.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Dandy Warhols, The

1ère partie :

Le : 28-05-2003

Lieu : Paris, Le Bataclan

compte rendu proposé par Juliet et publié le 05-01-2004

Evidemment, quand ils ont commencé à jouer aux environs de 20h, avec "Godless" puis le magistral "Mohammed", qui croirait que toute cette intensité resterait intacte jusqu'au bout, soit 2h45 plus tard? Un concert marathon, donc, et chaud, très chaud! Mais comment ne pas sauter en l'air quand un tel punch se dégage de sur la scène? Le public use ses Converses, s'éclate : une masse rebondissante trempe sa chemise dans une bonne moitié de la fosse, ça chante, ça applaudit beaucoup quand il y a le temps entre les morceaux enchaînés très rapidement, ça hurle de plaisir, ça secoue sa tête dans tous les sens, ça s'enflamme. Le rythme est effréné, tout ceci au bord du pogo pour les premiers rangs.

Courtney Taylor² était plus sensuel que jamais, torse nu dès la première demi-heure, très vite suivi par Brent "La Touffasse". Zia était très talentueuse aux machines. On peut même dire qu'elle "déchirait grave" derrière ses boutons, et avec sa cymbale en même temps.( D'ailleurs, elle doit avoir des bleus sur la cuisse gauche…) Si les quatre amis et un bienvenu trompettiste ne semblent pas plus excités que ça, c'est que tout sort sous forme de musique et qu'il faut qu'ils tiennent la route car en dessous, ça transpire et ne cesse d'en redemander. Toute la salle a frappé dans ses mains sur "We Used To Be Friend", nouveau tube en puissance. Puis elle a repris en cœur "Every Day Should Be A Holiday", chantée au ralentit avec juste une guitare. Idem pour "I Love You"…Ce fut là les rares pauses de ce show, jouées dans une deuxième partie plus apaisée et expérimentale.

Excitant et trippant, comme concert, un de ceux dont on sort crevé. Parce qu'on a pas pu se reposer très longtemps, les Dandy Warhols n'en finissent pas de transmettre leur folle énergie. C'est le délire total, on a l'impression que ça ne va jamais se terminer. Et quand on croit apercevoir la fin, arrive le tant attendu "Get Off". Ils nous auront fait plus que plaisir à jouer une énorme partie de leur répertoire. Le concert s'achèvera sur "Country Leaver", nous faisant oublier la sueur et les jambes lourdes. Pas de rappel, parce que ce n'est pas la peine. Mais Zia déboule pour nous remercier et nous chanter un petit air, avec sa voix de bébé éraillé, elle qui prétend pourtant redouter chanter en public.

Voilà, le public repartira HS, trempé, heureux d'avoir perdu autant de calories, de s'être pris autant de chaleur et de joie de vivre dans la face, et surtout, c'est l'air frais du boulevard Voltaire qui l'apaisera.

?>