.:.Chronique.:.

Pochette

Nada Surf

Live In Brussels

[Labels/EMI::2004]

|01 Blizzard Of 77|02 Treading Water|03 Ice Box|04 Amateur|05 Inside Of Love|06 Killians Red|07 Hi Speed Soul|08 Happy Kid|09 Fruit Fly|10 80 Windows|11 Bacardi|12 Stacemate|13 Robot|14 Blonde On Blonde|15 Popular|16 The Way You Wear Your Head|

J’ai beaucoup aimé « Let Go ». On me l’a d’ailleurs assez reproché et même aujourd’hui je sens pointer quelques sarcasmes. Pourtant on ne m’empêchera pas de penser que ce disque a toutes les qualités du monde. Ce « Live In Brussels » s’inscrit donc dans la tournée qui a suivit la sortie de « Let Go ». On se demande toujours à quoi cela sert de sortir un disque live surtout quand celui-ci n’apporte pas grand chose. Faut-il s’approprier ce disque pour se rendre compte que l’un des membres de Nada Surf parle parfaitement le français ? Que le groupe sait reprendre « Love Will Tear Us Apart » de Joy Division ? Que les américains savent reprendre note à note leur répertoire et à fortiori la quasi intégralité de « Let Go » ? C’est un peu court quand même. Si on veut ici contenter les fans c’est tout de même les prendre pour de simples imbéciles. Il vaudrait mieux prendre le DVD du concert des Eurockéennes. Au moins l’image vous dispensera d’un sentiment d’arnaque.

« Live In Brussels » est donc bien un de ces disques inutiles qui ne font qu’encombrer les bacs. Car finalement entre l’écoute de cet album et « Let Go » on ne fait guère de différence. Nada Surf a choisit de laisser de côté toute forme de fantaisie ou de folie que peut générer l’ambiance d’un concert. Les américains sont comme des élèves récitants leur petite leçon par cœur et sans donner une once d’originalité aux enregistrements originaux. C’est décevant. Alors si on a ne serait-ce qu’un peu de jugeote on se contentera facilement de « Let Go » plutôt que de ce « Live In Brussels » qui fait presque double emploi. Ou alors si on est un mordu de performances scéniques on courra acheter le DVD du concert. Ce ne sera pas plus mal.

note : 5

par Fabien, chronique publiée le 04-06-2004

A voir également :

http://www.labels.tm.fr

?>