutes en bagnole dans mes souvenirs) pour faire trempette, sieste ou coma au choix, et ça ne fait pas de mal. La flotte est un peu crade mais avec 35° on ne crache pas dessus...

L'avantage d'une soirée Reggae c'est de ne pas avoir besoin de ramener quoi que ce soit. Une bonne bouffée de Weed en rentrant sous le chapiteau et c'est parti...

J'avoue avoir été un peu déçu des Original Wailers. Bon, certes, ils ont été les musiciens d'un type assez connu mais ça manquait un peu de pêche à mon gout, limite soporifique.

J'en ai du coup profité pour aller voir un peu ce qui se tramait dans les autres salles. Je vois la fin de Cascadeur, belle surprise, vraiment. Je me disais au fond de moi que ça devait être pas mal en live, et c'était encore mieux que ça. Touchant, drôle, une belle scéno, simple mais efficace, le catcheur mexicain à la voix douce, une réelle proximité avec son public et une personne accessible et simple qui plus est.

Dans la petite salle à côté joue Le Prince Miiaou. On soupçonne de jolies influences, une belle personne sur scène et une énergie poignante.

Ensuite vient le tour de Winston McAnuff avec son orchestre qui doit faire à peu près tous les festivals cet été mais envoie toujours autant sur scène. Retour à la petite salle pour entendre la terrible voix de Miles Kane, oscillant entre Arctic Monkeys et du John Lennon, et son pantalon rouge, puis avec Geoff Rhys pour l'accompagner sur la fin. Un joli moment ma foi. Et joli moment aussi près de la sulfureuse Anna Calvi dont le timbre de voix réussirait presque à donner une odeur à l'hormone masculine en lévitation dans la petite salle et laisse un joli rictus avec une belle reprise de Madame Piaf...

On passera l'étape troupe de bœufs coincé devant une barrière pour (ne pas) aller voir Chinese Man et retour chapiteau pour un Tiken Jah Fakoly en forme mais peu convaincant pour ma part pour laisser place à Dub Inc. dont le set est toujours efficace et rythmé comme il faut pour faire bouger les gens en fin de soirée.

Un bon moment à ce festival ma foi, vivement l'année prochaine...

Crédit photos : Thomas Langouet

A voir également :

http://www.printemps-bourges.com/

?>