.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

GodspeedYou! Black Emperor

1ère partie : Hangedup

Le : 12-05-2003

Lieu : Paris, Le Cabaret Sauvage

compte rendu proposé par Juliet et publié le 05-01-2004

Il est évident que tout le monde attendait avec impatience GYBE, donc pas trop d’attention portée sur la première partie, et peu de choses à dire sur elle par la même occasion, si ce n’est que l’atmosphère est tendu comme celle de Godspeed, avec un violon omniprésent et une batterie très captivante. Approche intéressante, mais rien d’exceptionnel !

C’est autre chose pour le groupe tant souhaité qui déboule sur scène vers 21h45. Toujours pas de lumière, un petit nuage bleu plane au dessus d’eux, quelques projections d’images tristes et de messages anti-guerre et c’est tout.

Ce qui sort de leurs instruments nous frappe direct, ils ont un son incomparable, brut, égalé par personne. L’état d’esprit de l’assemblée passe par rien (ex : moi rigolant avec mon voisin) puis par des frissons de plaisir (ex : des sourires qui s’affichent sur les visages, beaucoup de yeux qui se ferment), puis par des phases de transes insurmontables (ex : les têtes qui ne peuvent plus arrêter de se secouer, la déconnexion totale d’avec la réalité, des gens qui s’écroulent)…

Même s’il n’est pas forcément évident de rentrer dedans, beaucoup de spectateurs sont assis, la tête entre les jambes ou dans leurs mains (position du « godspeedeur » !) et trippent à fond. Ca décolle, c’est incroyable ce qu’il peut se passer avec cette musique !

Les morceaux s’enchaînent vraiment vite et on a à peine le temps de redescendre que ça recommence de plus belle. Ce fut à la hauteur et même plus de mes espoirs, et comparé à l’écoute de leurs albums où le son sort de nos enceintes, ici, le son est partout et traverse notre corps en plus de notre cerveau, il n’y a que ça, que Godspeed.

La confrérie reviendra pour un rappel, avec « Moya » et « Lift Your Skinny Fists… » nous faisant atteindre un état critique, l’hypnose, et pendant une demi heure, impossible de faire baisser son rythme cardiaque.

Le concert se termine peu avant minuit. Le Cabaret Sauvage se vide très rapidement et l’inverse pour le métro…

?>