.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Hellfest - Open Air

1ère partie :

Le : 18-06-2010

Lieu : Clisson

compte rendu proposé par Fabien et publié le 26-06-2010

Vendredi 18 juin. Les portes de l'enfer viennent de s'ouvrir. Les zelés zélotes de la musique métal, en masse, sont bien présents. Certains sont arrivés la veille. On les reconnait aisément à leurs traits tirés. Quelques-uns se sont même autorisés une sieste allongée dans la file d'attente. Cette dernière semble s'étirer à perte de vue. Il faut dire que sur les trois jours du festival on attend 60 000 visiteurs. Sans doute plus, puisque les organisateurs ont constaté une augmentation significative des réservations pour cette année. On fera le bilan à la fin.

69 Chambers

Swallow The Sun

Chose rassurante, le soleil a fait son apparition, contrastant avec la pluie du début de semaine qui pouvait faire craindre un week-end boueux. Il n'en sera rien. Chose également rassurante c'est l'absence de manifestations promises par ces associations catholiques qui avaient tenté vainement d'empêcher la tenue du festival. Petit rappel pour ceux qui n'auraient pas trop suivi les évènements. Comme l'année dernière la polémique a surgit concernant le Hellfest. D'abord dans les propos d'un Philippe de Villiers et ensuite dans ceux de Christine Boutin. Pour eux, le métal est un danger pour la jeunesse. Il fallait donc interdire le festival ou convaincre les sponsors (publics et privés) de ne pas le financer. Ce qui revenait un peu au même. Au-delà du ridicule de la démarche on voit que, encore aujourd'hui, les vieux réflexes moralistes et réactionnaires ont encore court dans le pays des Lumières. Il est quand même dommage de constater que dans une France qui connait l'électricité depuis de nombreuses années, il s'en trouve encore pour fonctionner à la chandelle. La dernière tentative est venue d'une association catholique qui a assigné le festival en justice, quasiment à la veille de son ouverture, afin que ce dernier leur founisse la play-list de tous les groupes présents (114 tout de même) dans le but de répérer et d'interdire les morceaux considérés comme dangereux. Logiquement déboutée, on pouvait s'attendre à quelques manifestations de protestation en marge du Hellfest. Personne à l'horizon, finalement. Au contraire, le Hellfest, pendant toutes ces affaires qu'on aurait préféré ne pas connaitre, aura bénéficié d'une publicité qui ira jusqu'au sein de l'Assemblée Nationale et qui trouvera un défenseur en la personne du député socialiste Patrick Roy.

Evile

Negura Bunget

Finntroll

Mais revenons à ce qui nous préoccupe le plus. A peine entré dans l'enceinte que Gorod s'est déjà mis à l'ouvrage. Le public afflue peu à peu et prend sa première déflagration en cette belle matinée. A l'évidence cela ne rebute personne et, de toute façon, chacun est venu pour cela. Gorod fait sérieusement son job tout en ayant conscience qu'il est bien difficile et ingrat de débuter alors qu'une grosse majorité de la foule est encore en train de faire la queue pour rentrer. Il en sera un peu de même pour les suisses de 69 Chambers bien que le public soit un peu plus compact. Quoi qu'il en soit le festival et bel et bien lancée et on ne sait trop où donner de la tête. Il s'agit surtout de ne pas se tromper, donner la priorité à ses préférences tout en n'excluant aucune découverte. Et il faut faire vite car tout s'enchaine. Soit on fait des sacrifices, soit on se résigne à ne voir que des concerts à moitié. Cruel dilemne.

Kmfdm

Deftones

Hypocrisy

On enchaine sur Swallow The Sun, finlandais prometteurs, qui investissent le Mainstage 02, alors que les deathcoreux de Carnifex bataillent sous la Terrorizer Tent. La journée est chargée puisque, parmi les têtes d'affiche, on aligne du lourd. En effet, sur la même journée on pourra voir successivement Mass Hysteria, Walls Of Jericho, KMFDM, Finntroll, Deftones, Hypocrisy, Infectious Grooves, Sick Of It All, Sepultura, Arch Enemy, Fear Factory et Biohazard. Quand on pose la question de savoir qui a la plus impressionné pendant cette journée c'est Deftones qui revient le plus souvent alors que KMFDM est plus en queue de peloton. Sans doute moins charismatiques, les allemands ont sans doute pêché par manque de visuel. Un passage sur le Mainstage n'était peut-être pas à proprié pour ce groupe. Dommage, car ces historiques de la scène indus sont toujours au niveau.

Loudblast

Loudblast

Sepultura

Cependant ce ne furent pas eux les plus malchanceux. En effet, si le groupe de Sascha Knoietzko a pu faire son concert correctement, il n'en fut pas de même pour les suisses et non moins culte Young Gods. Ces derniers ont à peine pu jouer une malheureuse demi-heure. La faute à une sono défaillante qui a lâché le trio de manière impromptue. C'est dommage car The Young Gods était certainement l'une des attractions de cette édition. De même, on a failli frôler la catastrophe quand, en soirée, Godflesh connu, lui aussi quelques déboires. Rencontrant des gros problèmes de rêglage, cette reformation qui offrait une seule et une unique dâte en Europe aurait bien pu tourner au cauchemar. Le public s'impatiente, Justin Broadrick aussi. Finalement, au bout de 25 minutes Godflesh a pu commencer son entreprise de démolition. Godflesh, malgré huit années d'innactivité, n'aura rien perdu de sa force. Impressionnant de maîtrise et de puissance le duo, en dépit du couac de départ, on mesure toute la chance de les avoir devant nous. Malgré, donc, ces soucis rencontrés au début, ce set fut donc un grand moment, inoubliable pour les plus jeunes, une consécration pour ceux qui n'avaient jamais pu les voir. Cependant, si les américains n'avaient pas perdu de temps on aurait pu voir Ulver jouer en intégralité. Là aussi cela promettait d'être un grand moment mais en ne voyant que quatre morceaux, on ne peut guère mesurer l'étendue de la chose. En tout cas, Ulver délivra le concert le plus subtil et le plus émotionnel de la journée. Cette dernière s'achève sur les petites douceurs que sont Marduk et The Devil's Blood alors qu'on laisse le soin à Biohazard de tirer les dernières salves.

Sepultura

Sepultura

Arch Enemy

Cette première journée était donc riche, variée, avec des concerts solides, un Sepultura impressionant et la plupart des groupes bien au rendez-vous de l'évènement. La foule en a pour son argent et celui-ci, dans un esprit bon enfant, a pu communier en pleine sérénité avec les groupes présents. Du jeune métalleux au vieux hardos, en passant par les excentriques et les joyeux plaisantins (on aura pu voir, entre autre, une réplique de La Denrée de La Soupe Aux Choux), chacun aura pu, sans aucun incident à déplorer, célébrer pleinement sa passion.

Arch Enemy

Arch Enemy

Arch Enemy

Le soleil s'est couché depuis longtemps lorsque Biohazard a cloturé cette première journée. La foule quitte le site sans heurts, dans la bonne humeur, parfois éméchée, parfois fatiguée. On regarde autour de nous. Aucune grenouille de bénitier à l'horizon. On sourit.

Fear Factory

Fear Factory

Fear Factory

Crédits photos : Romain Ballez

?>