.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Fordamage / Earth

1ère partie :

Le : 28-03-2009

Lieu : Nantes, L'Olympic

compte rendu proposé par Fabien et publié le 11-05-2009

Cette soirée était celle des contrastes. Dans une salle qui s’est remplie progressivement c’est Fordamage qui a engagé les hostilités. Les «locaux» étaient venus défendre leur dernier album (Belgian Tango) tout fraichement sorti. Arrivé un peu timidement sur la scène, Fordamage est rentré tout de suite dans le vif du sujet. Auteur d’un math-rock puissant et assassin, les quatre membres se donnent comme il se doit pour donner une juste dimension à une musique qui a su s’imposer sur disque. Visiblement, il n’y a pas vraiment de leader chez Fordamage. Chacun prendra à tour de rôle le chant et le groupe fonctionnera comme un tout sans mettre quiconque en avant. Mais là encore, on sent chez eux un véritable bonheur d’être sur scène. Cela se voit sur leur visage. Même si une bonne partie du public est présent pour Earth, Fordamage se montre convaincant et maitrise parfaitement son sujet. A tel point que quand le guitariste casse une corde, personne ne s’affole, pas de cassure et Amélie Grosselin et ses camarades continuent de jouer sans sourciller le temps de la réparation. Voilà donc un set qui confirme ce que laissait entrevoir Belgian Tango c'est-à-dire un album qui se vit comme une prise de pouvoir et qui a montré un groupe certainement plus mature tout en dégageant un math-rock viscéral et tortueux à souhait. L’affaire pliée on aurait aimé en avoir un peu plus dans les esgourdes mais Fordamage a démontré qu’il ne comptait pas faire de la figuration.

C’est au tour de Earth de se rendre maitre de la scène. Et là, le contraste est saisissant. Si Fordamage s’accomplit au prix d’un engagement sans retenue, Earth est nettement plus en retrait, plus statique mais aussi plus organique. Tout le concert des Américains se bornera à l’interprétation de ses morceaux atmosphériques dont la lenteur n’a d’égal qu’avec ce sens mélodique alambiqué et répétitif. A l’opposé de Fordamage, Earth se complait dans l’introspection et parvient à captiver ainsi son auditoire. Enfin presque car si on peut aisément concevoir la beauté de la musique du combo c’est parfois l’ennui qui l’emporte. La déception est sans doute à la hauteur de la réputation du groupe et ce n’est certainement pas la mine concernée des musiciens qui aurait pu donner un peu plus d’intérêt à ce concert. A contrario de Fordamage, qui ce soir là avait fait honneur à sa dernière réalisation, Earth n’a pas montré forcément grand-chose. A part, certes, une technique rodée, on se dit que leurs disques sont amplement suffisant et qu’un concert comme celui-ci n’apporte pas beaucoup sinon la satisfaction de les voir en chair et en os.

A voir également :

http://www.olympic.asso.fr/

?>